Aller au contenu

Mémo­ran­dum sur une posi­tion anti-impé­ria­liste radi­cale concer­nant la guerre en Ukraine

http://www.europe-soli­daire.org/spip.php?arti­cle61313

L’in­va­sion russe de l’Ukraine est le deuxième moment déter­mi­nant de la nouvelle guerre froide dans laquelle le monde est plongé depuis le début du siècle par suite de la déci­sion améri­caine d’élar­gir l’OTAN. Le premier moment déter­mi­nant a été l’in­va­sion de l’Irak par les Etats-Unis en 2003. Elle s’est soldée par un échec total dans la réali­sa­tion des objec­tifs impé­ria­listes état­su­niens. Le prix que l’Irak a payé – et conti­nue de payer avec les pays voisins – a été énorme, mais la propen­sion de l’im­pé­ria­lisme état­su­nien à enva­hir d’autres pays a été consi­dé­ra­ble­ment réduite, comme le confirme le récent retrait de ses troupes d’Af­gha­nis­tan.

Le sort de l’in­va­sion de l’Ukraine par la Russie déter­mi­nera la propen­sion de tous les autres pays à l’agres­sion. Si elle échoue à son tour, l’ef­fet sur toutes les puis­sances mondiales et régio­nales sera celui d’une forte dissua­sion. Si elle réus­sit, c’est-à-dire si la Russie parvient à « paci­fier » l’Ukraine sous ses bottes, l’ef­fet sera un glis­se­ment majeur de la situa­tion mondiale vers la loi de la jungle sans rete­nue, enhar­dis­sant l’im­pé­ria­lisme des Etats-Unis lui-même et ses alliés à pour­suivre leur propre compor­te­ment agres­sif.

Pour l’ins­tant, la résis­tance héroïque du peuple ukrai­nien a désta­bi­lisé toute la gamme des admi­ra­teurs réac­tion­naires de Vladi­mir Poutine, de la droite dure et de l’ex­trême droite mondiales aux parti­sans de l’im­pé­ria­lisme russe préten­du­ment de gauche. Une victoire de Poutine en Ukraine renfor­ce­rait consi­dé­ra­ble­ment cet éven­tail de poli­tiques réac­tion­naires.

Au-delà de la condam­na­tion géné­rale de l’in­va­sion russe, il y a eu égale­ment quelque confu­sion dans les rangs des véri­tables courants anti-impé­ria­listes quant à la posi­tion spéci­fique à adop­ter sur les ques­tions liées à la guerre en cours. Il est impor­tant de clari­fier ces ques­tions.

1. Il ne suffit pas de deman­der à la Russie de cesser ses attaques et d’ap­pe­ler à « un cessez-le-feu immé­diat et un retour à la table des négo­cia­tions ». Nous n’avons pas utilisé un tel langage onusien lorsque les Etats-Unis ont envahi l’Irak, mais nous avons exigé le retrait immé­diat et incon­di­tion­nel des agres­seurs, comme nous l’avons fait dans chaque cas d’in­va­sion d’un pays par un autre. De même, nous devrions exiger non seule­ment la cessa­tion de l’agres­sion, mais aussi le retrait immé­diat et incon­di­tion­nel des troupes russes d’Ukraine.

2. L’exi­gence du retrait russe s’ap­plique à chaque pouce du terri­toire ukrai­nien – y compris le terri­toire envahi par la Russie en 2014. Lorsqu’il y a un diffé­rend sur l’ap­par­te­nance d’un terri­toire où que ce soit dans le monde – comme la Crimée ou les provinces de l’Est de l’Ukraine, en l’oc­cur­rence – nous n’ac­cep­tons jamais qu’il soit résolu par la force brute et la loi du plus fort, mais toujours unique­ment par le libre exer­cice par les peuples concer­nés de leur droit à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion démo­cra­tique.

3. Nous sommes oppo­sés aux appels à l’in­ter­ven­tion mili­taire directe d’une force impé­riale contre une autre, que ce soit par des troupes au sol ou par l’im­po­si­tion d’une zone d’ex­clu­sion aérienne à distance. Par prin­cipe, nous sommes contre l’in­ter­ven­tion mili­taire directe de toute force impé­ria­liste, où que ce soit. Deman­der à l’une d’entre elles d’af­fron­ter une autre équi­vaut à souhai­ter une guerre mondiale entre puis­sances nucléaires. De plus, il est impos­sible qu’une telle inter­ven­tion puisse s’ef­fec­tuer dans les limites du droit inter­na­tio­nal puisque la plupart des grandes puis­sances impé­ria­listes disposent d’un droit de veto au Conseil de sécu­rité de l’ONU. Même si l’on peut aisé­ment comprendre que les victimes ukrai­niennes de l’agres­sion puissent lancer, par déses­poir, de tels appels, il s’agit néan­moins de demandes irres­pon­sables.

4. Nous sommes pour la livrai­son sans condi­tions d’armes défen­sives aux victimes d’une agres­sion – dans ce cas, à l’Etat ukrai­nien qui lutte contre l’in­va­sion russe de son terri­toire. Aucun anti-impé­ria­liste respon­sable n’a demandé à l’URSS ou à la Chine d’en­trer en guerre au Viet­nam contre l’in­va­sion améri­caine, mais tous les anti-impé­ria­listes radi­caux étaient favo­rables à une augmen­ta­tion des livrai­sons d’armes par Moscou et Pékin à la résis­tance viet­na­mienne. Donner à ceux qui mènent une guerre juste les moyens de lutter contre un agres­seur beau­coup plus puis­sant est un devoir inter­na­tio­na­liste élémen­taire. S’op­po­ser en bloc à de telles livrai­sons est en contra­dic­tion avec la soli­da­rité élémen­taire due aux victimes.

5. Nous n’avons pas de posi­tion de prin­cipe géné­rale sur les sanc­tions. Nous étions favo­rables aux sanc­tions visant l’Etat d’apar­theid sud-afri­cain et nous sommes favo­rables aux sanc­tions visant l’oc­cu­pa­tion colo­niale israé­lienne. Nous étions contre les sanc­tions impo­sées à l’Etat irakien après sa destruc­tion par la guerre en 1991, car il s’agis­sait de sanc­tions meur­trières qui ne servaient aucune cause juste, mais seule­ment la soumis­sion d’un Etat à l’im­pé­ria­lisme des Etats-Unis à un coût quasi géno­ci­daire pour sa popu­la­tion. Les puis­sances occi­den­tales ont décidé toute une série de nouvelles sanc­tions contre l’Etat russe pour son inva­sion de l’Ukraine. Certaines d’entre elles peuvent effec­ti­ve­ment réduire la capa­cité du régime auto­cra­tique de Poutine à finan­cer sa machine de guerre, d’autres peuvent nuire à la popu­la­tion russe sans trop affec­ter le régime ou ses acolytes oligar­chiques. Notre oppo­si­tion à l’agres­sion russe combi­née à notre méfiance à l’égard des gouver­ne­ments impé­ria­listes occi­den­taux signi­fie que nous ne devrions ni soute­nir les sanc­tions de ces derniers, ni exiger leur levée.

6. Enfin, la ques­tion la plus évidente et la plus directe de toutes dans une pers­pec­tive progres­siste est la demande d’ou­ver­ture de toutes les fron­tières aux réfu­gié·e·s d’Ukraine, comme elles devraient l’être pour tous les réfu­gié·e·s fuyant la guerre et les persé­cu­tions, quelle que soit leur prove­nance. Le devoir d’ac­cueillir et d’hé­ber­ger les réfu­gié·e·s et le coût de cet accueil doivent être équi­ta­ble­ment parta­gés par tous les pays riches. Une aide huma­ni­taire urgente doit égale­ment être appor­tée aux personnes dépla­cées à l’in­té­rieur des fron­tières de l’Ukraine.

Soli­da­rité avec le peuple ukrai­nien !

Gilbert Achcar

27 février 2022

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.