Aller au contenu

20 juillet : marche pour soute­nir le « combat Adama » et « ripos­ter à l’au­to­ri­ta­risme »

Le 20 juillet 2019 à Beau­mont-sur-Oise, cela fera trois ans qu’A­dama Traoré est mort assas­siné par la police. Trois ans que sa famille et ses proches se soulèvent pour deman­der la justice et la dignité dans la rue, dans les tribu­naux, dans les médias. Trois ans qu’un quar­tier entier est soumis au harcè­le­ment judi­ciaire, poli­cier, et aux patrouilles mili­taires.

Le 20 juillet 2019, nous, Gilets jaunes, habi­tants de quar­tiers popu­laires, collec­tif de soutien aux exilé-e-s, habi­tants de terri­toires en lutte, syndi­ca­listes, collec­tifs écolo­gistes, paysan-ne-s, anti-nucléaires, collec­tifs anti­fas­cistes, orga­ni­sa­tions natio­nales, appe­lons tout le monde à conver­ger à Beau­mont-sur-Oise pour un énorme acte natio­nal en soutien au « combat Adama ».

Ce combat, c’est aussi le combat pour Ali, Lamine, Wissam, Amine, Gaye, Angelo, Baba­car, et des dizaines de personnes tuées par la police au cours des dernières décen­nies, dans le silence et le mépris. Cibles de la violence d’État parce qu’elles sont racisé-e-s, parce qu’elles sont banlieu­sardes. Et c’est aussi le combat pour Zineb, Rémi, Malik, Vital et toutes les personnes tuées, muti­lées, bles­sées par la répres­sion féroce des mani­fes­ta­tions. Après sept mois de mobi­li­sa­tions gilets jaunes, nous comp­tons plus de 2.500 bles­sés, 24 personnes ébor­gnées, 5 mains arra­chées, le meurtre de Zineb Redouane, plus de 10.000 gardes à vues, 2.000 condam­na­tions, 390 incar­cé­ra­tions… Au cours des dernières décen­nies, seules les révoltes des banlieues en 2005 ont été plus répri­mées.

Il n’y a plus lieu de parler de « bavures » ou de « dérive auto­ri­taire ». Utili­sons les bons mots : nous entrons dans un régime auto­ri­taire. La violence d’État aupa­ra­vant réser­vée aux quar­tiers popu­laires se géné­ra­lise à toute la société. Beau­mont-sur-Oise, Mantes-la-Jolie, Calais, Bure, Briançon, et jusqu’aux Champs-Élysées : aucun foyer de contes­ta­tion, aucune aspi­ra­tion à la trans­for­ma­tion sociale n’est épar­gnée. Face à cette situa­tion, nous ne devons pas céder mais renfor­cer nos soli­da­ri­tés et tisser des alliances durables pour ripos­ter.

En décembre 2018, le comité Adama a été l’un des premiers à prendre la rue, appe­ler à mettre « les quar­tiers en Gilets jaunes », et tendre la main pour créer ces alliances entre divers secteurs de la société. En mai 2019, il a co-orga­nisé les rencontres inter-collec­tifs « Ripos­tons à l’au­to­ri­ta­risme » au cœur de Paris. Le 20 juillet 2019, il est temps d’or­ga­ni­ser le « match retour » ! Pour ripos­ter contre l’au­to­ri­ta­risme, nous appe­lons à un acte natio­nal histo­rique à l’oc­ca­sion de cette troi­sième « Marche pour Adama ». Tous et toutes à Beau­mont-sur-Oise !

Nous deman­dons :
• la vérité et la justice pour Adama Traoré et toutes les victimes de crimes poli­ciers en France
• la fin du harcè­le­ment judi­ciaire, poli­cier et mili­taire dans les quar­tiers popu­laires
• l’in­ter­dic­tion du LBD-40, des grenades offen­sives et des tech­niques d’in­ter­pel­la­tion meur­trières
• l’am­nis­tie pour les prison­niers et condam­nés poli­tiques qui luttent contre ce système injuste et/ou qui n’ont pas la bonne couleur de peau

Cons­trui­sons partout une alliance de luttes, de collec­tifs et d’or­ga­ni­sa­tions pour résis­ter et ripos­ter à l’au­to­ri­ta­risme qui se géné­ra­lise à toute la société !

Pour celles et ceux qui ne peuvent pas se rendre à Beau­mont-sur-Oise, nous appe­lons à des rassem­ble­ments et des mani­fes­ta­tions partout en France devant les tribu­naux et les commis­sa­riats, et tout autre geste qui paraî­tra perti­nent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.