Aller au contenu

Pour une réap­pro­pria­tion démo­cra­tique des médias

L’heure est à la réap­pro­pria­tion.

Acri­med lance avec des asso­cia­tions, des orga­ni­sa­tions de jour­na­listes, des médias, des syndi­cats et des orga­ni­sa­tions poli­tiques une décla­ra­tion commune pour se « mobi­li­ser pour une réap­pro­pria­tion démo­cra­tique des médias ». Cette décla­ra­tion, à diffu­ser et à signer large­ment, est une première étape dans la construc­tion d’une mobi­li­sa­tion et d’ini­tia­tives communes pour trans­for­mer les médias.

Pour une réap­pro­pria­tion démo­cra­tique des médias

Depuis plusieurs semaines, le mouve­ment des gilets jaunes boule­verse l’agenda poli­tique, et porte une remise en cause profonde des insti­tu­tions. Les médias sont tout parti­cu­liè­re­ment visés. Les gilets jaunes dénoncent, à juste titre bien souvent, un trai­te­ment cari­ca­tu­ral des mobi­li­sa­tions : suren­chère sécu­ri­taire sur les plateaux télé­vi­sés et dans certains quoti­diens ; confis­ca­tion de la parole par les édito­ria­listes ; disqua­li­fi­ca­tion de certaines reven­di­ca­tions jugées « irréa­listes » et appels à « dialo­guer » avec le gouver­ne­ment ; ou encore dénon­cia­tions des violences des mani­fes­tants – alors que les violences poli­cières ont été pendant trop long­temps passées sous silence.

Une telle péda­go­gie de la rési­gna­tion n’est certes pas nouvelle. Déjà lors des grèves de 1995, les tenan­ciers des grands médias marte­laient leur sempi­ter­nel message : il n’y a pas d’al­ter­na­tive aux réformes libé­rales. En 2005, ils poin­taient du doigt ceux qui mettaient en cause le bien-fondé des poli­tiques euro­péennes et défor­maient la révolte des banlieues. Plus récem­ment, lors des mobi­li­sa­tions contre la loi El-Khomri et les ordon­nances Macron, ils dénonçaient un code du travail soi-disant « trop épais et illi­sible ». À l’oc­ca­sion de chaque mobi­li­sa­tion sociale, ils se sont faits les gardiens de l’ordre écono­mique et poli­tique.

Ces partis pris ont contri­bué à disqua­li­fier les grands médias. La défiance à leur égard est profonde et sans précé­dent. D’autres sources d’in­for­ma­tion sont plébis­ci­tées, médias indé­pen­dants ou réseaux sociaux. Certaines des analyses portées depuis des décen­nies par la critique des médias sont réin­ves­ties large­ment, au-delà du mouve­ment des gilets jaunes. L’em­prise de quelques milliar­daires sur la produc­tion de l’in­for­ma­tion est poin­tée du doigt. La ques­tion des médias s’im­pose désor­mais comme une ques­tion poli­tique.

La plupart des édito­ria­listes et chefs de rédac­tion ne voient, dans cette défiance, qu’une « haine des médias » et de la démo­cra­tie. Ils éludent la respon­sa­bi­lité qu’ils portent, par leurs diatribes ou leurs choix édito­riaux, dans l’hos­ti­lité qui s’ex­prime contre l’en­semble des jour­na­listes. Une hosti­lité dont les plus précaires (en termes de statut ou de condi­tions de travail) font parfois les frais, sur le terrain, en étant injus­te­ment pris à partie ou agres­sés.

Nous pensons que la défiance envers les grands médias doit être une oppor­tu­nité. Oppor­tu­nité, dans les rédac­tions, de remettre en cause les orien­ta­tions délé­tères impo­sées par les direc­tions édito­riales, et de repla­cer le repor­tage et l’enquête au cœur du travail jour­na­lis­tique. Oppor­tu­nité, dans les médias indé­pen­dants, de faire la démons­tra­tion par l’exemple qu’un autre jour­na­lisme, plus exigeant et plus libre vis-à-vis des pouvoirs, est possible.

Que nous soyons gilets jaunes, mili­tant·es, jour­na­listes, usager·es des médias, nous avons toutes et tous des raisons légi­times de contes­ter un ordre média­tique inique, qui maltraite le plura­lisme. Et de nous inquié­ter des menaces réelles qui pèsent sur le droit à l’in­for­ma­tion : la main­mise de quelques milliar­daires sur la plupart des médias, les plans de suppres­sions d’em­ploi dans l’au­dio­vi­suel public comme dans les groupes privés, la préca­ri­sa­tion des jour­na­listes statu­taires ou pigistes y compris dans certains médias indé­pen­dants, la répres­sion poli­cière et la crimi­na­li­sa­tion qui frappent de plein fouet certains repor­ters et leurs sources, ou encore les lois liber­ti­cides qui visent à contrô­ler l’in­for­ma­tion – loi sur le secret des affaires et sur les « fake news ».

C’est pourquoi nous affir­mons qu’il est temps de se mobi­li­ser pour une réap­pro­pria­tion démo­cra­tique des médias. Pour défendre le droit d’in­for­mer et le droit à être informé, tous deux grave­ment mena­cés. Et pour que l’in­for­ma­tion, trop long­temps confisquée par les pouvoirs, devienne enfin un bien commun et non une marchan­dise.

Cette décla­ra­tion est une initia­tive commune :

D’as­so­cia­tions, d’or­ga­ni­sa­tions de jour­na­listes et de syndi­cats : Acri­med, Attac, Fédé­ra­tion Natio­nale de l’Au­dio­vi­suel Parti­ci­pa­tif, La Quadra­ture du net, Les Amis du Monde diplo­ma­tique, Profes­sion : Pigiste, Résis­tance à l’agres­sion publi­ci­taire, Ritimo, SNJ-CGT, Union syndi­cale Soli­daires.

De médias : Contre­temps-web, CQFD, Démo­sphère Ariège, Démo­sphère Toulouse, Hors-Série, Jef Klak, L’Al­ter­pres­se68, Là-bas si j’y suis, La Clé des ondes, La Gazette de Gouzy, Le jour­nal mini­mal, L’In­sa­tiable, Le Média, Le Ravi, MAP 36, MédiaCi­toyens PACA et Rhône-Alpes, Media­coop, Radio Parleur, revue Cause commune, Rico­chets, Rosa­lux, Silence, Télé Regain, Trans­ru­ral initia­tives, TV Bruits, Télé Mouche, TVnet Citoyenne.

D’or­ga­ni­sa­tions poli­tiques : Alter­na­tive liber­taire (AL), Ensemble, Nouveau parti anti­ca­pi­ta­liste (NPA), Parti commu­niste français (PCF), Parti de gauche (PG).

***

Premiers signa­taires : Alain Accardo, socio­logue; Gilles Balbastre, réali­sa­teur; Patrick Cham­pagne, socio­logue; Sophie Chapelle, jour­na­liste; Collo­ghan, dessi­na­teur; Benoît Collom­bat, jour­na­liste; Jean-Baptiste Comby, socio­logue; Annie Ernaux, écri­vaine; Nina Faure, réali­sa­trice; Benja­min Ferron, socio­logue; Anne-Sophie Jacques, jour­na­liste; Yannick Kergoat, réali­sa­teur; Henri Maler, univer­si­taire; Philippe Merlant, jour­na­liste et confé­ren­cier gesti­cu­lant; Pierre Morel, photojour­na­liste; Gérard Noiriel, histo­rien; Michel Pinçon, socio­logue; Monique Pinçon-Char­lot, socio­logue; Denis Robert, jour­na­liste; Karim Soua­nef, socio­logue; Usul, vidéaste.

Vous pouvez signer la décla­ra­tion sur le site d’Acri­med : https://www.acri­med.org/Reap­pro­prions-nous-les-medias

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.