Aller au contenu

Philippe Marti­nez, inter­rogé à la veille du Premier mai. Extraits. Contre le FN.

Le Pari­sien. Extraits.

(…)

En 2002, CGT et CFDT défi­laient ensemble le 1 er Mai contre le FN. Pourquoi pas en 2017 ?

Philippe Marti­nez. Juste­ment, on n’est plus en 2002. Avec la CFDT, il y a une diffé­rence d’ap­pré­cia­tion de fond sur l’ana­lyse des raisons qui amènent le FN à être présent une nouvelle fois au second tour. Les deux centrales combattent le FN. Par contre, nous consi­dé­rons que tout le monde doit tirer la leçon de 2002, des décep­tions, des promesses non tenues, du chômage, de la détresse sociale, des poli­tiques d’aus­té­rité. Comment se fait-il que, quinze ans après, on se retrouve dans la même situa­tion ? C’est un échec de la classe poli­tique. Si on ne corrige pas ça, dans cinq ans on va se réveiller avec un plus grand mal de tête qu’aujourd’­hui. La CFDT consi­dère que ces ques­tions-là, on les verra après.

 

(…)
Votre slogan, « Aucune voix pour le Front natio­nal », sans dire comment, c’est un peu faire le service mini­mum…

Pas du tout. C’est une posi­tion claire ! Si le FN n’a aucune voix, ils ne seront pas élus.

Dans ce climat, le danger n’est-il pas l’abs­ten­tion ?

Le ni-ni, ce n’est pas la posi­tion de la CGT. Cela veut dire qu’il faut aller voter, c’est clair. Les citoyens que je croise mesurent bien le danger, même s’il faut conti­nuer à discu­ter. Quand la CGT est présente dans les entre­prises, le vote FN est moins élevé. Mais il est encore trop élevé pour nous. Il faudrait qu’il y ait 0 % de sympa­thi­sants CGT qui fassent le choix du vote Front natio­nal. Le syndi­ca­lisme, et la CGT notam­ment, est un rempart.

Alors, pourquoi ne pas appe­ler clai­re­ment à voter Macron, comme la CFDT ?

Emma­nuel Macron a dit dimanche soir : « Je ne vous demande pas de voter contre le Front natio­nal, je vous demande de voter pour moi. » La CGT demande de voter contre le Front natio­nal. Et défend dans cette posi­tion, d’une part, une analyse critique des poli­tiques qui ont été menées depuis quinze ans et, d’autre part, des alter­na­tives sociales.

En 2012, Bernard Thibault a bien appelé à voter Hollan­de…

C’était une posi­tion person­nelle lors d’une inter­view. La CGT avait demandé de s’op­po­ser au président sortant.

Marine Le Pen a fait un copier-coller de vos reven­di­ca­tions sociales. Comment menez-vous le combat des idées dans vos rangs qui comptent 15 % de ses sympa­thi­sants ?

Il s’agit d’une usur­pa­tion de nos slogans. Une vitrine, mais, dans l’ar­rière-boutique, c’est autre chose. On fait des campagnes de sensi­bi­li­sa­tion, des fiches argu­men­taires, des forma­tions pour le faire comprendre. On explique que le Front natio­nal n’est pas un parti comme les autres, contrai­re­ment à la bana­li­sa­tion que certains tentent d’ali­men­ter. C’est un parti raciste, révi­sion­niste, auto­ri­taire qui remet en cause les liber­tés indi­vi­duelles et collec­tives. Un parti anti­femmes, qui est contre l’in­ter­rup­tion volon­taire de gros­sesse et pour qu’elles restent à la maison. Il dit vouloir le bonheur de tout le monde sauf les femmes, les immi­grés, les jeunes, les chômeurs, les retrai­tés ! C’est aussi un parti libé­ral.

(…)
 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.