Aller au contenu

Les dépu­tés ont voté une loi qui défi­gure l’école publique

Loi Blanquer : cinq orga­ni­sa­tions syndi­cales demandent aux dépu­tés de ne pas la voter en l’état

mardi 19 février 2019

Alors qu’il devait s’ar­ti­cu­ler autour de l’obli­ga­tion d’ins­truc­tion rame­née à 3 ans, le projet de loi dit Blanquer « Pour une école de la confiance » est devenu, au fur et à mesure de ses évolu­tions, un texte qui boule­ver­se­rait le fonc­tion­ne­ment du système éduca­tif sans faire la preuve de progrès :

  • Créa­tion d’éta­blis­se­ments publics des savoirs fonda­men­taux sans accord des commu­nau­tés éduca­tives,
  • réforme de la forma­tion des ensei­gnants,
  • fin de l’éva­lua­tion indé­pen­dante des poli­tiques éduca­tives,
  • cadeaux finan­ciers pour l’école privée.

Ce projet de loi s’est même affran­chi de discus­sions préa­lables de par les nombreux amen­de­ments inté­grés, tant parle­men­taires que gouver­ne­men­taux.
Il prépare d’autres réformes profondes pouvant être déci­dées par ordon­nances ou textes régle­men­taires.
L’en­semble des orga­ni­sa­tions syndi­cales FSU, UNSA Educa­tion, Sgen-CFDT, Ferc-CGT et SNALC dénonce cette méthode verti­cale ne pouvant que cris­tal­li­ser les tensions, et à nouveau bous­cu­ler l’Ecole dans un contexte qui néces­site apai­se­ment et impli­ca­tion de l’en­semble des acteurs.
En consé­quence, elles s’adressent solen­nel­le­ment aux dépu­tés et leur demandent de ne pas voter cette loi en l’état.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.