Aller au contenu

Caro­line Fiat, dépu­tée France insou­mise, mili­tante d’En­semble!, aide-soignante. L’Hu­ma­nité 2–9–2017

Il est un scan­dale sani­taire annoncé, celui des « Ehpad »s, celui des maisons de retraite. Caro­line Fiat, notre cama­rade deve­nue dépu­tée exprime avec une force parti­cu­lière la souf­france au travail des aide-soignantes et le sort fait aux ancien.ne.s en fin de vie. Dans le jour­nal « l’Hu­ma­nité ». Ici:

PB, 4–9–2017.

« S’il n’y avait que moi, j’in­ter­di­rais de gagner de l’argent sur l’hu­main »

Dénon­cée par les grévistes de Fouche­rans, la situa­tion indigne des Ehpad va être exami­née, à partir de lundi, par une « mission flash » de l’As­sem­blée natio­nale.

Entre­tien.

La dépu­tée Caro­line Fiat parti­ci­pera à la « mission flash » annon­cée cet été par la prési­dente de la commis­sion des Affaires sociales de l’As­sem­blée natio­nale,

Brigitte Bour­gui­gnon (LREM), pour dres­ser un état des lieux précis des établis­se­ments d’hé­ber­ge­ment de personnes âgées dépen­dantes (Ehpad).

Vous avez rencon­tré les grévistes de Fouche­rans. Qu’a­vez-vous ressenti ?

Caro­line Fiat Leur déter­mi­na­tion, mais égale­ment leur détresse. J’ai forcé­ment beau­coup d’af­fi­ni­tés avec elles, puisque j’exerce le même métier dans un Ehpad privé

lucra­tif. Dans ces établis­se­ments, les personnes accueillies sont de plus en plus dépen­dantes. Or, les gestion­naires n’em­bauchent pas, sous-payent les soignants, et rognent

sur le maté­riel.

L’Eh­pad de Fouche­rans serait-il un cas d’école ?

Caro­line Fiat C’est certain. Des groupes, parfois euro­péens, rachètent des hôtels qu’ils trans­forment en établis­se­ments d’ac­cueil des personnes âgées. Et toute la famille, le

rési­dant, ses enfants, ses petits-enfants doivent mettre la main au porte­feuille pour payer parfois jusqu’à 3 800 euros par mois pour sa prise en charge. Le patri­moine de toute une vie peut être ainsi englouti. Il est indé­cent de faire de l’argent sur les personnes âgées. De plus, ces groupes profitent des aides publiques sans que la facture des rési­dants dimi­nue. Or, l’État mise sur eux pour créer des places, au détri­ment des établis­se­ments publics asphyxiés par les coupes budgé­taires.

Qu’at­ten­dez-vous de la « mission flash » dont vous êtes un peu à l’ori­gine ?

Caro­line Fiat C’est en effet à la suite d’une inter­ven­tion sur le système de santé où je faisais réfé­rence à la grève des Opalines que la prési­dente de la commis­sion des Affaires sociales a annoncé la mission. J’ai l’in­ten­tion de parti­ci­per à toutes les audi­tions. Je défen­drai l’ins­crip­tion du prin­cipe de bien­trai­tance dans la Cons­ti­tu­tion.

Un projet de décret ou une loi qui fixe les quotas de person­nel obli­ga­toire pour la prise en charge de personnes dépen­dantes. Et qui rendrait obli­ga­toire, les rempla­ce­ments.

S’il n’y avait que moi, j’in­ter­di­rais la possi­bi­lité de gagner le moindre argent sur l’hu­main. J’im­po­se­rais la gratuité pour que chacun puisse vieillir et partir digne­ment,

comme c’est le cas pour la nais­sance.

Entre­tien réalisé par S. D.

12,77 euros. Avec de tels tarifs, les Ehpad du réseau Opaline du Jura, propriété du groupe SGMR, proprié­taire de 46 établis­se­ments en France, sont parmi les plus chers. La palme, avec plus de 100 euros par jour, revient toute­fois à un établis­se­ment voisin, propriété du numéro un des maisons de retraite médi­ca­li­sées commer­ciales, le groupe Korian. Cotée en Bourse, l’ac­tion s’échange ces jours-ci à une tren­taine d’eu­ros. Certes, beau­coup moins que le second de la caté­go­rie, le groupe Orpea, dont les

titres se monnayent à 99 euros.

Nombre de personnes âgées dépen­dantes restent à la porte de ces établis­se­ments

« L’une des premières ques­tions que l’on vous pose lors d’une demande d’ac­cueil d’un parent est de savoir s’il a des biens », se désole Murielle. Avec un niveau

de pension moyen de retraite de 1 400 euros par mois, nombre de personnes âgées dépen­dantes restent à la porte de ces établis­se­ments. Quitte à se satis­faire d’un taux d’oc­cu­pa­tion légè­re­ment infé­rieur (95 %) à celui des Ehpad publics ou asso­cia­tifs (98 %). Un risque limité, compte tenu de l’ef­fet d’au­baine que consti­tue la pénu­rie de places. Dans le Jura, le taux d’équi­pe­ments médico-sociaux ouverts aux plus de 75 ans s’éta­blit à 168 pour 1 000 seniors, selon l’In­see.

Bien en deçà des besoins. « Il y a un problème avec l’argent public. 30 % de nos salaires sont finan­cés par les conseils dépar­te­men­taux. 70 % par les agences

régio­nales de santé (ARS). Nos employeurs déboursent un mini­mum. Ils béné­fi­cient même, comme à Fouche­rans, de largesses de l’ARS, qui a financé quatre postes

d’aide-soignante non pour­vus. Cela en fait de bonnes affaires », regrette Anne-Sophie.

Sylvie Ducat­teau­nité

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.