Aller au contenu

Une enquête du Monde: « C’est une descente infer­nale » : l’alerte des gériatres sur les soins aux personnes âgées

Par Luc Bron­ner (Mulhouse (Haut-Rhin), envoyé spécial) Le Monde, 9 août

REPORTAGE 

La géria­trie est sans doute la disci­pline la plus touchée par la crise de l’hô­pi­tal : au manque de person­nel et de moyens s’ajoute un défi­cit de consi­dé­ra­tion qui rend les recru­te­ments encore plus compliqués, alors que les besoins sont plus impor­tants. Les lits ferment, et les consé­quences sur ces patients sont délé­tères. 

Cathe­rine Pflie­ger, 45 ans, appar­tient à cette géné­ra­tion d’in­fir­mières pour lesquelles « entrer à l’hô­pi­tal public était un grand honneur ». Elle le dit avec une belle fierté. C’était il y a vingt ans et cela ressemble à un autre siècle, alors que le service public et ses agents traversent une crise histo­rique et exis­ten­tielle. « A cette époque, il y avait plus de candi­dats que de places. Sur cent personnes, on prenait cinq infir­mières ! » Les temps ont changé, et Cathe­rine Pflie­ger, deve­nue cadre de santé, parcourt les couloirs du pôle géria­trique du centre hospi­ta­lier de Mulhouse en décri­vant des diffi­cul­tés qui semblent insur­mon­tables, désor­mais, pour recru­ter des soignants décou­ra­gés, désa­bu­sés et, pour certains, en souf­france. (…)

S’ajoute l’ab­sen­téisme, avec 14 % des infir­mières actuel­le­ment en arrêt mala­die, un chiffre élevé, signe de l’épui­se­ment des troupes après la bataille du Covid, parti­cu­liè­re­ment diffi­cile dans une région en première ligne de la première vague, en 2020. « Cela signi­fie qu’il manque pratique­ment un tiers de nos ressources humaines. Jusqu’à 50 % dans certains Ehpad plus éloi­gnés », se désole l’in­fir­mière en chef, obli­gée de jongler et de brico­ler pour assu­rer la conti­nuité des soins. (…)

Yves Passa­dori, 66 ans, un des grands anciens de la géria­trie française, chef de service dans le Haut-Rhin depuis vingt ans, écoute la cadre de santé décli­ner les chiffres de l’im­puis­sance publique. Le méde­cin ne masque pas son émotion : « Je n’ai jamais connu une telle situa­tion. C’est très préoc­cu­pant. On n’ar­rive plus à colma­ter les brèches, et tous les centres ferment des lits. »

Mulhouse n’est qu’un exemple parmi beau­coup. Car, si l’hô­pi­tal public traverse une crise majeure, la géria­trie appa­raît comme un secteur plus fragile encore que les autres, révé­lant les failles profondes du système de santé dans un pays où, pour­tant, les courbes démo­gra­phiques sont fiables et connues depuis des décen­nies. Fin juin, la Fédé­ra­tion hospi­ta­lière de France (FHF) a révélé, dans une étude sur les besoins en ressources humaines, que les services de géria­trie connais­saient la situa­tion la plus critique de toutes les disci­plines médi­cales, avec 84 % des établis­se­ments qui peinent à assu­rer leurs recru­te­ments, bien au-delà des urgences, de la mater­nité ou de la psychia­trie, par exemple. « La géria­trie concentre les diffi­cul­tés avec, comme profil le plus complexe à recru­ter, les infir­miers de nuit », souligne ainsi la FHF.

Les alertes sur le terrain se multi­plient depuis des mois, et racontent la grande fragi­lité de la prise en charge des patients âgés malades. Lesquels, par défaut, faute de places d’hos­pi­ta­li­sa­tion ou de suivi suffi­sant par les méde­cins de ville, contri­buent à satu­rer les urgences, dans un cercle vicieux à la fois coûteux et inef­fi­cace d’un point de vue humain et désas­treux sur le plan sani­taire. « Les sous-effec­tifs en infir­miers et en aides-soignants provoquent, depuis des semaines, la ferme­ture de lits, et parfois même de services », s’est ainsi alarmé le 26 juin dans un commu­niqué le Conseil natio­nal profes­sion­nel de géria­trie (CNPG). (…)

Partout, en France, en réalité, en raison du manque d’in­fir­miers ou de méde­cins, les auto­ri­tés hospi­ta­lières doivent réduire l’offre de soins spécia­li­sés sans savoir s’il sera possible, à court ou à moyen terme, de la réta­blir.

L’enjeu, à la diffé­rence des Ehpad privés, marqués notam­ment par le scan­dale Orpea, n’est pas la cupi­dité d’ac­tion­naires ou de diri­geants d’en­tre­prise, mais la déshé­rence d’un service public inca­pable de pour­voir des postes. Au bout du compte, le résul­tat est simi­laire : le risque d’une dégra­da­tion signi­fi­ca­tive de l’es­pé­rance de vie en bonne santé, alors même que la France obtient déjà des résul­tats médiocres en compa­rai­son avec d’autres pays occi­den­taux. « On vieillit, c’est une très bonne nouvelle. Mais c’est archi­faux de dire qu’on vieillit bien, en France. L’es­pé­rance de vie en bonne santé est plus mauvaise, car tout le système est fondé sur l’ur­gence et la réani­ma­tion  », fustige Antoine Piau, profes­seur de géria­trie au CHU de Toulouse. (…)

Les gériatres de tous hori­zons, de tous âges, multi­plient les alertes. « Nos soignants ont l’im­pres­sion de ne pas avoir été bien trai­tés, et donc ils fuient le bateau. On n’a jamais fermé autant de lits de géria­trie que ces dernières années. C’est une descente infer­nale »(Natha­lie Salles, CHU de Bordeaux, prési­dente de la Société française de géria­trie). (…)

Dans les débats sur la santé, les urgences foca­lisent l’at­ten­tion. Une partie de la crise actuelle dans ces services, sous tension extrême, découle pour­tant direc­te­ment de la diffi­culté à prendre en charge correc­te­ment les patients âgés. La consé­quence d’une chaîne de soins déré­glée, où une propor­tion signi­fi­ca­tive de la popu­la­tion n’a plus un accès régu­lier à des méde­cins trai­tants ou à des spécia­listes« La désor­ga­ni­sa­tion des soins primaires, notam­ment vis-à-vis des plus âgés, les conduit aux urgences, alors qu’on devrait cher­cher à l’évi­ter », relève le profes­seur Olivier Guérin. Tous savent que, en zone tendue, les méde­cins géné­ra­listes envoient une partie de leurs patients direc­te­ment aux urgences – au moins ils pour­ront béné­fi­cier rapi­de­ment de scan­ners ou d’IRM.

La période récente marque, par ailleurs, l’ex­plo­sion des mala­dies chro­niques, souvent multiples, en parti­cu­lier après 75 ans. « La popu­la­tion en Ehpad est très diffé­rente de ce qu’on connais­sait avant, elle est toujours plus âgée, toujours plus dépen­dante, et c’est la même tendance dans les services de géria­trie », souligne Claude Jean­del, profes­seur au CHU de Mont­pel­lier, une des figures de la disci­pline. Une enquête de la direc­tion de la recherche du minis­tère de la santé, publiée en juillet, montre ainsi que la dépen­dance s’est nette­ment accrue en dix ans dans les Ehpad avec, désor­mais, une moyenne de 85 % des patients en perte d’au­to­no­mie. (…)

Les ressources humaines n’ont pas suivi, et un nombre élevé d’éta­blis­se­ments n’ont pas de méde­cins coor­di­na­teurs. L’en­ga­ge­ment des prati­ciens libé­raux est aussi plus diffi­cile à obte­nir, pour un public qui prend beau­coup de temps en consul­ta­tion. « Le vieillis­se­ment de la popu­la­tion et la chro­ni­ci­sa­tion des mala­dies devraient remettre en ques­tion le paie­ment à l’acte des méde­cins libé­raux, qui n’est plus du tout adapté », insiste ainsi Olivier Guérin, tout en recon­nais­sant la diffi­culté poli­tique d’une telle déci­sion.

Les consé­quences d’un suivi en dents de scie peuvent être très rapides, et délé­tères, sur des profils fragiles. Anne David-Bréard est gériatre dans un hôpi­tal à La Charité-sur-Loire (Nièvre), où le service public tient encore, grâce notam­ment aux méde­cins étran­gers. (…)

a gériatre s’in­digne de devoir gérer les parcours en fonc­tion des ressources et non des besoins médi­caux. « La sortie préma­tu­rée des courts séjours se traduit souvent par des retours de ces patients aux urgences un peu plus tard parce qu’on a voulu aller trop vite »,note-t-elle, en évoquant la pres­sion des indi­ca­teurs budgé­taires de l’hô­pi­tal, en parti­cu­lier la surveillance de la durée moyenne de séjour (DMS) (…)

« On vit une injonc­tion contra­dic­toire terrible, s’in­surge Gaëtan Gavazzi, profes­seur au CHU de Grenoble. D’un côté, grâce aux inno­va­tions théra­peu­tiques, on fait vivre plus long­temps et on sauve les gens de mala­dies chro­niques compliquées. Mais de l’autre côté, on leur provoque de la dépen­dance parce qu’on a fait de l’at­tri­tion sur les ressources humaines. » (…)

 Le patron du pôle, Yves Passa­dori, constate que des escarres sur des patients causées par l’im­mo­bi­li­sa­tion longue ont été signa­lées récem­ment dans son service. Même chose avec des surin­fec­tions au moment de perfu­sions. « Histo­rique­ment, cela avait disparu. On doit recon­naître qu’on voit à nouveau des événe­ments indé­si­rables qu’on ne voyait plus. C’est direc­te­ment corrélé au nombre de person­nels. » (…)

La prési­dente de la Société française de géria­trie, Natha­lie Salles, dénonce la « double peine » pour sa disci­pline. « Les patients qui viennent dans nos services ont des problèmes aigus, qui les font bascu­ler dans une perte d’au­to­no­mie aiguë. Il faut donc des bras, il faut donc du monde pour s’en occu­per. Mais, comme la géria­trie n’a jamais été recon­nue comme d’autres disci­plines, nous n’avons jamais eu les mêmes ratios de soignants par patient. Cela rend tout plus diffi­cile. Et moins attrac­tif. » Le besoin de combler les trous dans les plan­nings oblige à accen­tuer la pres­sion sur ceux qui ne sont pas partis. « Chez nous, il manque quatre infir­mières de nuit sur deux services. On demande donc aux soignants de jour de faire des nuits à tour de rôle. Cela les épuise. » (…)

Les gériatres s’inquiètent pour les années qui viennent, avec le vieillis­se­ment continu de la popu­la­tion, ce mouve­ment démo­gra­phique de fond que la société française n’ar­rive pas à appré­hen­der et à anti­ci­per. (…)

Si les tendances démo­gra­phiques se pour­suivent, la France devrait comp­ter 4 millions de seniors en perte d’au­to­no­mie en 2050, contre 2,5 millions en 2015. (…)

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.