Aller au contenu

Soli­da­rité inter­na­tio­nale contre la répres­sion en Cata­logne

Un appel pari­sien à voca­tion natio­nale. C’est aux fron­tières de la France, c’est en Europe que cette répres­sion a lieu.

Nous expri­mons notre soli­da­rité avec le peuple cata­lan qui paci­fique­ment s’est mobi­lisé de manière massive pour défendre son droit de déci­der de son avenir. Nous condam­nons ferme­ment la répres­sion poli­cière qui n’a pas hésité à utili­ser la force pour tenter d’em­pê­cher le réfé­ren­dum. Plus de 10 000 agents des forces de sécu­rité de l’État ont été déployés dans toute la Cata­logne pour essayer de fermer les bureaux de vote, réqui­si­tion­ner les urnes et les bulle­tins de vote. 844 bles­sés par la police de l’Etat espa­gnol qui a chargé violem­ment celles et ceux qui voulaient voter, cassant les portes des écoles frap­pant indis­tinc­te­ment les personnes âgées, les enfants, s’at­taquant même à la police des Mossos sous tutelle de la Gene­ra­li­tat et aux pompiers cata­lans.
Face à la répres­sion de l’Etat espa­gnol, le vote pour le droit à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion du peuple cata­lan est exem­plaire. La volonté d’un peuple ne peut être arrê­tée. Malgré le déploie­ment de la Guar­dia Civil, la mobi­li­sa­tion a permis de proté­ger un grand nombre des bureaux de vote, avec une parti­ci­pa­tion de plus de trois millions de votants dont 770.000 n’ont pu voir leurs voix prise en comptes plus de 400 bureaux de votes ayant été enva­his par la police et leurs urnes déro­bées. La Cata­logne a démon­tré aujourd’­hui que, contre un État qui refuse d’ac­cep­ter un réfé­ren­dum et d’écou­ter l’ex­pres­sion d’une majo­rité de la popu­la­tion, la Cons­ti­tu­tion espa­gnole, produit d’un compro­mis passé en 1978 avec les franquistes est dépas­sée. Ce cadre juri­dique est utilisé comme excuse pour soute­nir, la viola­tion des droits fonda­men­taux et les attaques directes contre la liberté des peuples d’Es­pagne. Nous appe­lons à la soli­da­rité inter­na­tio­nale pour dénon­cer la répres­sion du gouver­ne­ment Rajoy et défendre la démo­cra­tie. Face à une reven­di­ca­tion démo­cra­tique telle que le droit à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion, la solu­tion ne peut jamais être la répres­sion et la violence.
Nous pouvons avoir des débats sur le bien fondé de l’in­dé­pen­dance de la Cata­logne ou sur les limites du proces­sus actuel, mais nous parta­geons des prin­cipes qui nous amènent à dire ensemble :
 Nous réaf­fir­mons notre soutien aux droits démo­cra­tiques du peuple de Cata­logne.
 Nous soute­nons la grève inter­pro­fes­sion­nelle orga­ni­sée par plusieurs orga­ni­sa­tions syndi­cales, pour défendre les droits et reven­di­ca­tions de tous les travailleurs et travailleuses en Cata­logne.
Nous condam­nons le silence complice des auto­ri­tés françaises et appe­lons les citoyens et citoyennes, les orga­ni­sa­tions démo­cra­tiques, syndi­cales, poli­tiques et asso­cia­tives à se soli­da­ri­ser avec le peuple de Cata­logne.

Contre la violence d’Etat
Pour les liber­tés et la démo­cra­tie
Pour le droit à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion des peuples

Premiers signa­taires :
Union syndi­cale Soli­daires, Sortir du colo­nia­lisme, Assem­blée Natio­nale Cata­lane (France),

Eman­ci­pa­tion, Collec­tif Soli­da­rité Kanaky, Centre Démo­cra­tique des Kurdes de France (CDKF),

Asso­ciu Suli­da­rità (Corsica) – Pariggi, Corsica InIn­ter­na­ziu­na­lista, Réseau Fémi­niste « Ruptures, NPA, PCOF, Ecolo­gie Sociale, Ensemble, Alter­na­tive Liber­taire

 

Et puis un article de Richard Neuville, mili­tant d’En­semble! sur le site Basta­mag. Reçu par

Entre le gouver­ne­ment espa­gnol et la Cata­logne, l’his­toire d’une sépa­ra­tion

 

Entre le gouver­ne­ment espa­gnol et la Cata­logne, l’his­toire d’une sépa­ra­tion

 

Le réfé­ren­dum orga­nisé dimanche par les forces indé­pen­dan­tistes cata­lanes, ainsi que la féroce répres­sion qui s’en est suivie, trouvent leur expli­ca­tion dans la lente dégra­da­tion d’un proces­sus qui avait démarré de manière favo­rable dans les années 2000, avant de se heur­ter aux refus réitéré de toute forme de conces­sion de la part du gouver­ne­ment central. Les reven­di­ca­tions cata­lanes sont alors progres­si­ve­ment passées d’une auto­no­mie négo­ciée, à une volonté d’in­dé­pen­dance pure et simple. Celle-ci ne peut être que renfor­cée par les événe­ments des derniers jours.

L’au­teur de cette tribune, Richard Neuville, est mili­tant syndi­cal et poli­tique et co-anima­teur de l’as­so­cia­tion Auto­ges­tion.

Depuis la Diada – le 11 septembre : jour de la fête natio­nale de Cata­logne – qui a réuni plus d’un million de personnes dans les rues de Barce­lone, les inter­ven­tions du pouvoir central s’en­chaînent contre le proces­sus d’au­to­dé­ter­mi­na­tion engagé en Cata­logne. Le paroxysme a été atteint dimanche 1er octobre, avec des scènes de répres­sion d’une violence inouïe contre les parti­ci­pants au réfé­ren­dum orga­nisé par les forces indé­pen­dan­tistes. La tension n’avait cepen­dant cessé de monter durant les jours précé­dents.

Le 13 septembre, le parquet de Cata­logne avait ordonné la saisie du maté­riel de vote (urnes et bulle­tins), et engagé des procé­dures judi­ciaires à l’en­contre de 750 maires (sur 948) favo­rables à l’or­ga­ni­sa­tion du scru­tin.

Puis le 20 septembre, dans le cadre de l’opé­ra­tion Anubis, la garde civile avait effec­tué une quaran­taine de perqui­si­tions dans les bâti­ments du gouver­ne­ment cata­lan et arrêté quatorze hauts respon­sables – dont le secré­taire géné­ral de l’éco­no­mie et des finances de la région. Ils ne seront libé­rés que trois jours plus tard. Le même jour, elle saisit dix millions de bulle­tins de vote dans des impri­me­ries, et perqui­si­tionne les locaux du parti de gauche Candi­da­tura unitat popu­lar (CUP)1. Pour le président cata­lan, Carles Puig­de­mont, «  l’État espa­gnol a suspendu de facto le gouver­ne­ment auto­nome de la Cata­logne et instauré un état d’ur­gence  ».

Esca­lade de la répres­sion

Pour dénon­cer la « viola­tion de l’état de droit », près de 10 000 personnes descendent le même jour dans les rues de Barce­lone en enton­nant l’hymne natio­nal, Els sega­dors, et la chan­son anti­franquiste de Lluis Llach, l’Estaca. Cette mobi­li­sa­tion a été précé­dée par une mani­fes­ta­tion massive à Bilbao suite à l’in­ter­dic­tion d’un meeting d’Ana Gabriel, dépu­tée de la CUP, à Vito­ria le 16 septembre, et par des meetings de soli­da­rité à Madrid et Gijón le 17 septembre.

Le 22 septembre, le gouver­ne­ment Rajoy envoie 5 000 poli­ciers et mili­taires en Cata­logne, logés dans des navires qui accostent dans les ports de Barce­lone et de Tarra­gone. Il remet en cause l’au­to­no­mie de la police cata­lane en la plaçant sous l’au­to­rité directe du colo­nel de la garde civil, Pérez de los Cobos, et ferme les sites inter­net offi­ciels rela­tifs à l’or­ga­ni­sa­tion du réfé­ren­dum. Puis le parquet géné­ral ordonne la mise sous scel­lés de 2 700 bureaux de vote à partir de vendredi 29 septembre.

Depuis, le gouver­ne­ment cata­lan a réaf­firmé à plusieurs reprises sa volonté de main­te­nir la consul­ta­tion, et les mobi­li­sa­tions se sont ampli­fiées. Des rassem­ble­ments à l’ap­pel d’Ómnium cultu­ral ont eu lieu dans plus de 500 villages et villes de Cata­logne dimanche 2  septembre. L’As­sem­blée natio­nale de Cata­logne (ANC) a pris en charge la répar­ti­tion des bulle­tins de vote dans l’en­semble de la région.

Appels à la grève

La répres­sion a aussi frappé les élus. Lundi 25 septembre, le Tribu­nal des comptes a condamné Artur Mas, ancien président de la Gene­ra­li­tat (la commu­nauté auto­nome cata­lane), et trois ex-conseillers à une amende de 5,25 millions d’eu­ros pour utili­sa­tion d’argent public à l’oc­ca­sion de l’or­ga­ni­sa­tion d’une précé­dente consul­ta­tion, celle du 9 novembre 2014. Tandis que le procu­reur géné­ral de l’État annonçait que l’in­car­cé­ra­tion de Carles Puig­de­mont pour «  détour­ne­ment de fonds publics  » était envi­sa­gée. De nombreux maires sont convoqués par les procu­reurs.

Face à l’in­tran­si­geance du pouvoir central, la Plate­forme Univer­si­tats per la Repú­blica avait appelé à la grève et à l’oc­cu­pa­tion des univer­si­tés les 28 et 29 septembre. La Confé­dé­ra­tion géné­rale du travail (CGT), l’In­ter­syn­di­cale alter­na­tive de Cata­logne (IAC) et la Coor­di­na­tion ouvrière syndi­cale (COS), proche de la CUP, ont déposé un préavis de grève géné­rale à partir du 3 octobre en Cata­logne (lire ici). Peu avant la tenue du réfé­ren­dum, la pres­sion du pouvoir central s’était renfor­cée, le nombre de poli­ciers et de mili­taires passant à 10 000. Ce qui a visi­ble­ment eu pour effet d’am­pli­fier la déter­mi­na­tion du peuple cata­lan à se rendre aux urnes.

Le gouver­ne­ment espa­gnol, dirigé par le Parti popu­laire (PP) avec le soutien de Ciuda­da­nos et l’as­sen­ti­ment du Parti socia­liste ouvrier espa­gnol (PSOE) a donc choisi l’af­fron­te­ment direct avec le gouver­ne­ment régio­nal et le peuple cata­lan. En plaçant de fait l’au­to­no­mie de la Cata­logne sous tutelle et en décré­tant un état d’ur­gence, en répri­mant violem­ment le réfé­ren­dum ce dimanche, il a porté atteinte aux prin­cipes démo­cra­tiques les plus élémen­taires.

Les forces en présence

Au sein des forces poli­tiques cata­lanes, on peut distin­guer trois types de posi­tion­ne­ment : les forces poli­tiques et sociales dites « indé­pen­dan­tistes », les orga­ni­sa­tions conser­va­trices qui sont pour le main­tien de la Cons­ti­tu­tion de 1978 stricto sensu, et celles qui défendent un état pluri­na­tio­nal ou une confé­dé­ra­tion.

Dans le camp de l’in­dé­pen­dance, le rôle des orga­ni­sa­tions de la société civile – Assem­blée natio­nale de Cata­logne (ANC), Ómnium cultu­ral, et Procés Cons­ti­tuent a Cata­lu­nya – est déter­mi­nant. Elles regroupent chacune plusieurs dizaines de milliers de membres, l’ANC comp­tant même 500 assem­blées terri­to­riales en Cata­logne. Elles ont pris en charge l’or­ga­ni­sa­tion des grandes mobi­li­sa­tions qui se sont dérou­lées depuis 20122. De son côté, l’as­so­cia­tion des communes pour l’in­dé­pen­dance repré­sente 80,6% des muni­ci­pa­li­tés cata­lanes. 96% d’entre elles s’étaient pronon­cées en faveur du réfé­ren­dum «  pour le droit à déci­der  » en octobre 2014.

Au niveau poli­tique, la coali­tion « Junts pel Si » (Ensemble pour le Oui), créée avant l’élec­tion régio­nale de septembre 2015, regroupe la PDeCat (ex-Conver­gen­cia, droite libé­rale), la Gauche répu­bli­caine de Cata­logne (parti répu­bli­cain de centre-gauche créé en 1931) et des indé­pen­dants (de l’ANC notam­ment). Ainsi que la CUP, orga­ni­sa­tion muni­ci­pa­liste, anti­ca­pi­ta­liste et indé­pen­dan­tiste, créée en 1986.

Débats au sein de Pode­mos

Parmi les défen­seurs de la consti­tu­tion de 1978, on trouve des partis natio­naux plus tradi­tion­nels : le Parti popu­laire (PP – conser­va­teur et néoli­bé­ral), créé en 1989 et issu de l’Al­liance popu­laire consti­tuée par d’an­ciens franquistes en 1976 ; Le Parti socia­liste ouvrier espa­gnol (PSOE) ; Ciuda­da­nos (parti créé en 2006 et issu de l’as­so­cia­tion Ciuta­dans de Cata­logne, oppo­sée au cata­la­nisme). De tradi­tion centra­liste, ces orga­ni­sa­tions sont oppo­sées à toutes velléi­tés d’in­dé­pen­dance et, avec des nuances, à toute modi­fi­ca­tion du statut d’au­to­no­mie.

Enfin, d’autres forma­tions préco­nisent un carac­tère pluri­na­tio­nal ou fédé­ral de l’État espa­gnol, et une consul­ta­tion d’au­to­dé­ter­mi­na­tion négo­ciée. Il s’agit, d’une part, des anciennes orga­ni­sa­tions de la gauche alter­na­tive issues du mouve­ment commu­niste et de l’éco­lo­gie poli­tique – Initia­tive pour la Cata­logne / Les Verts (ICV), Gauche unie et alter­na­tive (EuiA) – et, d’autre part, des nouvelles forma­tions issues du mouve­ment des indi­gnés – Podem (variante locale de Pode­mos), Cata­logne en commun (forma­tion d’Ada Colau, Maire de Barce­lone), et Equo (parti écolo­giste créé en 2011).

Ces forma­tions se sont présen­tées ensemble sous l’étiquette de « Cata­logne, Oui c’est possible » (CQSP) lors des élec­tions au parle­ment de cata­logne de 2015. Mais s’agis­sant de la ques­tion natio­nale et indé­pen­dan­tiste, ce n’est pas un bloc homo­gène. Il existe des diver­gences dans chaque forma­tion, notam­ment au sein de Pode­mos : Podem s’est posi­tionné pour le réfé­ren­dum, quand Pode­mos et ses prin­ci­paux diri­geants y sont ferme­ment oppo­sés.

Le point de rupture de l’an­née 2010

Il y a notam­ment un avant et un après la déci­sion du Tribu­nal consti­tu­tion­nel du 20 juin 2010, qui récuse les statuts de la commu­nauté auto­nome négo­ciés entre 2003 et 2006. Ceux-ci avaient été adop­tés par le parle­ment de Cata­logne en 2005 (89% des voix), par les Cortes (le parle­ment natio­nal, à Madrid) le 30 mars 2006, et enfin par réfé­ren­dum, le 18 juin de cette même année. Ces négo­cia­tions visaient à «  Garan­tir à la Commu­nauté la possi­bi­lité d’exer­cer son gouver­ne­ment auto­nome dans des secteurs complets et cohé­rents de l’ac­tion publique, sans que l’État inter­fère constam­ment  ». Le texte est juri­dique­ment contesté par certaines Commu­nau­tés auto­nomes, mais surtout par le Parti popu­laire. Le 20 juin 2010, le Tribu­nal consti­tu­tion­nel l’es­time fina­le­ment non conforme à la consti­tu­tion sur plusieurs points, annule 14 articles sur 223, en réin­ter­prète 27.

Cette déci­sion est le premier déto­na­teur du proces­sus des mobi­li­sa­tions indé­pen­dan­tistes de masse. Le 10 juillet 2010, plus d’un million de cata­lans descendent dans les rues de Barce­lone pour la contes­ter. Dès lors, les mobi­li­sa­tions citoyennes se succèdent. Paral­lè­le­ment, au niveau poli­tique, le gouver­ne­ment cata­lan d’Ar­tur Mas crée en juin 2013 le Pacte natio­nal pour le droit de déci­der (PNDD), regrou­pant des forces poli­tiques et sociales favo­rables au droit à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion de la Cata­logne. Le PNDD orga­nise une « consul­ta­tion » sur l’in­dé­pen­dance en novembre 2014.

Mino­ri­taire à l’is­sue des élec­tions régio­nales du 27 septembre 2015 avec 39,59% des voix et 62 sièges, la coali­tion Junts pel Si (droite libé­rale et centre-gauche) signe un pacte avec la CUP (anti­ca­pi­ta­liste), qui avait obte­nue 8,21% des voix et 10 sièges, à l’is­sue d’une négo­cia­tion d’un peu plus de trois mois. En octobre 2016, le Parle­ment de Cata­logne adopte deux réso­lu­tions sur l’or­ga­ni­sa­tion d’un réfé­ren­dum d’in­dé­pen­dance.

De la négo­cia­tion à la rupture consom­mée

Suite à ces deux textes, un Pacte natio­nal pour le réfé­ren­dum (PNR) est créé en décembre 2016, en vue de l’or­ga­ni­sa­tion d’un réfé­ren­dum sur l’in­dé­pen­dance de la Cata­logne. En février 2017, le PNR adopte un mani­feste expri­mant ses reven­di­ca­tions, et orga­nise une campagne de soutien qui recueille la signa­ture de 500 000 personnes et de 4 000 orga­ni­sa­tions. Devant le refus réitéré du gouver­ne­ment espa­gnol d’ou­vrir des négo­cia­tions sur la tenue du réfé­ren­dum, le gouver­ne­ment cata­lan décide de l’or­ga­ni­ser sans son accord. Nous sommes aujourd’­hui au terme de ce proces­sus.

Cette déci­sion résulte bel et bien d’une accu­mu­la­tion de forces depuis juillet 2010 dans le camp indé­pen­dan­tiste, et des pres­sions exer­cées par la société civile et la CUP sur le gouver­ne­ment régio­nal. Le PP, revenu au pouvoir central en 2011 et dont l’hé­ri­tage franquiste reste prégnant, a anni­hilé toute négo­cia­tion en vue d’une consul­ta­tion, et a été soutenu avec constance par Ciuda­da­nos et plus discrè­te­ment par le PSOE.

Dès lors, le proces­sus unila­té­ral de consul­ta­tion pour le droit à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion engagé semblait inévi­table. En une décen­nie, le proces­sus d’au­to­dé­ter­mi­na­tion de la Cata­logne est passé d’une volonté d’au­to­no­mie accrue en 2006, à la reven­di­ca­tion d’une répu­blique indé­pen­dante aujourd’­hui. Dans ces condi­tions, il n’est pas sûr que les violences poli­cières du 1er octobre fasse recu­ler le peuple cata­lan, bien au contraire.

Richard Neuville, mili­tant syndi­cal et poli­tique et co-anima­teur de l’as­so­cia­tion Auto­ges­tion

Publié le 2 octobre sur le site de Basta­mag

https://www.basta­mag.net/Entre-le-gouver­ne­ment-espa­gnol-et-la-Cata­logne-l-histoire-d-une-sepa­ra­tion

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.