Aller au contenu

Au sujet du Nobel d’éco­no­mie de Jean Tirole

Entre­tien avec Mireille Bruyère du conseil scien­ti­fique d’ATTAC France et des Écono­mistes Atter­rés.

Entre­tien avec Mireille Bruyère

Depuis long­temps (sauf en 2008) les Nobel sont attri­bués aux libé­raux. Le prix Nobel de l’éco­no­mie attri­bué à Jean Tirole, ce n’est pas une bonne nouvelle ?

Ce n’est qu’une conti­nuité. Les prix Nobel d’éco­no­mie (le prix de la banque de Suède en l’hon­neur d’Al­fred Nobel) appar­tiennent prin­ci­pa­le­ment au courant néoclas­sique. En même temps, comme les écono­mistes sont en très grande majo­rité des néoclas­siques c’est une consé­quence logique. Jean Tirole dirait certai­ne­ment que les autres écono­mistes ne sont pas des « vrais » écono­mistes c’est à dire de vrais scien­ti­fiques car ils n’uti­lisent pas les méthodes rigou­reuses de l’éco­no­mie (en gros la mesure et les mathé­ma­tiques).

Je pense que la TSE et J Tirole sont extrê­me­ment soucieux de montrer leur scien­ti­fi­cité qui est une pseudo-scien­ti­fi­cité, une sorte de syllo­gisme. On entend ça et là que Mr Tirole a construit un busi­ness model complè­te­ment financé par des inté­rêts privés des grandes banques et firmes multi­na­tio­nales. C’est abso­lu­ment vrai et cela a des consé­quences bien réelles sur les rému­né­ra­tions et les moti­va­tions des cher­cheurs mais aussi sur le plura­lisme et l’idée de service public. Mais, je crois que ces firmes n’ont pas ou peu besoin de contrô­ler les orien­ta­tions scien­ti­fiques des cher­cheurs de la TSE car ce que cherchent ces firmes, c’est avant tout une caution scien­ti­fique, « graal »de leur légi­ti­mité. Et, ils n’ont pas à se soucier des présup­po­sés de cette recherche car elle est en adéqua­tion avec leur inté­rêt. Ces présup­po­sés sont la ratio­na­lité écono­mique et la supé­rio­rité de la concur­rence sur toutes formes d’or­ga­ni­sa­tion sociale. Toute autre hypo­thèse théo­rique est de la litté­ra­ture pour midi­nette.

« On a beau­coup repro­ché aux écono­mistes de ne pas avoir prévu la crise finan­cière de 2008. Nous n’étions pas au courant du phéno­mène de titri­sa­tion mais nous avions docu­menté tous les risques ». C’est ce que prétend Jean Tirole dans son inter­view à la Dépêche du 14 octobre. Personne n’avait vu venir la crise finan­cière de 2008 ?

Oui, ils n’ont rien prévu préci­sé­ment mais ils peuvent toujours nous dire que dans leurs publi­ca­tions, il y avait telle ou telle mise en garde et ils auront certai­ne­ment raison. Mais je dirais c’est tant mieux qu’ils n’ont rien prévu cela prouve aussi que l’éco­no­mie n’est pas une science dont on peut faire des prévi­sions. Ouf ! Il nous reste une place pour l’es­poir. Nous ne pouvons pas critiquer ce courant avec les argu­ments qu’ils se trompent sur l’ave­nir, qu’ils ne sont pas de vrais scien­ti­fiques, qu’ils échouent. Heureu­se­ment qu’ils échouent un peu et que les choses leur échappent un peu. La critique ne peut être que poli­tique, celle du sens : quel monde cette écono­mie vise-t-elle ? C’est un monde d’in­di­vi­dus en concur­rence sans créa­ti­vité, un monde où la maîtrise ration­nelle est pous­sée à son paroxysme. C’est une contre utopie, un monde de richesse et d’iné­ga­lité, fina­le­ment un monde sans huma­nité car sans possi­bi­lité de choi­sir autre chose que la concur­rence.

« …au lieu de proté­ger les sala­riés, le CDI les dessert car plus personne n’a accès à ce type de contrat. » C’est une attaque en règle contre le CDI puisqu’il dessert et plus personne n’y a accès. Quel type de contrat de travail nous prépare t-on ?

Bien sûr, son rapport pour le conseil d’ana­lyse écono­mique avec Olivier Blan­chard sur le marché de travail français est une attaque contre les garan­ties offertes par le CDI. En même temps, ses défen­seurs avancent qu’il propose de suppri­mer le CDD. On pour­rait donc y voir une avan­cée en termes de progrès mais ce n’est abso­lu­ment pas le cas. Pour le comprendre, il faut comprendre le raison­ne­ment qui paraît neutre et s’ap­pliquer à toutes les classes de la même manière.

Jean Tirole ne soutient ni les syndi­cats, ni le patro­nat (mais ce n’est pas la même chose des firmes qui financent TSE). Il ne fait que dérou­ler le même syllo­gisme : suppo­sons que l’homme est un homme ration­nel à la recherche de son inté­rêt mais que la concur­rence dans lequel il vit n’est pas parfaite. il y a des coali­tions comme les syndi­cats et aussi des oligo­poles ou des mono­poles. Ces situa­tions nous éloignent de la saine concur­rence en biai­sant les prix. A la diffé­rence des écono­mistes du début du 20e siècle, les néoli­bé­raux comme J Tirole ont compris que les marchés ne fonc­tion­naient pas tous seuls car ils ne sont jamais en situa­tion de concur­rence parfaite. Ainsi ils ont abso­lu­ment besoin de la régu­la­tion c’est-à-dire d’un pouvoir poli­tique (pas démo­cra­tique mais plutôt un comité d’ex­pert).

Ainsi on se trompe quand on dit que Tirole est de gauche car il appelle à la régu­la­tion des marchés. Il appelle effec­ti­ve­ment à la régu­la­tion des marchés mais non pas pour les limi­ter mais pour les étayer. C’est toute la diffé­rence et elle est de taille. Il est pour cela plus proche de F. Hayek que des anciens comme A Smith. F. Hayek comme J. Tirole appellent à un État fort, sans préci­ser son assise démo­cra­tique bien sûr, ou à des organes de contrôle et de coer­ci­tion indé­pen­dants. Hayek décla­rait bien qu’il préfé­rait une dicta­ture dans laquelle le marché est présent qu’une démo­cra­tie sans marché. Il faut aban­don­ner l’ana­lyse poli­tique qui consiste à clas­ser à gauche les écono­mistes qui appellent à la régu­la­tion des marchés c’est une idée dépas­sée des 30 glorieuses. Il faut ques­tion­ner le sens de cette régu­la­tion.

« La ques­tion n’est pas l’aus­té­rité mais savoir quels signaux nous envoyons à l’étran­ger. » Si on comprend bien, cette phrase signi­fie que la poli­tique austé­ri­taire que met en place le gouver­ne­ment (attaque contre les chômeurs, pacte de respon­sa­bi­li­té…) n’est pas un problème, ce qui est impor­tant ce sont les signaux qui balisent la poli­tique austé­ri­taire à desti­na­tion des autres pays. Qu’en penses-tu ?

J Tirole et son équipe ont beau­coup travaillé effec­ti­ve­ment sur le rôle de l’in­for­ma­tion dans la qualité de la concur­rence. Quand l’in­for­ma­tion n’est pas la même pour tous, alors on s’éloigne de la concur­rence. C’est son diagnos­tic de la crise de 2008 : les acteurs n’avaient pas les bonnes infor­ma­tions sur les titres subprimes, ils les ont donc ache­tés sans savoir. La réponse n’est donc pas de limi­ter les marchés finan­ciers mais de mettre en place des régu­la­teurs qui contrôlent si l’in­for­ma­tion sur les titres est bonne et la même pour tous. C’est la même chose avec l’aus­té­rité. Pour résoudre le problème il faut que les marchés finan­ciers aient les bonnes infos sur les comptes publics ainsi ils évalue­ront les Etats à leur « vraie valeur » et les Etats devront faire les poli­tiques budgé­taires en consé­quence.

Là encore, la ques­tion poli­tique et démo­cra­tique est évacuée. Evaluer les États mais pour faire quoi ? Le monde de ces écono­mistes est vide de sens.

Propos recueillis par Fabrice Flipo. Publié sur le site de l’Uni­ver­sité popu­liare de Toulouse. Mireille Bruyère a fait ses études de sciences écono­miques à l’Uni­ver­sité de Toulouse 1. Après un master en écono­mé­trie, elle travaille en Italie puis à l’INRA. Elle prépare ensuite un docto­rat en écono­mie publique au sein d’un cabi­net de conseil en finances publiques à Toulouse. Après un passage à l’OFCE à Paris (Obser­va­toire Français des Conjonc­tures Écono­miques) où elle se spécia­lise sur les problèmes de l’em­ploi et du travail, elle devient Maître de Confé­rence en écono­mie à l’Uni­ver­sité de Toulouse 2 en 2006. Elle est membre du Labo­ra­toire CERTOP (Centre d’étude et de Recherche Travail Orga­ni­sa­tion Pouvoir UMR CNRS), du conseil scien­ti­fique d’ATTAC France et fait partie des Écono­mistes Atter­rés.

 

Publié sur https://www.ensemble-fdg.org/content/au-sujet-du-nobel-dcono­mie-de-jean-tirole

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.