Aller au contenu

« Nous nous enga­geons pour l’ave­nir de la Zad »

Un article de Repor­terre daté du 15 janvier. Aujourd’­hui les CRS arrivent en masse à Notre dame des Landes.

Un appel co-signé par Ensemble!

15 janvier 2018 / Des asso­cia­tions, des syndi­cats, des orga­ni­sa­tions natio­nales et locales

 https://repor­terre.net/Nous-nous-enga­geons-pour-l-avenir-de-la-Zad

L’en­semble de ses «  usagers et usagères actuelles  » ont posé des fonda­tions communes pour l’ave­nir de la Zad. Cette vision est soute­nue par des asso­cia­tions, des syndi­cats, des orga­ni­sa­tions natio­nales et locales dans une tribune commune, que Repor­terre et Media­part publient ensemble.

La liste des signa­taires de ce commu­niqué commun se trouve à la fin du texte.


Depuis presque cinquante ans, des paysan.ne.s et habi­tant.e.s de la région nantaise résistent contre un projet d’aé­ro­port qui vien­drait détruire 1.650 ha de terres agri­coles et de zones humides. Le gouver­ne­ment a annoncé qu’il tran­che­rait en ce mois de janvier sur ce dossier brûlant devenu emblé­ma­tique d’enjeux de fond et de choix de société. Au niveau natio­nal, nos orga­ni­sa­tions, asso­cia­tions et syndi­cats se sont enga­gés au fil du temps dans un mouve­ment large et popu­laire contre ce projet.

La commis­sion de média­tion nommée il y a sept mois par le gouver­ne­ment a mis en évidence la faisa­bi­lité de la réno­va­tion de l’aé­ro­port actuel, alors même que les tenants du projet de trans­fert vers Notre-Dame-des-Landes s’éver­tuent depuis des années à refu­ser de prendre en compte les études qui le démontrent.

Emma­nuel Macron s’est engagé à agir vigou­reu­se­ment contre le réchauf­fe­ment clima­tique et pour la préser­va­tion de la biodi­ver­sité. Il serait alors absurde et drama­tique que le gouver­ne­ment s’en­tête à vouloir construire cet aéro­port. Il serait tout aussi drama­tique qu’a­près avoir enfin aban­donné ce projet, l’exé­cu­tif s’en­ferme dans une logique répres­sive visant à expul­ser celles et ceux qui auront su prendre soin de ce terri­toire. Il est pour nous impen­sable de lais­ser le gouver­ne­ment mettre fin bruta­le­ment à l’ex­pé­rience singu­lière qui s’est construite à Notre-Dame-des-Landes. Dans la foulée de l’aban­don espéré du projet d’aé­ro­port, nous appe­lons au contraire au dialogue. Les diffé­rentes compo­santes du mouve­ment contre l’aé­ro­port et pour l’ave­nir de la zad ont fait savoir qu’elles y travaillent depuis des mois et qu’elles sont prêtes à s’en­ga­ger en ce sens dès l’aban­don du projet.

Le bocage de Notre-Dame-des-Landes doit rester une terre d’ins­pi­ra­tion et d’es­poir, nour­rie par l’idée des biens communs, les soli­da­ri­tés et le soin du vivant

Dans ce contexte, nous voulons soute­nir les bases communes pour l’ave­nir de la zad établies par l’en­semble des usager.e.s actuel.le.s de ce terri­toire [1] — paysan.ne.s, voisin.e.s, habi­tant.e.s, natu­ra­listes, syndi­ca­listes, membres d’as­so­cia­tions, randon­neurs.euses :

  • la néces­sité pour les paysan.ne.s et habi­tant.e.s résis­tant.e.s ayant refusé la vente amiable à AGO-Vinci et étant allés à l’ex­pro­pria­tion de pouvoir recou­vrer plei­ne­ment leurs droits au plus vite ;
  • le refus de toute expul­sion de celles et ceux qui sont venu.e.s habi­ter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent conti­nuer à y proje­ter leurs vies et leurs acti­vi­tés ;
  • une volonté de prise en charge à long terme des terres de la zad par une entité issue du mouve­ment dans toute sa diver­sité ;
  • le fait que les terres sauve­gar­dées aillent à de nouvelles instal­la­tions et pas à l’agran­dis­se­ment d’ex­ploi­ta­tions exis­tantes ;
  • la néces­sité de conti­nuer à préser­ver et faire vivre ensemble les patri­moines natu­rels et agri­coles excep­tion­nels de cette zone.

Pour qu’un projet pérenne, en cohé­rence avec les valeurs portées par le mouve­ment, puisse se consti­tuer, une période de gel de la redis­tri­bu­tion insti­tu­tion­nelle des terres est néces­saire. Nous savons que cette voie est possible : par le passé et en d’autres lieux, des terres agri­coles préser­vées ont conti­nué à être prises en charge collec­ti­ve­ment par celles et ceux qui s’étaient battu.e.s pour elles.

Au-delà des justes combats contre des projets destruc­teurs, nous sommes convaincu.e.s de la néces­sité que puissent aussi se déve­lop­per des espaces où des personnes réin­ventent d’autres formes d’ha­bi­tats, d’agri­cul­tures, de rapports au travail et de rela­tions sociales. Dans un monde miné par l’in­di­vi­dua­lisme, le gaspillage des ressources natu­relles, les crises sociales et envi­ron­ne­men­tales, le bocage de Notre-Dame-des-Landes doit rester une terre d’ins­pi­ra­tion et d’es­poir, nour­rie par l’idée des biens communs, les soli­da­ri­tés et le soin du vivant.

Nous relayons en ce sens l’ap­pel du mouve­ment contre l’aé­ro­port et pour l’ave­nir de la zad à conver­ger massi­ve­ment dans le bocage le 10 février, au lende­main des 10 ans de la décla­ra­tion d’uti­lité publique du projet d’aé­ro­port. Il s’agira alors, espé­rons-le, de saluer ensemble une déci­sion d’aban­don et de soute­nir avec déter­mi­na­tion l’ho­ri­zon souhaité collec­ti­ve­ment pour l’ave­nir de ce terri­toire préservé. D’autres rendez-vous sont d’ores et déjà prévus sur la zad, entre autre les 7 et 8 juillet pour le rassem­ble­ment annuel de la Coor­di­na­tion des orga­ni­sa­tions anti-aéro­port de Notre-Dame-des-Landes.


LES PREMIERS SIGNATAIRES

  • Signa­tures natio­nales :
  • 350.org, Agir pour l’En­vi­ron­ne­ment, Agter, Alofa Tuvalu,
  • Alter­na­tiba, ANVCOP21, Attac, Collec­tif pour la Sauve­garde de la zone humide du Testet (Sivens),
  • Confé­dé­ra­tion Paysanne, Coor­di­na­tion des oppo­sant.e.s au Lyon Turin, Coor­di­na­tion Bure Stop,
  • Droit Au Loge­ment, EELV, Ensemble !,
  • Fédé­ra­tions SUD-rail, SUDPTT, SUDBPCE,
  • Green­peace, Les Amis de la Terre,
  • Parti de Gauche, Réseau CIVAM, Union Syndi­cale Soli­daires.
  • Signa­tures locales : Alter­na­tiba Nantes, Alter­na­tiba Limou­sin, Amis de la Confé­dé­ra­tion Paysanne Limou­sine, Amis de la Terre Limou­sin, Asode­dra 88, ATTAC87, Bure Stop 55, Bretagne Vivante, Cedra 52, Collec­tif NOVISSEN 23 contre les 1400 veaux, Collec­tif pour la Sauve­garde de la zone humide du Testet (Sivens), Collec­tif STOPEPR ni à Penly ni ailleurs, Collec­tif Anti-LGV Limoges-Poitiers /Pro POLLT, Collec­tif NON à la Montagne à Pellets, Coor­di­na­tion Bure Stop, Coor­di­na­tion des oppo­sant.e.s au Lyon Turin, EELV Bretagne, EELV Lorraine, EELV Pays de la Loire,
  • Ensemble ! 44, Eodra (Ass. Elus de Lorraine oppo­sés à l’en­fouis­se­ment des déchets radio actifs),
  • France Insou­mise St Junien 87, Groupe d’Ac­tion Clis­son de la France Insou­mise, Groupe d’Ac­tion Nantes Cathé­drale de la France insou­mise, Groupe d’Ac­tion Pont­cha­teau et envi­ron de la France insou­mise,
  • Habi­tants Vigi­lants de Gondre­court 55, Habi­tants Vigi­lants de Void 55, Groupe d’In­ter­ven­tion des Grenouilles Non-Violentes (GIGNV), Les amis de la Terre 38, Mira­bel Lorraine, MNE 55, MNLE Pays de la Loire, Place au Peuple 44, PG 44, Groupe Mamma­lo­gique Breton, Rezé à Gauche Toute, Sortir du nucléaire Pays nantais, SDN 57, Soli­daires Bretagne, Stop Linky Limou­sin 87, Stop Mines 23

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.