Aller au contenu

Non à la relance du nucléaire !

Commu­niqué du Réseau Sortir du Nucléaire du 10 novembre

Emma­nuel Macron annonce la construc­tion de nouveaux réac­teurs : l’amné­sie et le mépris de la démo­cra­tie en marche !

Lors de son allo­cu­tion du mardi 9 novembre, pêle-mêle au milieu d’autres annonces sur la situa­tion sani­taire, les retraites et le chômage, Emma­nuel Macron a déclaré que la France se lance­rait dans la construc­tion de nouveaux réac­teurs. Une décla­ra­tion floue, mais révol­tante par son aveu­gle­ment sur la situa­tion de l’in­dus­trie nucléaire et son mépris pour la démo­cra­tie.

Le chan­tier de l’EPR de Flaman­ville, en cours depuis 2007, est un fiasco lamen­table, cumu­lant 11 années de retard, des malfaçons en série et des coûts multi­pliés au moins par 4, voire presque par 6 [1] ? Emma­nuel Macron a déli­bé­ré­ment choisi de l’igno­rer, annonçant d’ailleurs que cette relance de la construc­tion de réac­teurs aurait lieu « pour la première fois depuis des décen­nies » ! Avec cette amné­sie déli­bé­rée, le président-candi­dat compte donc enli­ser encore plus la France dans le bour­bier d’une tech­no­lo­gie polluante, dépas­sée, dange­reuse et coûteuse ?

L’ave­nir éner­gé­tique de notre pays relève de choix de société qui devraient norma­le­ment appar­te­nir aux citoyen.nes. En annonçant ces construc­tions comme une évidence déjà déci­dée, sans même évoquer de débats préa­lables ni les procé­dures légales qui devraient précé­der de tels chan­tiers, Emma­nuel Macron révèle son immense mépris pour la popu­la­tion. Pour le président-candi­dat, la déli­bé­ra­tion sur le sujet se retrou­ve­rait donc réduite aux débats dans le cadre de l’élec­tion prési­den­tielle, le vote final ayant valeur de carte blanche pour mettre en oeuvre son projet ? Il perpé­tue­rait ainsi la tradi­tion du fait accom­pli qui a prévalu jusqu’ici en France, où le nucléaire est le fait du prince et échappe à toute déli­bé­ra­tion démo­cra­tique !

Il est inac­cep­table qu’Em­ma­nuel Macron entende ainsi nous dépos­sé­der de notre avenir, alors même que plusieurs études récem­ment publiées, qu’il s’agisse des travaux de RTE ou du scéna­rio négaWatt, montrent que nous pouvons avoir le choix de notre futur éner­gé­tique : une France 100% renou­ve­lable est possible, sans rupture d’ap­pro­vi­sion­ne­ment et dans l’at­teinte de nos objec­tifs clima­tiques.

Enfin, il est indigne de voir Emma­nuel Macron, en pleine COP, invoquer l’ar­gu­ment clima­tique pour justi­fier la construc­tion de nouveaux réac­teurs. Alors que la France vient d’être condam­née pour son inac­tion clima­tique, le chef de l’État propose donc de se lancer dans des chan­tiers longs, coûteux et sujets aux retards ? Tabler sur de nouveaux réac­teurs pour produire l’élec­tri­cité « bas-carbone » de demain serait la plus sûre manière de rater nos objec­tifs de réduc­tion d’émis­sions. L’an­nonce d’Em­ma­nuel Macron, desti­née à détour­ner l’at­ten­tion de son inac­tion clima­tique, est d’au­tant plus révol­tante que les services de l’État sont parfai­te­ment conscients que les nouveaux réac­teurs dont rêve EDF risquent d’être opéra­tion­nels bien plus tard qu’an­noncé, comme indique un docu­ment fuité récem­ment par Contexte.com. Sans parler des diffi­cul­tés de finan­ce­ment dont s’inquié­tait un rapport de juillet 2020 de la Cour des Comptes sur la « Filière EPR ».

Nous appe­lons à faire barrage à ces projets de nouveaux réac­teurs, qui enfer­re­raient la France pour des décen­nies supplé­men­taires dans l’im­passe d’une tech­no­lo­gie dange­reuse, polluante, dépas­sée et produc­trice de déchets ingé­rables. Ne nous lais­sons pas voler notre avenir !


Notes

[1] Alors que la dernière esti­ma­tion d’EDF s’élève à 12,4 milliards d’eu­ros ( contre 3,3 au départ), la Cour des Comptes a évalué en 2020 le coût total du chan­tier à 19,1 milliards d’eu­ros

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.