Aller au contenu

Réforme du collège, le retour.


Retour sur un article de notre cama­rade Myriam Rossi­gnol de juin dernier. Toujours d’ac­tua­lité en cette rentrée.

Prenez un zeste de réforme Pécresse des Univer­si­tés en accen­tuant l’au­to­no­mie des établis­se­ments, un zeste de la réforme Allègre du lycée avec les travaux inter­dis­ci­pli­naires ou celle de Chatel avec l’ac­com­pa­gne­ment person­na­lisé, un zeste de la réforme Peillon du primaire avec toujours moins d’heures d’en­sei­gne­ment, des vieux IDD (itiné­raires de décou­verte) de l’époque de Jack Lang et vous aurez trouvé ou compris la réforme du collège. C’est donc une fois de plus une réforme de logique libé­rale, à moyens constants (voire moins dans l’ave­nir), qui vise plutôt à dérè­gle­men­ter et mettre en concur­rence qu’à donner une vraie réponse à la diffi­culté scolaire.

 

Cette réforme enté­rine les choix, réforme après réforme dans l’édu­ca­tion, d’en­sei­gner toujours moins d’heures, en dimi­nuant la diver­sité des ensei­gne­ments, sans jamais faire le bilan des précé­dentes réformes (sur l’aide person­na­li­sée par exemple), ni répondre au vrai sujet de départ : la diffi­culté scolaire et la repro­duc­tion des inéga­li­tés sociales dans l’école.

 

On peut parfois se deman­der dans quel pays vivons-nous pour qu’a­près chaque nouvelle réforme, on semble heureux que le temps de l’école dimi­nue (c’était aussi le cas dans la dernière réforme du primaire)… Dans le cas présent, la chose nouvelle et surpre­nante est le degré de mensonge et de mépris du gouver­ne­ment : on ne suppri­me­rait rien, ni dans les horaires ni dans la diver­sité », les ensei­gnant-es serait du côté de l’im­mo­bi­lisme et de l’éli­tisme et les décrets passent la nuit même d’une mobi­li­sa­tion inter-syndi­ca­le…

Pour­tant, la grille horaire présen­tée par le minis­tère montre clai­re­ment qu’il revien­dra à chaque établis­se­ment de choi­sir les heures d’en­sei­gne­ment (20% de chaque niveau) sur lesquelles devra être pris le temps pour les nouveaux dispo­si­tifs (1 heure d’ac­com­pa­gne­ment person­na­lisé et 3 heures d’en­sei­gne­ment pratique inter­dis­ci­pli­naire pour chaque niveau de la 5e à la 3e). La réécri­ture des programmes prévoit une part (variante selon les disci­plines) qui sera facul­ta­tive, là encore, selon le choix des équipes de l’éta­blis­se­ment. D’un établis­se­ment à un autre, les ensei­gne­ments ne seront pas les mêmes, ni les horaires.

 

Il est fort à parier que suivant le niveau du public, les équipes devront faire des choix qui accen­tue­ront encore plus les diffé­rences entre collèges, quitte à les mettre en concur­rence. Pour certaines disci­plines, on peut même avoir des craintes qu’elles dispa­raissent par manque de moyens ou de choix de gestion (langues anciennes, certaines langues secondes comme l’al­le­mand ou l’ita­lien…). Les quelques heures hebdo­ma­daires théo­rique­ment données ne suffisent pas à orga­ni­ser les nouveaux dispo­si­tifs en demi-groupes ; et c’est pour­tant sur ces moyens, accor­dés à discré­tion du recteur et selon le projet de l’éta­blis­se­ment, qu’il faudrait puiser pour réin­tro­duire latin, classe bilangue ou 3e heure de LV2 en 5e, co-inter­ven­tion…

Paral­lè­le­ment, l’in­tro­duc­tion de hiérar­chies inter­mé­diaires chez les ensei­gnants et le renfor­ce­ment des pouvoirs des chefs d’éta­blis­se­ment fait craindre pour les collec­tifs de travail. L’in­tro­duc­tion de respon­sables de niveaux ou de disci­plines, payés avec des indem­ni­tés, va accen­tuer les rapports de concur­rence entre profs qui devront déjà négo­cier, en leur sein, le temps disci­pli­naire ensei­gné.

Pour­tant, une réforme du collège était atten­due et  depuis long­temps par les ensei­gnant-es eux-mêmes, insa­tis­fait-es de l’im­passe dans laquelle ils et elles se trouvent confronté avec leurs élèves en diffi­culté.

Cepen­dant, la réponse qu’ils et elles appor­te­raient serait tout autre, persuadé-es que ce n’est pas en insuf­flant seule­ment quelques heures de travaux inter­dis­ci­pli­naires – qu’ils pratiquent déjà, n’en déplaisent à nos énarques – et en dimi­nuant les heures d’en­sei­gne­ment qu’ils et elles répon­dront au vrai défi des élèves en diffi­culté.

Il faudrait augmen­ter les moyens en primaire et réta­blir les équipes RASED (réseaux d’aides spécia­li­sées aux élèves en diffi­culté) qui ont pratique­ment disparu. Une vraie réforme ne pour­rait faire l’éco­no­mie d’une baisse des effec­tifs par classe et du dédou­ble­ment systé­ma­tique dans chaque disci­pline ensei­gnée en collège. Il faudrait égale­ment envi­sa­ger la possi­bi­lité de co-inter­ven­tion, en collège comme en primaire, à l’in­té­rieur d’une même classe. Il est aujourd’­hui indis­pen­sable de réflé­chir à la mise en place d’un dispo­si­tif en collège d’en­sei­gnants spéci­fique­ment formés à la diffi­culté scolaire. Il faut offrir une diver­sité de conte­nus aux élèves ainsi qu’une diver­sité d’ac­cès à ces savoirs en mettant en avant des capa­ci­tés variées (tech­niques, manuelles, expé­ri­men­ta­les…). Il faut égale­ment  accor­der des rythmes diffé­rents dans la scola­rité pour aider  les élèves à parve­nir au lycée.

 

Enfin la diffi­culté est scolaire parce qu’elle est aussi sociale. Des équipes pluri­pro­fes­sion­nelles en nombre suffi­sant sont néces­saires. Trop souvent, les collèges ne disposent que des mi-temps d’AS, de COP, d’in­fir­mières et les postes de CPE sont insuf­fi­sants comme ceux d’édu­ca­teurs dans les quar­tiers, ceux de psycho­logues inexis­tants. Il faut aussi revoir le système de déro­ga­tion et de carte scolaire qui permet une ghet­toï­sa­tion de certains collèges.

De nouvelles mobi­li­sa­tions  sont indis­pen­sables pour faire recu­ler ce gouver­ne­ment qui, une fois de plus, fait passer ses projets en déni des besoins du plus grand nombre.

Myriam Rossi­gnol

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.