Aller au contenu

Commu­niqué commun du mouve­ment anti-aéro­port

 

Commu­niqué commun du mouve­ment anti-aéro­port, suite à la déci­sion du gouver­ne­ment

Acipa, Coor­di­na­tion des oppo­sants, COPAIn 44, Natu­ra­listes en lutte, les habi­tant-e-s de la zad.

et aussi voir le Lien vers le commu­niqué d’En­semble!

Ce midi, le gouver­ne­ment vient enfin d’an­non­cer l’aban­don du projet d’aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes.

Nous notons que la DUP ne sera offi­ciel­le­ment pas proro­gée. Le projet sera donc défi­ni­ti­ve­ment nul et non avenu le 8 février.

Il s’agit bien d’une victoire histo­rique face à un projet d’amé­na­ge­ment destruc­teur. Celle-ci aura été possible grâce à un long mouve­ment aussi déter­miné que divers.

Nous voulons d’abord saluer chaleu­reu­se­ment aujourd’­hui toutes celles et ceux qui se sont mobi­li­sées contre ce projet d’aé­ro­port au cours des 50 dernières années.

En ce qui concerne l’ave­nir de la zad, l’en­semble du mouve­ment réaf­firme dès aujourd’­hui :

    – La néces­sité pour les paysan-ne-s et habi­tant-e-s expro­priés de pouvoir recou­vrer plei­ne­ment leurs droits au plus vite.

– Le refus de toute expul­sion de celles et ceux qui sont venus habi­ter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent conti­nuer à y vivre ainsi qu’à en prendre en soin.

– Une volonté de prise en charge à long terme des terres de la zad par le mouve­ment dans toute sa diver­sité – paysans, natu­ra­listes, rive­rains, asso­cia­tions, anciens et nouveaux habi­tants.

Pour le mettre en œuvre, nous aurons besoin d’une période de gel de la redis­tri­bu­tion insti­tu­tion­nelle des terres. Dans le futur, ce terri­toire doit pouvoir rester un espace d’ex­pé­ri­men­ta­tion sociale, envi­ron­ne­men­tale et agri­cole.

En ce qui concerne la ques­tion de la réou­ver­ture de la route D281, fermée par les pouvoirs publics en 2013, le mouve­ment s’en­gage à y répondre lui-même. La présence ou l’in­ter­ven­tion poli­cières ne feraient donc qu’en­ve­ni­mer la situa­tion.

Nous souhai­tons par ailleurs, en cette jour­née mémo­rable, adres­ser un fort message de soli­da­rité vis-à-vis d’autres luttes contre des grands projets destruc­teurs et pour la défense de terri­toires mena­cés.

Nous appe­lons à conver­ger large­ment le 10 février dans le bocage pour fêter l’aban­don de l’aé­ro­port et pour pour­suivre la construc­tion de l’ave­nir de la zad.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *