Aller au contenu

Tribune libre. Pour la vacci­na­tion de tous et toutes, dans le monde! / Si vous voulez signer…

Cette tribune signée par plusieurs d’entre nous a été publiée ce jour sur le site web86.

Nous la publions sur notre site avec l’ac­cord de son prin­ci­pal rédac­teur, Thierry Pasquier.

Nous invi­tons aussi chacune et chacun à lire les textes déjà mis en ligne sur ce site sur cette ques­tion de la vacci­na­tion.

Ce texte parti­cipe de la lutte contre les infor­ma­tions fausses concer­nant les savoirs scien­ti­fiques accu­mu­lés ces derniers mois sur ce virus, sur ces vaccins. L’igno­rance et les fausses sciences ne sauraient selon nous accom­pa­gner la lutte pour l’éman­ci­pa­tion.

PB, 6–8–2021

Le vaccin pour tous et toutes et partout permet de défendre les liber­tés

La décence ordi­naire nous oblige. Il est des choses qui ne se font pas, au risque de mettre la vie ou la liberté des autres en danger : conduire à gauche ou ne pas se faire vacci­ner si on le peut. Les soli­da­ri­tés et l’al­truisme perdurent en dépit du consu­mé­risme ambiant.

Des réti­cences existent et les diffi­cul­tés d’ac­cès aux soins s’ac­croissent en raison de l’im­pé­ri­tie du gouver­ne­ment pour faire face à la pandé­mie et plus géné­ra­le­ment en raisons du déla­bre­ment et de la déma­té­ria­li­sa­tion des services publics, des inéga­li­tés sociales et terri­to­riales, et d’une défiance impor­tante envers le person­nel poli­tique, les médias et, dans une moindre mesure, les sciences.

Chacun pour soi ?

Au nom du libé­ra­lisme même, le chacun pour soi est toujours inac­cep­table. La Décla­ra­tion des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 stipule dans son article 4 que « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ».  Cepen­dant, il est des droits qui restent, plus ou moins, lettres mortes (comme l’éga­lité dans tous les domaines, ou le droit à l’em­ploi et à l’asile) car l’in­ter­pré­ta­tion néo-libé­rale — pour qui le profit capi­ta­liste doit primer  —  l’em­porte trop souvent sur le bien commun. C’est le cas avec le passe sani­taire. Le gouver­ne­ment se défausse de ses respon­sa­bi­li­tés sur les citoyen·e·s en les inci­tant à se vacci­ner, ou pas (en passant les tests, en payant), et en contrai­gnant les acteurs écono­miques, sociaux, cultu­rels, etc. à les contrô­ler. Si la pandé­mie flambe à nouveau ce sera de leur respon­sa­bi­lité … Les mani­fes­tant·e·s vont donner raison au gouver­ne­ment.

Les pouvoirs publics se doivent de faire preuve de prévoyance, de constance, de péda­go­gie et surtout de se donner les moyens d’al­ler au plus près des personnes à risques, exclues, isolées, etc, et de les accom­pa­gner pour les convaincre. Mais le dogme néoli­bé­ral est tenace.

La pandé­mie du Covid-19 existe !

Il faut le redire, la pandé­mie est une réalité qui a offi­ciel­le­ment provoqué le décès de plus de 4 millions de personnes dans le monde — et sans aucun doute direc­te­ment et indi­rec­te­ment de très nombreuses autres —,  ainsi que des souf­frances et des séquelles innom­brables et durables. Avec les nouveaux variants, la situa­tion est extrê­me­ment tendue en France et catas­tro­phique dans de nombreux pays. La vacci­na­tion reste toujours forte­ment inéga­li­taire entre pays riches et pays pauvres. Tout cela est abon­dam­ment docu­menté, voir par exemple les données mondiales agré­gées et les données natio­nales sur les sites CovidT­ra­ckers.

Levée des brevets et soli­da­rité inter­na­tio­nale

Il ne sera possible de sortir rapi­de­ment de cette situa­tion qu’a­vec la levée des brevets et des licences afin d’aug­men­ter dras­tique­ment la produc­tion de doses et la géné­ra­li­sa­tion de la vacci­na­tion à l’échelle mondiale. Un autre verrou néoli­bé­ral est  à faire sauter. 

Contre le passe sani­taire

Il s’agit de s’op­po­ser au passe sani­taire pour de bonne raisons. Nous ne sommes pas en dicta­ture, et les liber­tés et les droits sociaux sont attaqués depuis long­temps. Les compa­rai­sons avec le nazisme et l’apar­theid sont odieuses pour toutes les victimes. Les véri­tables problèmes concer­nant le passe ont été souli­gnés par les asso­cia­tions et les syndi­cats. Ils concernent prin­ci­pa­le­ment l’ar­bi­traire des mesures prises : les sala­rié·e·s en contact avec les publics doivent être vacci­né·e·s, mais la police est exempte de cette obli­ga­tion, l’ac­cès devient aléa­toire dans les hôpi­taux et dans les Ephad. Les atteintes touchent prin­ci­pa­le­ment au droit du travail, à l’éga­lité et à l’in­ter­dic­tion des discri­mi­na­tions, au respect de la vie privée, au droit à la protec­tion sociale et de la santé publique.

Prendre soin de toutes et tous

Il n’est pas possible au nom de la seule liberté indi­vi­duelle de nier le danger de la pandé­mie et de refu­ser de prendre collec­ti­ve­ment soin de la santé de toutes et tous.

Poitiers, le 6 août 2021


Signa­taires

Tribune co-rédi­gée par Thierry Pasquier avec Pascal Bois­sel, Sophie Le Mô et Guy Aubar­bier,
à laquelle se sont asso­ciés Sylvie Ha Cosseau, Pascal Canaud, Jean Louis Touton, Jean Paul Leroux, Alain Four­nier, Didier Mehl, Barbara Liaras, Françoise Bour­da­rias, Chris­tine Béchaud, André Garçon (syndi­ca­liste Soli­daires), Chris­tian Leblanc (syndi­ca­liste CGT), Domi­nique Guit­ton, Jean-Michel Mocae, Berna­dette Bouchard, Alexandre Raguet, Jean-louis Euvrard, Valé­rie Soumaille, Éric Picker, Arthur Leduc, Antoine Hollard, Jean-Paul Mendi­buru, Clau­die Rous­sel, Gilles Houdouin, Laurent David, François Preneau, Jules Aimé, Jean-Pierre Huot, Martine Trinel, Julie Bernat-Sandragne, Cédric Bremaud, Daniel Lode­net, Jérémy Robi­neau-Thomas, Didier Bridon, Patrick Merer

Si vous souhai­tez vous asso­cier à cette tribune, la soute­nir et éven­tuel­le­ment la cosi­gner publique­ment, merci de lais­ser vos coor­don­nées sur ce formu­laire en ligne.

11 réflexions au sujet de « Tribune libre. Pour la vacci­na­tion de tous et toutes, dans le monde! / Si vous voulez signer… »

  1. Mehl didier dit :

    En accord total sur cette analyse, je signe et partage un maximum ds le sud vienne.

    Répondre
  2. Jean-Luc HERPIN dit :

    je signe ce texte car je suis contre la restriction des libertés imposée par l’obligation du pass sanitaire. et sur l’inégalité de traitement des citoyens orchestrée par nos politiques. Par ailleurs, je suis pas certains que les chiffres de mortalité annoncés correspondent à la réalité des décès pour cause exclusive du virrus. Ce virus étant devenu le bouc émissaire de tous nos maux. et un bon prétexte pour nos dirigeants dont le Mac Rond pour restreindre nos libertés. Je ne suis pas médecin, mais je constate que beaucoup de voix de spécialistes s’élèvent contre la « folie » politique du moment dont notre bonimenteur national s’est si bien joué avec l’arme de « la peur ».
    A bétou. Résistons! Résistons encore et encore. j Luc h.

    Répondre
  3. Barbara Liaras dit :

    D’accord avec cette analyse.

    Répondre
  4. pascal b dit :

    Résistons, oui. La société va mal, le mouvement ouvrier s’avère laminé, idéologiquement aussi, pendant ce temps le capitalisme engrange ses profits (la fermeture des Fonderies en est un exemple révoltant). Résistons en construisant de nouvelles solidarités, en sachant faire la part de la critique rationnelle des critiques qui n’ont rien de rationnel.

    Aujourd’hui dans la Nouvelle république une interview passionnante du docteur Olivier Kandel, de Poitiers, qui critique la façon dont  il est empêché trop souvent de vacciner dans son cabinet du fait d’un approvisionnement erratique et qui dit aussi l’importance des médecins traitants dans l’ « aller vers » les populations marginalisées, qui sont souvent « à risque ».

    Répondre
  5. ALBERT PATRICK dit :

    Je suis sans condition contre le passe sanitaire et pour la vaccination avec un certain nombre de questionnement que ne posent pas ce texte : enfants, les phases 3 non terminées, la possibilité de transmettre le virus y compris lorsque l’on est vacciné, les freins pour développer des remèdes (voir Institut Pasteur de Lille) …

    Répondre
    • pascal b dit :

      Sur Lille, il y a peu d’informations scientifiques à ma connaissance.

      Sur l’expérimentation non terminée, c’est inexact du fait du très grand nombre de vaccinés dans le monde, de la façon dont l’ARN messager est détruit peu après l’injection.

      Les plus de douze ans: le virus circulant par les populations de jeunes –qui bougent beaucoup- il est important de les vacciner aussi, avec leur accord et celui d’au moins un de leurs parents.

      Un nouvelle note du groupe de travail Covid d’ Ensemble! va paraitre bientôt qui détaillera ces réponses.

      Répondre
      • ALBERT PATRICK dit :

        Sur l’Institut Pasteur de Lille, il y a un très bon documentaire d’Arte. On peut s’interroger sur les blocages administratifs pour accélérer le processus. Quant aux enfants, le bénéfice risque n’est pas démontré. D’ailleurs il faut voir le positionnement du 8 juin du Comité consultatif national d’Ethique présidé par Delfraissi.

        Répondre
        • PB dit :

          1 Le reportage d’Arte n’était malheureusement pas convaincant.
          2 Pour les « enfants », les plus de 12 ans en fait, les étides et bilans se sont multipliés et la balance bénéfice/risque est favorable
          3. Les positions due début juin ont été revues. Parce que les malalades du Covid sont arrivés de plus en plus nombreux à l’hôpital.
          Et pense-t-on que les « étrangers » n’aiment pas leurs enfants?

          Répondre
          • ALBERT PATRICK dit :

            En quoi le reportage d’Arte n’est pas convainquant ?  Ce qui est sûr c’est que la priorité du gouvernement n’est pas d’orienter en parallèle de la vaccination la recherche de remèdes. 
            Par ailleurs,  sur quel étude scientifique s’appuit-on pour évaluer le bénéficie-risque favorable pour les enfants ? Je ne l’ai pas trouvé. 
            Quant à l’argument sur les « étrangers  » n’aimant pas les enfants, je trouve celà assez léger. Faut-il rappeler tous les scandales : médiator, Distilbène, isomeride… Donc un peu de prudence, surtout lorsqu’il s’agit des enfants, me paraît un peu sage. 

          • Thierry Pasquier dit :

            sur la question de la balance bénéfice / risques en fonction de l’âge, ALBERT PATRICK je vous invite à consulter le site Bénéfices et risques de la vaccination contre la COVID-19 réalisé par des chercheurs du Centre de recherche en épidémiologie et statistiques (université de Paris, Inserm)

            https://cress-umr1153.fr/covid_vaccines/

            d’emblée, il fournit justement les graphiques pour les moins de 20 ans

  6. Hollard dit :

    Il faut etablir une immunite collective en vaccinant le plus de personnes…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.