Aller au contenu

La néces­sité ou le luxe

Le « Miroir », ce projet de salle d’arts visuels qui doit confisquer le théâtre de Poitiers, ouvre, hors les murs, une vitrine sur le luxe façon Hermès. Un symbole doulou­reux pour ceux qui veulent au théâtre histo­rique de la place Leclerc, un avenir popu­laire et vivant.

Le projet alibi pour détruire le théâtre histo­rique de Poitiers, se met en route hors les murs en propo­sant une expo qui est un beau symbole : on met le luxe en vitrine et on oppose à ce qui doit rester un lieu de culture popu­laire, partagé, le scin­tille­ment d’une marque de luxe, à voir de l’autre côté d’une vitre, juste pour imagi­ner la vie de ceux qui nagent dans l’opu­lence et partagent une certaine idée du « beau ».

Cette expo, onéreuse (il faut un système de sécurité à la hauteur de la grande maison pour milliar­daires), est un camou­flet à tous ceux qui défendent, pour le théâtre histo­rique, un avenir de spec­tacle vivant, favo­ri­sant l’échange, le contact, la construc­tion collec­tive d’une culture qui rassemble, fait gran­dir ensemble, fait avan­cer d’un même pas, sans barrière, sans miroir aux alouettes.

L’hy­po­thé­tique salle d’arts visuels, bapti­sée au prix d’un contre sens, « le miroir » (le verre églo­misé de Pansart auquel ce nom fait réfé­rence est un décor qui crée un monde et n’a jamais été un miroir), cette salle, donc, qui doit passer par la destruc­tion d’un vrai lieu de culture pour se faire une petite place ridi­cule, en sous-sol, avoue, ici, sous la marque Hermès, sa plus totale inanité. Dans ce miroir se reflète la vanité aux deux sens du terme.

Elle n’en­trera jamais dans notre théâtre : le seul luxe dont il a besoin, c’est le luxe d’une vie qui respire dans la poitrine des comé­diens, des danseurs, des musi­ciens…

Jacques Arfeuillère

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.