Aller au contenu

Elus poite­vins du PCF : gardiens de but de la gauche ou de Claeys ?

Nouveaux tarifs de Vita­lis pour 2018 :

Ce commu­niqué , publié par la NR du 4/10/2017, rend compte de l’in­ter­ven­tion de P. Coro­nas au conseil commu­nau­taire du 29/09/2017, avec cette petite phrase que je mets en rouge et qui m’a fait bondir :

« Le Conseil Commu­nau­taire a voté de nouveaux tarifs pour les trans­ports en 2018 avec la mise en place des Quotients Fami­liaux. En effet, si on pour­suit un objec­tif de justice sociale, l’âge ou le statut ne doivent pas être les seuls critères. Les reve­nus doivent être pris en compte comme nous le faisons déjà pour la restau­ra­tion collec­tive et les acti­vi­tés péri­sco­laires à Poitiers. Un sala­rié à faible revenu ou un étudiant pauvre doit payer moins qu’un retraité riche et inver­se­mentLa nouvelle tari­fi­ca­tion des trans­ports va dans ce sens ce qui est une bonne chose. Elle peut aller encore plus loin et nous y travaille­rons. »

Jouer de l’op­po­si­tion sala­rié pauvre – retraité riche, on dirait du Macron, du Darma­nin ou du Philippe. Pour les macro­niens, le retraité est riche à partir de à 1200€ net mensuels, pour les tarifs Vita­lis, c’est 750€ . Ces mêmes retrai­tés « riches » mani­fes­taient le 28 septembre, à l’ap­pel de 9 orgas syndi­cales, contre l’aug­men­ta­tion de la CSG et pour la reva­lo­ri­sa­tion de leurs pensions.

Note : Ce n’est pas la mise en œuvre des quotients fami­liaux, mesure évidente de justice sociale, qui fait débat ici. Pour mieux saisir le sens du débat et le déra­page verbal, voir sur le site d’Osons Poitiers, à la rubrique Vita­lis, l’in­ter­ven­tion des élus d’Osons. Voir le texte de leur inter­ven­tion

Eclai­rage public des Couron­ne­ries et parte­na­riat public privé :

Une semaine plus tard, le 11/10/2017, toujours dans la NR, un article pour mettre en scène et en valeur le futur nouvel éclai­rage et les élus qui le promeuvent avec cette présen­ta­tion (par le jour­nal.) de P.Coro­nas :  « vice président de Grand Poitiers et, par ailleurs élu commu­niste de Poitiers » et sa décla­ra­tion (dixit le jour­nal) :

« L’adjoint que je suis a cheminé. Il y a les idées et l’idéo­lo­gie. On a à travers ce parte­na­riat des données écono­miques qui conviennent et surtout on va avoir un éclai­rage public de qualité, peu consom­ma­teur d ‘éner­gie et qui ne tombe plus en panne. Sur la panne, les sala­riés des services publics appré­cie­ront.

Quant au parte­na­riat Public-Privé, le messe est dite, les idées, même un peu capi­ta­listes, passent avant l’orien­ta­tion poli­tique quali­fiée d’idéo­lo­gie.

En une semaine, un aperçu saisis­sant et inquié­tant de l’ac­tion muni­ci­pale d’élus qui s’ex­priment au nom du PCF, au moment où l’ac­tua­lité sociale et poli­tique néces­site de travailler à l’unité de la Gauche anti libé­rale.

Note bis : voir sur notre site le premier accro­chage avec le PCF suite au vote de la déli­bé­ra­tion concer­née.

AUBARBIER Guy

2 réflexions au sujet de « Elus poite­vins du PCF : gardiens de but de la gauche ou de Claeys ? »

  1. Arnaud Chevrier dit :

    1/ Se baser sur les revenus, plutôt que le statut ou l’age est effectivement une mesure de justice sociale. La tarification au QF telle que pratiquée dans la restauration collective en est l’excellent exemple. Tu le reprends toi-même. La phrase que tu cites comme étant celle qui te fait réagir n’en est que la traduction en terme clair.
    2/Tu bosserais les dossiers au lieu de juste chercher à cracher du fiel, tu saurais que la maintenance de l’éclairage public n’est plus en interne (ni même en régie) depuis belle lurette.
    3/C’est sur que ce genre de post sert plus à « l’unité de la gauche anti-libérale » que la position des élus PCF…

    Répondre
    • pascal b dit :

      Juste deux questions :

      Les élus PCF de la majorité du conseil municipal de Poitiers, dirigée par Claeys qui envoie de façon réitérée des signes d’allégeance à son nouveau maître Macron, engageraient la gauche anti-libérale? Vraiment? Ils seraient des lumières, pour le PCF, au-delà de ses élus municipaux poitevins?

      Doit on s’attendre au point où nous en sommes à une dénonciation par les élus PCF du conseil municipal de Poitiers de la prise de position du président d’Ekidom qui a dit dans la presse régionale que la politique de Macron était celle d’une droite dure?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *