Aller au contenu

Une COP 21 pour repeindre le chan­ge­ment clima­tique en vert ?

Article du Collec­tif Non à la LGV Poitiers-Limoges

La COP 21 peut accou­cher d’une souris mais elle peut égale­ment amener, sous l’im­pul­sion de groupes de lobby, à légi­ti­mer la mise en œuvre de grands projets inutiles, destruc­teurs pour notre envi­ron­ne­ment. Para­noïa ? Que celui qui n’a pas préféré ache­ter un véhi­cule diesel plutôt qu’es­sence, sous prétexte que le premier était censé libé­rer moins de C02 que le second, nous jette la première pierre. Peut-être devrait-il la jeter à Volks­wa­gen et à ses petits cama­rades, ou à notre naïveté commune de citoyens mal-éclai­rés…

Para­noïa, donc. Nos six années de combat contre le barreau LGV Poitiers-Limoges ont large­ment aiguisé ce senti­ment chez nombre d’entre nous. Ce barreau n’a-t-il pas été, en 2007, inscrit au programme d’un grand plan de tran­si­tion écolo-friendly, écono­mico-compa­tible d’en­ver­gure, inti­tulé le « Grenelle de l’en­vi­ron­ne­ment » ? Si les argu­ments avan­cés par les « suppor­ters » du projet ont été systé­mique­ment inva­li­dés depuis dans trois rapports succes­sifs (élabo­rés respec­ti­ve­ment par une commis­sion parle­men­taire, la Commis­sion mobi­lité 21, par la Haute Auto­rité Envi­ron­ne­men­tale et par la Cours des Comptes), qu’ils concernent les notions de déve­lop­pe­ment écono­mique, d’oc­cu­pa­tion du terri­toire ou de renta­bi­lité, un argu­ment à lui seul pouvait justi­fier l’ins­crip­tion de ce projet au grenelle de l’en­vi­ron­ne­ment : la fameuse réduc­tion de l’ « impact carbone ». En effet, ce barreau était  censé permettre un report signi­fi­ca­tif des trans­ports routiers et aériens entre les deux capi­tales régio­nales (on imagine, après trois minutes de réflexion, le flux aérien parti­cu­liè­re­ment intense entre Poitiers et Limoges et l’ef­fi­ca­cité du trans­port de marchan­dise par le TGV) et, en consé­quence, contri­buer à une réduc­tion signi­fi­ca­tive des émis­sions de gaz à effet de serre (essen­tiel­le­ment du CO2). Comment s’op­po­ser à un tel argu­ment, forcé­ment large­ment soutenu par des données objec­tives et chif­frées ?

Voyons ce qu’en a fina­le­ment conclu la haute auto­rité envi­ron­ne­men­tale, dans son avis déli­béré sur le projet en Mars 2013 : « Au total (reboi­se­ments compris), le bilan des émis­sions de gaz à effet de serre est nette­ment néga­tif les premières années en raison de la réali­sa­tion des travaux, il s’an­nule en 2053 (soit 37 ans après sa mise en service, initia­le­ment prévue en 2016 !, NDLA) et devient ensuite posi­tif. » « L’Au­to­rité Envi­ron­ne­men­tale constate, comme sur la plupart des grands projets d’in­fra­struc­ture de trans­port qu’elle a eu l’oc­ca­sion d’exa­mi­ner depuis sa créa­tion, que ce projet ne contri­bue par lui-même en rien à la réali­sa­tion de l’objec­tif dit du « facteur 4 », consis­tant à divi­ser par quatre les émis­sions de gaz à effet de serre de la France, tous secteurs confon­dus, entre 1990 et 2050. »

Tout est dit… Une « neutra­lité » carbone obte­nue après 37 années d’ex­ploi­ta­tion, grâce à un train large­ment mu par de l’éner­gie… nucléaire (ne l’ou­blions pas !).
Parions donc qu’aux côté d’une promo­tion de la filière « atomique », que l’on va nous (re)vendre comme faible­ment émet­trice de CO2, en omet­tant métho­dique­ment les impacts envi­ron­ne­men­taux liés au trai­te­ment des déchets et la dange­ro­sité de la filière, nous trou­ve­rons inscrits, dans la liste des recom­man­da­tions émises à la suite de la COP21, de beaux projets d’in­fra­struc­tures comme notre LGV Poitiers-Limoges. EDF et la SNCF ne sont-ils d’ailleurs pas spon­sors offi­ciels de cet événe­ment (http://www.cop21.gouv.fr/parte­naires/entre­prises-et-mecenes/) ? Voilà qui tombe­rait à pic pour relan­cer la crois­san­ce… verte !

Para­noïa, quand tu nous tiens…

Source de cet article : http://non-lgv-poitiers-limoges.fr/wp/2015/11/27/une-cop-21-pour-repeindre-le-chan­ge­ment-clima­tique-en-vert/

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.