Aller au contenu

Un scan­dale sani­taire annoncé alors que les dépu­tés du président des riches votent la loi de finan­ce­ment de la sécu­rité sociale

LETTRE OUVERTE de la Coor­di­na­tion natio­nale des Comi­tés de défense de hôpi­taux et mater­ni­tés de proxi­mité

A MESDAMES ET MESSIEURS LES DÉPUTÉS

 

Vous débat­tez en ce moment sur le projet de loi de finan­ce­ment de la Sécu­rité Sociale, comme l’ont fait vos prédé­ces­seurs depuis 1996, temps fort des diffé­rentes réformes qui ont peu à peu écarté les sala­riés de la gestion de leur « Sécu ».

Ce n’est donc pas un mandat comme les autres et nous souhai­tons vous inter­pel­ler sur les consé­quences de votre vote.

Si 3 milliards d’Eu­ros d’éco­no­mie sont d’ores et déjà à l’ordre du jour, la Ministre de la Santé déclare qu’il y aurait 30% de dépenses inutiles, ce qui repré­sente un montant de 70 milliards d’Eu­ros !

Ces annonces ont fait l’ef­fet d’un élec­tro­choc pour les usagers et pour les hospi­ta­liers, chacun se deman­dant quel service sera supprimé dans son établis­se­ment.

Car, il ne faut pas en douter, c’est l’hô­pi­tal qui va faire les frais de cette poli­tique d’aus­té­rité (moins 1,5 milliards sur les crédits hospi­ta­liers)  et la mise en place des projets terri­to­riaux de santé va permettre de tailler dans le vif : mutua­li­sa­tions des services admi­nis­tra­tifs, logis­tiques et tech­niques, répar­ti­tion des acti­vi­tés de santé sur des terri­toires de plus en plus grands, ferme­tures encore de mater­ni­tés (comme Deca­ze­ville et Oloron Ste Marie très récem­ment), Urgences, SMUR, Chirur­gies etc….

N’ou­blions pas l’aug­men­ta­tion du forfait jour­na­lier, bien entendu.

Tout ça est enrobé dans un joli paquet cadeau : déve­lop­pe­ment de l’am­bu­la­toire, de la télé­mé­de­cine, mais ces mesures, qui peuvent être utili­sées dans certaines situa­tions, ne peuvent en aucun cas répondre à l’en­semble des besoins de soins de la popu­la­tion. Elles ne permet­tront pas de pallier le manque de person­nel : la télé­mé­de­cine peut permettre une rela­tion entre un géné­ra­liste et un spécia­liste, entre un service de proxi­mité et un CHU etc… mais ne peut pas rempla­cer la présence d’un profes­sion­nel auprès du malade.

Et que dire des EHPAD où, faute de moyens pour le secteur public, le privé lucra­tif a trouvé le filon pour enri­chir des action­naires au détri­ment de la qualité de vie des personnes âgées dépen­dantes ?

La mise à mal du service public de santé, au moment où le pays connaît une crise sans précé­dent de la démo­gra­phie médi­cale va engen­drer un risque sani­taire d’am­pleur.

Allez-vous en prendre la respon­sa­bi­lité ?

Que pour­rez-vous dire à vos conci­toyen-ne-s qui parfois n’ont plus de méde­cin géné­ra­liste, qui doivent attendre plus de 6 mois un rendez-vous chez un spécia­liste ou pour un examen, qui doivent faire près d’une heure de route pour mettre leur enfant au monde, ou qui sont dému­nis car en perte d’au­to­no­mie ?

Nous portons leurs voix pour vous deman­der de refu­ser ce budget d’aus­té­rité pour la santé et exiger des moyens pour répondre aux besoins de soin de toutes et tous partout.

Lure, le 27 octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *