Aller au contenu

Commu­niqué commun du mouve­ment anti-aéro­port

 

Commu­niqué commun du mouve­ment anti-aéro­port, suite à la déci­sion du gouver­ne­ment

Acipa, Coor­di­na­tion des oppo­sants, COPAIn 44, Natu­ra­listes en lutte, les habi­tant-e-s de la zad.

et aussi voir le Lien vers le commu­niqué d’En­semble!

Ce midi, le gouver­ne­ment vient enfin d’an­non­cer l’aban­don du projet d’aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes.

Nous notons que la DUP ne sera offi­ciel­le­ment pas proro­gée. Le projet sera donc défi­ni­ti­ve­ment nul et non avenu le 8 février.

Il s’agit bien d’une victoire histo­rique face à un projet d’amé­na­ge­ment destruc­teur. Celle-ci aura été possible grâce à un long mouve­ment aussi déter­miné que divers.

Nous voulons d’abord saluer chaleu­reu­se­ment aujourd’­hui toutes celles et ceux qui se sont mobi­li­sées contre ce projet d’aé­ro­port au cours des 50 dernières années.

En ce qui concerne l’ave­nir de la zad, l’en­semble du mouve­ment réaf­firme dès aujourd’­hui :

    – La néces­sité pour les paysan-ne-s et habi­tant-e-s expro­priés de pouvoir recou­vrer plei­ne­ment leurs droits au plus vite.

– Le refus de toute expul­sion de celles et ceux qui sont venus habi­ter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent conti­nuer à y vivre ainsi qu’à en prendre en soin.

– Une volonté de prise en charge à long terme des terres de la zad par le mouve­ment dans toute sa diver­sité – paysans, natu­ra­listes, rive­rains, asso­cia­tions, anciens et nouveaux habi­tants.

Pour le mettre en œuvre, nous aurons besoin d’une période de gel de la redis­tri­bu­tion insti­tu­tion­nelle des terres. Dans le futur, ce terri­toire doit pouvoir rester un espace d’ex­pé­ri­men­ta­tion sociale, envi­ron­ne­men­tale et agri­cole.

En ce qui concerne la ques­tion de la réou­ver­ture de la route D281, fermée par les pouvoirs publics en 2013, le mouve­ment s’en­gage à y répondre lui-même. La présence ou l’in­ter­ven­tion poli­cières ne feraient donc qu’en­ve­ni­mer la situa­tion.

Nous souhai­tons par ailleurs, en cette jour­née mémo­rable, adres­ser un fort message de soli­da­rité vis-à-vis d’autres luttes contre des grands projets destruc­teurs et pour la défense de terri­toires mena­cés.

Nous appe­lons à conver­ger large­ment le 10 février dans le bocage pour fêter l’aban­don de l’aé­ro­port et pour pour­suivre la construc­tion de l’ave­nir de la zad.

 

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.