Aller au contenu

Muni­ci­pales à Poitiers : « Osons Poitiers » 15,05% !

La liste conduite par Chris­tiane Fraysse (EELV) regroupe EELV, le NPA et le Front de gauche sans le PCF (PG et Ensemble). Elle a obtenu 15,05 des voix aux muni­ci­pales de Poitiers au second tour et 4 élu.es

Elle a obtenu sensi­ble­ment le même pour­cen­tage à chaque tour, mais une légère hausse des résul­tats en nombre de voix.  Cette liste est une première dans cette ville de plus de 80.000 habi­tant.e.s.

Comment tout cela a-t-il commencé ?

Nous avions eu une élue en 2008 sur une liste citoyenne regrou­pant LCR et Les Alter­na­tifs. Notre élue fut pendant la manda­ture la seule oppo­si­tion exis­tante au baron local, Alain Claeys, celui-là même qui prési­dait la commis­sion parle­men­taire qui a fait oublier l’af­faire Cahu­zac, et qui fut long­temps tréso­rier du PS.

Paral­lè­le­ment les tensions au sein de la majo­rité étaient arri­vés à un point de rupture et les élu.e.s EELV s’af­fron­taient régu­liè­re­ment au poten­tat local sur des thèmes écolo­giques et de gauche (notam­ment la hausse de la TVA).

Enfin des luttes communes nous avaient réunis :anti-nucléaires, anti­ra­cistes et contre la vente d’un ancien Théâtre muni­ci­pal vendu pour en faire des commerces et loge­ments de luxe.

Lors des négo­cia­tions au sein du Front de Gauche, le PCF avait cassé la dyna­mique enga­gée sur le seul refus absolu d’en­vi­sa­ger l’élar­gis­se­ment au NPA (unitaire dans notre ville) et à EELV.

Quand Ensemble et le PG unis ont proposé un front allant du NPA à EELV, l’ac­cord s’est réalisé très rapi­de­ment. La campagne montra l’am­pleur des points communs dans une ambiance de respect mutuel pas si courant dans le monde poli­tique. Ce fut une alliance verte et rouge qui se conso­lida au fil de la campagne élec­to­rale.

Les deux tours

Le premier tour a vu une baisse très impor­tante des voix du PS-PCF, une droite divi­sée, un taux d’abs­ten­tion supé­rieur à la moyenne natio­nale (presque 50%) et un Front natio­nal à 12 % pour sa première parti­ci­pa­tion aux muni­ci­pales.

Dès le début de la campagne le candi­dat député-maire sortant avait répété à l’envi qu’il n’y aurait aucun accord possible, quelque soit le cas de figure. Cette fois-là, il tint parole.

Il gagne aujourd’­hui avec 41 % des voix, la droite coali­sée fait 34 %,l’abs­ten­tion a reculé de 2 points et le Front natio­nal recule légè­re­ment a 9,7 %.

Nous conser­vons nos 15 %. Le premier cama­rade d’En­semble dans la liste était en 6° posi­tion et ne fera donc pas partie des 4 élu.e.s. Pour la suite, comme l’a déclaré notre tête de liste, « Osons Poitiers » compte bien conti­nuer sur la lancée de la construc­tion « d’une nouvelle gauche sociale et poli­tique ». A l’exemple de Grenoble, Poitiers compte bien construire une alliance rouge et verte, contre le néoli­bé­ra­lisme, ferme sur ses prin­cipes et prag­ma­tique.

Voilà l’illus­tra­tion une concep­tion du Front de gauche que nous prônons : dyna­mique, non sectaire, crédi­bi­li­sant la possi­bi­lité et la néces­sité d’une alter­na­tive sociale et écolo­gique au système.

Billets en relation :

3 réflexions au sujet de « Muni­ci­pales à Poitiers : « Osons Poitiers » 15,05% ! »

  1. Antoine BACK dit :

    Bravo pour ce score plus qu’honnête, malgré un FdG entamé comme dans nombre d’autres grandes villes ; preuve est faite qu’en gardant le cap unitaire, au delà du cours isolationniste des vieilles querelles mesquines, une alternative à gauche est possible et souhaitable. Poitiers, prochaine ville rouge-verte ?

    Antoine (GA/Ensemble, Grenoble)

    Répondre
  2. carl1917 dit :

    C’est depuis Grenoble que nous recevons ce message d’Antoine! merci! Bon courage à nos camarades grenoblois et à leur spectre écosocialiste!

    Répondre
  3. Ping : Pourquoi Ensemble! n’a pas rejoint France Insoumise ? – Reve 86

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.