Aller au contenu

Texte de soutien des usagers aux mobi­li­sa­tions hospi­ta­lières

Puis une chro­nique de François Morel Sur France inter

Coor­di­na­tion Natio­nale du 5 Septembre 2019 :
Soutien des usagers aux mobi­li­sa­tions hospi­ta­lières

Les uns après les autres, les services d’ur­gence se mettent en grève, n’en pouvant plus de parquer les malades sur des bran­cards, de ne plus faire leur boulot de soignants, prendre soin : le mouve­ment a traversé l’été en s’am­pli­fiant avec 237 services en grève au 2 septembre.

Les causes sont multiples, avec trois prin­ci­pales, la déser­ti­fi­ca­tion médi­cale multi­pliant le recours aux urgences faute d’autres possi­bi­li­tés, la suppres­sion massive de lits dans les hôpi­taux faisant des urgences un goulot d’étran­gle­ment et la fuite des person­nels malme­nés, mal consi­dé­rés.

La déser­ti­fi­ca­tion médi­cale ne se réglera pas d’un coup de baguette magique, d’au­tant plus que la ministre se refuse aux vraies solu­tions, le déve­lop­pe­ment notam­ment d’un service public, l’obli­ga­tion à servir des jeunes méde­cins.

Alors il faut se donner les moyens d’une prise en charge humaine de ceux qui n’ont que les urgences comme recours !

Le mouve­ment des urgences n’est que la traduc­tion du malaise d’un hôpi­tal public mis à mal par la poli­tique natio­nale de santé en vigueur.

La Coor­di­na­tion Natio­nale des Comi­tés de défense des hôpi­taux et mater­ni­tés de proxi­mité, repré­sen­tante d’usa­gers, lieu de conver­gences entre usagers, person­nels et élus, apporte son soutien à toutes les luttes, aux reven­di­ca­tions des person­nels : l’ar­rêt des ferme­tures de lits, de services et des réou­ver­tures, des créa­tions de postes, une vraie reva­lo­ri­sa­tion des métiers hospi­ta­liers.

Elle apporte son soutien au collec­tif inter urgences qui tient son assem­blée géné­rale le 10 septembre. Elle rappelle que les conver­gences sont néces­saires avec les méde­cins hospi­ta­liers, avec l’en­semble des person­nels hospi­ta­liers et avec les usagers, ceux pour qui fonc­tionnent les services d’ur­gence et les hôpi­taux et qui leur donnent leur raison d’être. Les usagers ont besoin de proxi­mité, gage de sécu­rité : c’est aux profes­sion­nels à les orien­ter, si besoin, vers des soins plus spécia­li­sés.

Elle appelle ses comi­tés, ses mili­tants, la popu­la­tion, à parti­ci­per aux mobi­li­sa­tions orga­ni­sées par la CGT santé et action sociale le 11 septembre et à se mobi­li­ser plus que jamais pour défendre hôpi­taux, mater­ni­tés et, d’une façon géné­rale, l’ac­cès aux soins pour toutes et tous.

Elle met en garde la ministre : rempla­cer le goulot d’étran­gle­ment à la sortie des urgences par une restric­tion à l’en­trée serait gravis­sime pour la santé de la popu­la­tion. Quant à la propo­si­tion d’ac­cès direct à des services, elle nous paraît du pur effet d’an­nonce : cela ne créera pas les lits après lesquels les services d’ur­gence courent !

Elle va lancer dans les jours et les semaines à venir une grande campagne pour que l’hô­pi­tal public ait les moyens dont il a besoin.

Le commu­niqué

François Morel, France inter, 6–09

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.