Aller au contenu

Des Poite­vins ont mani­festé à Nantes contre la construc­tion de l’aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes

Il y a plusieurs semaines nous invi­tions les poite­vins à parti­ci­per à la mani­fes­ta­tion à Nantes du 22 février contre la construc­tion de l’aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes. Gros succès puisque c’est un bus complet qui a effec­tué l’al­ler-retour ce samedi.

La Nouvelle-Répu­blique s’est fait l’écho de cette mani­fes­ta­tion de soli­da­rité.

 

Des Poite­vins ont mani­festé à Nantes

23/02/2014 05:37

 Le bus des manifestants affichait complet. - (Photo sd)

Le bus des mani­fes­tants affi­chait complet. – (Photo sd)
La mani­fes­ta­tion hier à Nantes (lire aussi page 17) contre l’im­plan­ta­tion d’un nouvel aéro­port à Notre-Dame-des-Landes (44) a mobi­lisé une soixan­taine de Poite­vins.Le bus orga­nisé par Europe-Ecolo­gie-Les Verts, le Nouveau parti anti­ca­pi­ta­liste, le Parti de gauche et Ensemble était plein de mili­tants et sympa­thi­sants réunis le matin au départ de Poitiers. Le reste de la délé­ga­tion est parti en voitures parti­cu­lières.
Les numé­ros un et deux de l’équipe « Osons Poitiers », qui repré­sen­tera les écolo­gistes et la gauche de la gauche aux prochaines muni­ci­pales de Poitiers, étaient de la manif. « C’était un rassem­ble­ment très bon enfant, raconte la tête de liste Chris­tiane Fraysse (EELV). Nous avons été surpris de voir le déploie­ment de force avec des canons à eau et des rues barri­ca­dées. » L’adjointe d’Alain Claeys ne veut pas défi­ni­ti­ve­ment pas du projet cher au Premier ministre Jean-Marc Ayrault. « C’est inutile et coûteux, martèle-t-elle. Cela ne fait que servir les inté­rêts du groupe Vinci au détri­ment de la biodi­ver­sité. J’es­père que ce mouve­ment ira au bout et que ce dossier n’abou­tira pas. » Jacques Arfeuillère a voulu noter « la mobi­li­sa­tion très impor­tante. » Placé en deuxième posi­tion sur liste « Osons Poitiers », le mili­tant du Parti de Gauche est revenu sur les inci­dents qui ont émaillé la fin de la mani­fes­ta­tion. « On n’a pas vu grand-chose. Nous avons juste senti les gaz lacry­mo­gènes avant de partir. C’est dommage que cela se termine de cette manière-là. »
L.L.

 

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.