Aller au contenu

Non à la modu­la­tion des allo­ca­tions fami­liales !

Commu­niqué du Front de gauche du 23 octobre 2014

Avec l’an­nonce de la modu­la­tion des allo­ca­tions fami­liales en fonc­tion des reve­nus, le gouver­ne­ment Hollande-Valls porte un nouveau coup à la protec­tion sociale. Le comble est qu’il prétend le faire au nom de la justice sociale !

C’est tout le contraire : les allo­ca­tions fami­liales ne sont pas une « aide sociale », mais bien une partie socia­li­sée du salaire.

L’uni­ver­sa­lisme n’est pas un prin­cipe abstrait : c’est la condi­tion même pour que les pres­ta­tion soient des droits pour tou/tes, et non une aumône consen­tie à des « assis­tée-es ».

Avec la modu­la­tion, ceux qui financent ne seront plus prin­ci­pa­le­ment les béné­fi­ciaires des allo­ca­tions. Les premiers ( les ménages impo­sables sur le revenu, puisque les entre­prises ont déjà été large­ment exoné­rées) seront d’au­tant plus atten­tifs aux sirènes du « ras-le-bol fiscal ». L’exemple des Etats-Unis nous montre la suite : stig­ma­ti­sa­tion des allo­ca­taires, perte de légi­ti­mité du système aux yeux du plus grand nombre, dimi­nu­tion des recettes, et fina­le­ment réduc­tion des allo­ca­tions à un filet de sécu­rité. Les droits des pauvres sont de pauvres droits !

Qui peut croire que les quelques dizaines de millions d’eu­ros ainsi grapillés seront redis­tri­bués aux plus bas reve­nus, quand des dizaines de milliards ont été donnés sans contre­par­tie au patro­nat dans le cadre du Pacte de respon­sa­bi­lité ?

Une vraie poli­tique fami­liale de gauche suppo­se­rait non seule­ment la garan­tie de l’uni­ver­sa­lité des allo­ca­tions, mais une exten­sion de la gratuité : service public de la petite enfance, cantines, four­ni­ture scolai­res…Voilà qui serait vrai­ment redis­tri­bu­tif !

Paris, le 23 octobre 2014.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.