Aller au contenu

Premier Mai, Poitiers. Prise de parole du collec­tif Pales­tine de Poitiers.

Chers Cama­rades, chers Amis,
Alors que le monde entier célèbre la Jour­née inter­na­tio­nale des Travailleurs, les travailleurs pales­ti­niens célèbrent ce 1er mai dans un contexte marqué par la pour­suite de l’oc­cu­pa­tion et de la colo­ni­sa­tion.
Malgré la pauvreté, le chômage et l’ab­sence de pers­pec­tives, qu’ils soient en Cisjor­da­nie, dans la Bande de Gaza, dans les terri­toires de 1948 ou en exil, les travailleurs pales­ti­niens sont plus que jamais déter­mi­nés et luttent comme nous pour un lende­main meilleur, un lende­main de liberté et de justice.
Le taux de chômage dépasse les 45 % en Cisjor­da­nie et 70 % dans la bande de Gaza, toujours sous blocus israé­lien, dans laquelle plus de 75 % des Pales­ti­niens vivent en dessous du seuil de pauvreté, et où la vie écono­mique est para­ly­sée par la ferme­ture des fron­tières et des passages.
En ce 1er mai, nos pensées vont plus parti­cu­liè­re­ment à tous les travailleurs pales­ti­niens tués par les soldats israé­liens sur leurs lieux de travail, devant le mur d’apar­theid, dans les mani­fes­ta­tions contre la confis­ca­tion de leurs terres, devant les barrages mili­taires israé­liens ou suite aux agres­sions israé­liennes perma­nentes.
Nos pensées vont égale­ment à ces travailleurs pales­ti­niens qui, malgré les humi­lia­tions israé­liennes et les files d’at­tente devant les check-points, conti­nuent à vouloir se rendre sur leur lieu de travail afin de vivre et faire vivre leurs familles.
Une autre pensée à ceux qui sont depuis des années sans travail à cause de toutes les mesures israé­liennes de rétor­sion et qui n’ar­rivent pas à répondre aux besoins de leurs familles, et en parti­cu­lier à la popu­la­tion de Gaza qui, trois ans après l’of­fen­sive mili­taire israé­lienne de l’été 2014, reste sans aucun projet réel de recons­truc­tion et un hori­zon bouché.
Enfin, une pensée pour les prison­niers pales­ti­niens en grève de la faim depuis le 17 avril en protes­ta­tion contre leurs condi­tions atroces de déten­tion mais aussi pour la justice et l’au­to­dé­ter­mi­na­tion, rejoints par les mili­tants basques empri­son­nés à Lanne­me­zan et Georges Ibra­him Abdal­lah, ce mili­tant commu­niste, combat­tant de la cause des peuples liba­nais et pales­ti­nien contre l’im­pé­ria­lisme, le sionisme, et la réac­tion, empri­sonné depuis 34 ans par la France qui lui refuse la libé­ra­tion condi­tion­nelle à laquelle il pour­rait prétendre. Nous affir­mons notre soli­da­rité totale avec ces prison­niers qui incarnent aujourd’­hui plus que jamais la Résis­tance du peuple pales­ti­nien et affir­mons face à leurs geôliers sionistes et à leurs soutiens ici-mêmes, qu’ils ne sont pas seuls ! La résis­tance ne s’em­pri­sonne pas !
Chers Cama­rades, chers Amis,
Je rappel­le­rais que lorsque nous luttions contre la loi El Khomri, des syndi­ca­listes pales­ti­niens nous avaient adressé à leur tour un message de soli­da­rité et de soutien, bien conscients de la nature de classe de cette loi, eux qui béné­fi­cient si peu de garan­ties et de protec­tions sociales.
Oui, en ce 1er Mai 2017, nous voulons réaf­fir­mer avec force que la soli­da­rité inter­na­tio­nale est plus forte que la barba­rie de l’im­pé­ria­lisme qui sème guerre et terreur sur la planète pour assou­vir le puits sans fond de ses appé­tits. Et en cela, notre Comité le rappelle sans cesse, la lutte du peuple pales­ti­nien est une cause exem­plaire, centrale, univer­selle et révé­la­trice.
Exem­plaire, car elle révèle les accoin­tances entre les pays impé­ria­listes et le sionisme, Israël jouant plus que jamais le rôle de « poste avancé de la civi­li­sa­tion, un rempart de l’Eu­rope contre l’Asie, s’op­po­sant à la barba­rie ».
Centrale, car le main­tien d’Is­raël dans la région permet le main­tien de la supré­ma­tie des puis­sances occi­den­tales.
Univer­selle, car la lutte des Pales­ti­niens est la cause de tous les peuples oppri­més, tout comme leur résis­tance est le symbole de la lutte contre toutes les oppres­sions et injus­tices. Elle rejoint la lutte du peuple syrien en butte à l’agres­sion des pays occi­den­taux coali­sés pour briser l’axe de la résis­tance à l’im­pé­ria­lisme (Iran, Syrie, Hezbol­lah).
Elle est aussi révé­la­trice car, soute­nant de plus en plus ouver­te­ment Israël, les Etats occi­den­taux soutiennent sans rete­nue son racisme, son colo­nia­lisme, son unila­té­ra­lisme qui sont aussi les leurs et qui se mani­festent de plus en plus ouver­te­ment ces derniers temps.
C’est la même guerre ici et là-bas. Ce sont les mêmes multi­na­tio­nales qui dressent les travailleurs et les peuples les uns contre les autres et instil­lent la peur qui divise et affai­blit les exploi­tés.
En ce 1er mai 2017, nous le réaf­fir­mons haut et fort : Vive la Pales­tine ! Vive la Résis­tance pales­ti­nienne ! Boycott Israël !
Vive la soli­da­rité inter­na­tio­nale !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.