Aller au contenu

Pourquoi dans la Somme et pas dans la Vienne ?

La campagne Ruffin est lancée !

C’est une première natio­nale : l’unité de toute la gauche de trans­for­ma­tion sociale et écolo­gique est désor­mais réali­sée dans la 1ère circons­crip­tion de la Somme ! Vendredi 17 février, le lance­ment de la campagne de François Ruffin a eu lieu à Flixe­court. Soutenu par Ensemble, EELV, le PCF et la France Insou­mise, le comité de campagne « Picar­die Debout » a rassem­blé plus de 600 personnes au cœur de la circons­crip­tion, dans la ville ouvrière symbole du pater­na­lisme patro­nal de la fin du XIXe siècle. Là où débute aussi le film Merci patron ! et ou a débuté la fortune de Bernard Arnault.

Un départ en fanfare, en picard, en soutien aux sala­riés de Whirl­pool, aux auxi­liaires de vie du dépar­te­ment, aux Bigard, aux Goodyear. Un candi­dat en stand-up qui pointe les reve­nus du capi­tal et l’unité du combat. Une candi­da­ture qui vise à « ne pas sépa­rer écolo­gie et social, car dans ces deux combats, nous affron­tons le même ennemi ». Une campagne pour « lutter contre le fata­lisme, la rési­gna­tion et le mari­nisme », qui constate que « la fron­tière entre la droite et la gauche passe à l’in­té­rieur du PS » et qui affirme que « le cœur de la gauche bat ici et pas ailleurs ». L’in­car­na­tion d’une posture enfin, celle de ch’La­fleur, la marion­nette du quar­tier Saint-Leu d’Amiens (la première zone indus­trielle de la ville) qui « donne des coups de pieds aux culs des notables et des bour­geois ».

Une dyna­mique pour un terri­toire qui a du poten­tiel, fruit d’un décou­page élec­to­ral parti­cu­lier même s’il ne s’agit plus de la circons­crip­tion du commu­niste Maxime Gremetz. Elle rassemble la moitié d’Amiens, l’en­semble d’Ab­be­ville et englobe le Val de Nièvre : il y a 30 ans quelques 25000 sala­rié-e-s de l’in­dus­trie textile y travaillaient, et aujourd’­hui encore la majo­rité des sala­rié-e-s de la Zone Indus­trielle d’Amiens y résident. Bref, elle est « de gauche » et la député qui y a été élue en 2012 – Pascale Bois­tard, actuelle secré­taire d’état de Caze­neuve après avoir été celle de Valls – espère bien échap­per à la sanc­tion.

Unité : mode d’em­ploi

Comment cette unité a été rendue possible ? Par le capi­tal symbo­lique entou­rant le candi­dat tout d’abord. Ruffin est un acti­viste mi local, mi natio­nal. Il a fondé Fakir à Amiens, mais a déve­loppé un jour­nal « natio­nal » depuis 2008. Il a parti­cipé à de nombreuses luttes locales et a déjà été actif dans une campagne élec­to­rale (campagne anti-Robien de 2008). Son film Merci patron ! a permis à des tas de spec­ta­teurs de rigo­ler en démon­trant que « les riches ne sont puis­sants que parce que l’on est à genou ». Il a été très actif dans le mouve­ment anti loi Travail, et a été une des chevilles ouvrières de Nuit Debout avant de répondre aux « solli­ci­ta­tions » de son entou­rage à se présen­ter sous condi­tion d’unité de la gauche radi­cale.

Mais c’est surtout la dyna­mique « citoyenne » qui s’est avérée déci­sive pour faire de cette pers­pec­tive de campagne une réalité. A commen­cer par les 300 mili­tants syndi­caux, asso­cia­tifs ou poli­tiques qui ont signé un appel de soutien à la candi­da­ture pour « faire pres­sion » sur les orga­ni­sa­tions poli­tiques. Mais aussi grâce aux relais que la dyna­mique a pu trou­ver dans certains secteurs du PCF, d’EELV ou de la France Insou­mise (Ensemble a apporté son soutien à l’ini­tia­tive depuis l’ori­gine). Et enfin grâce aux centaines de mili­tants désor­mais présents pour coller des affiches, distri­buer des tracts, faire du porte à porte, orga­ni­ser des tour­nois de foot hebdo­ma­daires ou prépa­rer des fougasses dans la cara­vane de campagne.

Ensemble a large­ment œuvré pour la réus­site de cette dyna­mique, avec les poten­tia­li­tés mais aussi les limites (absence de programme collec­ti­ve­ment conçu, posture parfois de témoi­gnage et refu­sant de faire des « fausses promesses », etc.) qu’elle comporte. Si ce rassem­ble­ment a pour le moment une dimen­sion profon­dé­ment locale, il doit nous servir de point d’ap­pui pour faire la démons­tra­tion que l’unité est possible pourvu qu’une dyna­mique citoyenne existe. Que l’ou­ver­ture du champ poli­tique à des groupes issus du mouve­ment social boule­verse le ton et les codes poli­tiques, et de ce fait enjoint de nouveaux secteurs à entrer dans l’ac­tion. Que lorsque l’unité est actée, elle permet d’en­clen­cher une dyna­mique permet­tant de reprendre pied à pied le terrain, en dépas­sant en nombre et en dyna­misme l’en­semble de nos adver­saires poli­tiques. Car si la candi­da­ture Ruffin permet une « jacque­rie élec­to­rale » dans la Somme tant mieux, mais l’objec­tif est surtout de faire de cette excep­tion la règle pour les légis­la­tives à venir.

Ensemble! 80

http://www.ensem­ble80.fr/2017/02/

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.