Aller au contenu

1er mai dans la rue, 5 mai à Paris

POUR DES SERVICES PUBLICS, PARTOUT, POUR TOUTES ET TOUS, POUR LA VICTOIRE DES CHEMINOT.ES

En dépla­ce­ment aux États-Unis, Macron affiche sa déter­mi­na­tion : recu­ler face aux chemi­nots ? « Aucune chance » répond-il.

Mais la grève prolon­gée, massive, enga­gée par les sala­riés de la SNCF démontre la puis­sance de ceux qui au quoti­dien font tour­ner l’éco­no­mie.

Rien ne peut fonc­tion­ner sans les sala­riés. Aucune richesse n’est produite sans eux. Et l’ac­ti­vité de la SNCF est essen­tielle pour de nombreux secteurs de l’éco­no­mie française. Nous devons gagner la bataille du soutien popu­laire et isoler Macron.

Le gouver­ne­ment veut intro­duire la concur­rence dans les services publics, c’est-à- dire l’iné­ga­lité. Or ils sont un élément déci­sif de l’éga­lité entre les terri­toires et, entre les femmes et les hommes ; mais le patro­nat veut une source de profits supplé­men­taire.

Son programme de destruc­tion des soli­da­ri­tés et de tous les statuts sala­riés, a un but : impo­ser une société de compé­ti­tion pour la réus­site de ses « élites ». Nous sommes aver­tis : à bas l’éga­li­té… tous les droits seront effa­cés.

Face au déploie­ment des poli­tiques libé­rales du gouver­ne­ment et au mépris patro­nal, d’autres secteurs se sont enga­gés dans la mobi­li­sa­tion : sala­rié-es d’Air France, éboueurs, EDF, sala­rié-es de Carre­four, Hôpi­taux, étudiants et ensei­gnants, sans papiers, chômeurs, migrants…

Avec eux, les appels à la grève des services publics, à l’ac­tion inter­pro­fes­sion­nelle, doivent être soute­nus : le combat des chemi­nots est celui de toutes et tous. Malgré la répres­sion, la mobi­li­sa­tion des univer­si­tés prend de l’am­pleur contre la sélec­tion. Ensemble soutient toutes les prochaines jour­nées de mobi­li­sa­tion.

Nous devons avoir une constante : pour battre Macron aucune divi­sion ! Les initia­tives sont discu­tées unitai­re­ment. La conver­gence des luttes et l’unité sont essen­tielles.

Le MEDEF, Macron et son monde, veulent assom­mer, détruire le mouve­ment syndi­cal et démo­cra­tique : lais­ser un désert syndi­cal, un dé- sert de services publics dans de nombreux terri­toires, un désert démo­cra­tique avec la réforme de la Cons­ti­tu­tion.

Partout, tenons des réunions, formons des collec­tifs, des assem­blées. Avec un large soutien popu­laire, avec les forces poli­tiques enga­gées, dans les mani­fes­ta­tions et dans les grèves, il est possible de dire « Macron, un an ça suffit ! »

SOUTIEN FINANCIER À LA GRÈVE DES CHEMINOT.ES
Les actes de soli­da­rité, le soutien finan­cier, sont essen­tiels pour permettre aux chemi­not.es de pour­suivre leur lutte.
Chacun.e peut contri­buer (ici la caisse initiée par un collec­tif d’ar­tistes et d’in­tel­lec­tuels : https://www.leet­chi.com/fr/Cagnotte/31978353/a8a95db7)

Tract Ensemble 1 et 5 mai 2018

Cliquer pour accé­der à Tract-Ensemble-1-et-5-mai-2018.pdf

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.