Aller au contenu

Appel unitaire : soli­da­rité avec les réfu­giés

Les orga­ni­sa­tions signa­taires et les repré­sen­tants des réfu­giés de « Pajol » constatent que les rares solu­tions propo­sées à ce jour par les pouvoirs publics, dont la Mairie de Paris, ont été obte­nues par la seule mobi­li­sa­tion des rive­rain-es, des asso­cia­tions et avec le soutien des partis poli­tiques. Elles ne sont pour­tant pas à la hauteur des enjeux.

Dans plusieurs endroits de Paris, les réfu­giés se trouvent dans des situa­tions scan­da­leu­se­ment précaires. Cette situa­tion les empêche en outre de faire valoir leurs droits.

En consé­quence, nous exigeons :

  • La libé­ra­tion immé­diate de tous les réfu­giés qui se trouvent en centre de réten­tion après leur arres­ta­tion dans les jours qui ont suivi l’éva­cua­tion de la Chapelle.
  • Que la Ville de Paris tienne ses enga­ge­ments faits le jeudi 11 juin soit 110 héber­ge­ments mini­mum mais dans des condi­tions décentes en termes de couver­tures, propreté, soins, sani­taires, nour­ri­ture, ce qui n’est pas le cas pour tous et ce jusqu’à l’ou­ver­ture d’un lieu d’hé­ber­ge­ment pérenne. Nous exigeons que les migrants qui n’ont pas béné­fi­cié de ces propo­si­tions, car absents de la caserne de pompiers de Château Landon, et qui se trouvent aujourd’­hui dans le jardin d’Eole disposent de mêmes condi­tions dès ce week-end. Ils doivent être en outre accom­pa­gnés par l’ad­mi­nis­tra­tion dans leur demande d’ac­cès au droit d’asile.
  • L’ou­ver­ture d’es­paces d’ac­cueil et d’hé­ber­ge­ments collec­tifs pour accueillir ceux d’Aus­ter­litz, de la Gare de Lyon, de La Villette et de tout autre lieu où les réfu­giés pour­raient se regrou­per pour être logés le temps qu’il faut et de permettre aux asso­cia­tions de travailler avec eux notam­ment pour voir dans quel dispo­si­tif ils et elles souhaitent et sont suscep­tibles d’en­trer (droit d’asile, MIE, etc.) ou simple­ment leur permettre un simple tran­sit vers un autre pays dans de meilleures condi­tions, en parti­cu­lier sani­taires. La Mairie de Paris doit prendre ses respon­sa­bi­li­tés et ouvrir au moins un espace ad hoc intra muros.
  • L’ou­ver­ture d’un Guichet unique pour les réfu­giés.

– Des solu­tions pérennes à commen­cer par l’ou­ver­ture de centres d’ac­cueil.

La France est loin de prendre sa part dans l’ac­cueil des réfu­giés qui traversent la Médi­ter­ra­née au péril de leur vie alors même qu’elle porte sa part de respon­sa­bi­lité, comme l’Union euro­péenne, dans les raisons qui les poussent à partir. Ils ne dispa­rai­tront pas du terri­toire par la répres­sion et l’in­dif­fé­rence des pouvoirs publics. Il faut une toute autre poli­tique en faveur des réfu­giés qui prenne en compte la situa­tion actuelle et anti­cipe sur celle des années à venir.

La Mobi­li­sa­tion doit donc s’ac­cen­tuer.

Dans l’im­mé­diat :

– Nous deman­dons à la Mairie de Paris qu’elle reçoive une délé­ga­tion compre­nant les repré­sen­tants des réfu­giés, pour exiger qu’elle tienne ses enga­ge­ments.

– Nous appe­lons toutes les citoyennes et tous les citoyens à soute­nir les réfu­giés là où elles et ils se trouvent, notam­ment à travers des rassem­ble­ments orga­ni­sés dès samedi dans les quar­tiers concer­nés (La Chapelle, Auster­litz…)

– Nous appe­lons à une mani­fes­ta­tion partant du 18ème arron­dis­se­ment le mardi 16 juin à 18h30

Signa­taires au 15 juin :

Alter­na­tive Liber­taire, EELV, Ensemble, Gauche Unitaire, NPA, Parti de Gauche, PCF, MJCF, PCOF, MJS

CGT 75, CGT-Educ’Ac­tion, CGT de Paris habi­tat OPH, Soli­daires, UNEF

RESF, LDH, MRAP, DAL, CSP 75, CISPM, Femmes Egalité, FASTI, Asso­cia­tion des Travailleurs Magh­ré­bins de France, AMF, Asso­cia­tion Siles­fem­mes­comp­taient, Droit Devant, Entraides Citoyennes

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.