Aller au contenu

Media­part compare la gestion de l’épi­dé­mie au Dane­mark et en France. Le Dane­mark gagne.

« Passe sani­taire, tests et confiance : la recette danoise du monde de demain »

30 juillet 2021 Par Rozenn Le Saint

Voici des extraits de cet article. Le Dane­mark a eu une gestion de cette crise qui est à analy­ser. Voir comment le tester-tracer-isoler peuvent être utilisé systé­ma­tique­ment. 100% des plus de 80 ans y sont vacci­nés 80% des danois ont reçu au moins une première injec­tion.

Concer­nant le passe vacci­nale, faire la compa­rai­son ne signi­fie pas appe­ler à copier en France l’orien­ta­tion des danois. Il est cepen­dant inté­res­sant de voir comment un peuple pas plus soumis qu’un autre fait avec, et les avan­tages qui en furent atten­dus et ceux qui ont été obte­nus. En France le pays est plus vaste et plus hété­ro­gène, et surtout la façon dont Macron décrète des inter­dic­tions majeures sans déli­bé­ra­tion collec­tive rend ce débat diffi­cile et explo­sif. Débat qui ne doit pas conduire à nier cette épidé­mie, ses ravages bien sûr et qui doit nous amener à trou­ver les meilleurs moyens de parve­nir à une vacci­na­tion géné­ra­li­sée, tout en amélio­rant aussi toutes les autres mesures néces­saires à mieux mettre en place.

PB, 30–7–2021

« Le Dane­mark, pion­nier du passe sani­taire, a évité une troi­sième vague de Covid-19. Mais ça n’est pas la solu­tion miracle : une puis­sante poli­tique de tests gratuits et la confiance de la popu­la­tion

Copen­hague (Dane­mark).– Voya­ger au Dane­mark aujourd’­hui, c’est comme faire un bond dans le monde de demain. Au restau­rant, au cinéma, au musée… Pas d’al­ler et retour du masque sur le nez en fonc­tion de l’en­droit où l’on met les pieds. C’est simple, les masques ont presque disparu du paysage danois. À la place, avant d’en­trer, un passe sani­taire est exigé depuis avril déjà.

Alors que la France vit sa quatrième vague de Covid-19, le petit royaume nordique a pour l’heure échappé à la troi­sième. Depuis le début de la pandé­mie, il a dénom­bré 2 500 morts du Covid-19… Contre 111 725 en France, dont la popu­la­tion est seule­ment douze fois plus impor­tante.

Aujourd’­hui, 61 personnes sont hospi­ta­li­sées à cause du Covid-19 au Dane­mark, dont 10 en soins inten­sifs. Ces sept derniers jours, Santé publique France a dénom­bré 2 718 nouvelles hospi­ta­li­sa­tions, dont 544 en soins inten­sifs.

Arpen­ter Copen­hague, cepen­dant, ce n’est pas retrou­ver le monde d’avant : les QR codes sont omni­pré­sents dans ce pays haute­ment digi­ta­lisé. « Ici c’est Big brother, le paie­ment par télé­phone, les banques, la sécu­rité sociale, le permis et main­te­nant le Coro­na­pas… Tout est digi­ta­lisé et c’est bien accepté », assure Jan Pravs­gaard Chris­ten­sen, profes­seur d’im­mu­no­lo­gie des mala­dies infec­tieuses à la faculté de santé de l’uni­ver­sité de Copen­hague.

D’ailleurs, pour s’y rendre, il faut montrer patte blanche : une preuve de vacci­na­tion, un test néga­tif ou un certi­fi­cat de réta­blis­se­ment est requis à l’en­trée de l’éta­blis­se­ment. Le Dane­mark a été le premier pays d’Eu­rope à instau­rer le passe sani­taire le 6 avril, pour renouer petit à petit avec les liber­tés perdues pendant un long hiver, dans l’op­tique de limi­ter les dégâts de la deuxième vague… Et d’évi­ter la suivante.

La levée extrê­me­ment progres­sive et étalée dans le temps des restric­tions liées au Covid-19 a débuté en avril au Dane­mark, de pair avec le Coro­na­pas.

Le Coro­na­pas n’est plus demandé en terrasse et beau temps aidant, fina­le­ment, il est exigé dans peu de lieux de restau­ra­tion. Le risque de conta­gion est bien moindre en exté­rieur et l’objec­tif premier du passe sani­taire à la danoise est bien de réduire la trans­mis­sion du virus en contrô­lant sa diffu­sion. C’est ce qui a guidé l’exé­cu­tif danois au prin­temps. Et non pas l’in­ci­ta­tion à la vacci­na­tion par la priva­tion de liber­tés recher­chée par Emma­nuel Macron cet été.

Quatre jeunes, la ving­taine, font une pause entre deux manèges. Trois d’entre eux sont entiè­re­ment vacci­nés. « Avant, je faisais deux, trois tests anti­gé­niques par semaine pour pouvoir aller où je voulais », témoigne Charly. Doulou­reux ? Chro­no­phage ? « On s’y habi­tue et on a accès partout », dit-il simple­ment, lui qui a « eu la chance de se faire vacci­ner il y a deux mois. Je ne me suis pas posé la ques­tion, c’était syno­nyme de retour à la liberté ».

Emma­nuel Macron a prévenu qu’à partir de l’au­tomne, les tests dits « de confort » ne seront plus rembour­sés par la Sécu­rité sociale. « Ce n’est pas une bonne idée. Les gens vont moins se faire tester ou essayer de tricher en affi­chant le résul­tat d’un test qui n’est pas le leur, et on saura moins où le virus circule en France », juge Jan Pravs­gaard Chris­ten­sen. Il montre son appli­ca­tion Coro­na­pas sur son télé­phone, qui indique clai­re­ment son nom, en même temps que l’heure qui défile.

Le but ? Éviter que des resquilleurs sans passe sani­taire ne présentent la capture d’écran d’un QR code qui n’est pas le leur au moment du contrôle.

Or, davan­tage que le passe sani­taire en soi, c’est la remon­tée des cas contacts grâce à une poli­tique de tests massifs – PCR et anti­gé­niques, moins fiables mais plus rapides – qui semble avoir préservé les Danois d’une troi­sième vague.

« Quand 3 % des habi­tants d’un quar­tier ou d’une ville sont testés posi­tifs, nous refer­mons tout jusqu’à ce que le virus n’y circule plus : les écoles, les restau­rants… C’est mieux que de bloquer tout dans tout le pays plus tard ! », consi­dère-t-il.

Avec les dépla­ce­ments esti­vaux des popu­la­tions, est-ce tenable ? « Nous avons eu le cas d’un clus­ter dans le nord du pays dans un restau­rant dont les clients vivaient pour la plupart à Copen­hague. Ils ont rapi­de­ment été tracés, contac­tés, testés et les posi­tifs se sont isolés le temps de l’in­fec­tion, c’est tout », expose simple­ment Jan Pravs­gaard Chris­ten­sen.

Le Dane­mark fait partie des pays au monde où le Covid-19 a le moins fait de dégâts. Sa popu­la­tion se montre aussi parti­cu­liè­re­ment rési­liente face aux contraintes instau­rées pendant la pandé­mie. La recette danoise ? D’abord, de strictes mesures de restric­tions des liber­tés déci­dées tôt, puis leur levée très progres­sive et étalée dans le temps, avec des jauges et des plages horaires augmen­tées au rythme de la décrois­sance de la circu­la­tion du virus et de l’ar­ri­vée des doses de vaccin. Ensuite, sa poli­tique effi­cace de traçage des cas contacts.

« Les scien­ti­fiques qui conseillent le gouver­ne­ment font œuvre de péda­go­gie et sont écou­tés par l’exé­cu­tif malgré la pres­sion de l’op­po­si­tion de droite qui pousse conti­nuel­le­ment à rouvrir tout toujours plus vite dans un objec­tif écono­mique et non sani­taire », complète le profes­seur Pravs­gaard Chris­ten­sen.

100 % des plus de 80 ans ont été vacci­nés, contre 82 % en France : il s’agit pour­tant de la popu­la­tion qui risque le plus de contrac­ter une forme grave de Covid-19 et donc de défer­ler dans les hôpi­taux.

Dans l’Hexa­gone, 5 millions de personnes vulné­rables ne sont toujours pas vacci­nées, selon l’as­su­rance-mala­die. Au Dane­mark, les anciens qui ne peuvent pas se rendre dans un centre de vacci­na­tion proche de chez eux comme Lotti reçoivent leur injec­tion à domi­cile.

En tout, 80 % des Danois ont reçu au moins une injec­tion, contre 62 % en France, et près de 59 % sont complè­te­ment vacci­nés, contre 52 % dans l’Hexa­gone.

Avec cette progres­sion de la vacci­na­tion et la maîtrise de la circu­la­tion du virus, le Dane­mark entre dans une nouvelle phase à comp­ter du 1er août : celle de la levée progres­sive de l’obli­ga­tion de présen­ter un passe sani­taire dans les ciné­mas, théâtres et musées.

« Au fur et à mesure, tous les Danois les plus vulné­rables au Covid-19 ont été vacci­nés, ce qui permet la levée progres­sive des restric­tions. Néan­moins, le combat n’est pas terminé. Le virus saura trou­ver les personnes non vacci­nées et même les plus jeunes ont à y perdre. Ils risquent notam­ment de souf­frir d’un Covid long. Plus il y aura de personnes vacci­nées, plus le Covid-19 pourra être appré­hendé comme une grippe saison­nière », prévoit Lone Simon­sen, cher­cheuse à l’uni­ver­sité de Roskilde.

« Atteindre l’im­mu­nité collec­tive esti­mée autour de 85 % sera diffi­cile, à moins de vacci­ner aussi les enfants. Toute­fois, ne serait-ce que le fait de s’en appro­cher réduit consi­dé­ra­ble­ment la circu­la­tion du virus », rappelle son collègue Viggo Andrea­sen. Dans cette optique, le gouver­ne­ment a prévu de lever le Coro­na­pas le 1er octobre dans l’es­poir d’ou­vrir ainsi un autre chapitre, celui du monde d’après-demain.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.