Aller au contenu

Société Louise Michel. Entre­tien avec le profe­seur Grimaldi. 6 avril.

Coro­na­vi­rus : entre­tien avec André Grimaldi, Profes­seur émérite au CHU Pitié-Salpê­trière (Paris).

En cette période de confi­ne­ment dû au COVID-19, et face au grand nombre de ques­tions sani­taires et poli­tiques qui se posent à tous, l’en­tre­tien qui suit, conduit pour la Société Louise-Michel par Charles Micha­loux, est éclai­rant à plus d’un titre. Les diffi­cul­tés actuelles rencon­trées par l’hô­pi­tal sont bien la consé­quence de choix poli­tiques qui ont consisté à trai­ter la santé comme une marchan­dise, et l’hô­pi­tal comme une entre­prise sous contrainte budgé­taire : travail à flux tendu, suppres­sion de person­nels et de lits, manque de médi­ca­ments, de masques, de tests, etc. Sont égale­ment abor­dés ici la ques­tion des « trai­te­ments miracle » (l’hy­po­thèse du Profes­seur Didier Raoult n’est pas une preuve) ; la néces­sité de sanc­tua­ri­ser les ressources de la Sécu­rité sociale et de compen­ser les exoné­ra­tions de charges sociales octroyées aux entre­prises ; les condi­tions du décon­fi­ne­ment, qui néces­si­te­ront masques et tests ; l’épi­dé­mie des mala­dies chro­niques qui concernent 20 millions de personnes en France et est lais­sée au second plan aujourd’­hui. A l’usage de tous ceux qui imaginent une sortie de crise heureuse avec des mesures corri­geant les défi­ciences actuelles, André Grimaldi envoie une mise en garde : nous pour­rions, tout au contraire, avan­cer vers des contrats d’as­su­rance santé indi­vi­duels, et devoir sortir de ce « carcan », le dénommé Service public.

Cet entre­tien n’ayant pu être filmé dans des condi­tions tech­niques accep­tables, nous avons opté pour un enre­gis­tre­ment audio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.