Aller au contenu

Encore un Pales­ti­nien assas­siné

Commu­niqué du Comité poite­vin Pales­tine

Encore un Pales­ti­nien assas­siné. Cette fois c’est un bébé de 18 mois qui est la victime

 

Le crime a été signé par des graf­fi­tis en hébreu « vengeance » et « le prix à payer » sur les murs de la maison. Les faits ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi, peu après minuit, dans le village de Douma près de Naplouse, au nord de la Cisjor­da­nie. La famille Dawab­sheh, un jeune couple et ses deux enfants dormaient. Deux assas­sins, deux monstres, se sont appro­chés et ont jeté dans la maison des produits incen­diaires.

Ali, le petit bébé de 18 mis est mort brulé vif, le père Sa’ad, 37 ans, et la mère Riham, 26 ans, seraient atteints de brûlures du 3ème degré sur 90% du corps. L’autre fils Ahmed, 4 ans, a été lui aussi griè­ve­ment brûlé et tous ont être hospi­ta­li­sés. S’ils survivent, leur vie sera défi­ni­ti­ve­ment brisée.

Le lieu­te­nant-colo­nel Peter Lerner, porte-parole de l’ar­mée israé­lienne, a parlé d’acte de « terro­risme barbare » tandis que Neta­nyahu a dénoncé un « acte terro­riste », et a appelé Abbas pour lui dire que « la justice israé­lienne serait intrai­table ».

Voilà pour les faits. Mais dans quel contexte cette nouvelle horreur a-t-elle eu lieu ? Quel crédit accor­der à leurs décla­ra­tions ?

Le contexte, c’est celui du mépris du peuple pales­ti­nien et de la colo­ni­sa­tion orga­ni­sée par tous les gouver­ne­ments israé­liens.

Le contexte, c’est le radi­ca­lisme de Neta­nyahu qui dimanche donnait son feu vert aux colons pour péné­trer en force sur l’es­pla­nade des mosquées et s’in­tro­duire dans Al Aqsa en la vanda­li­sant et jeudi encore auto­ri­sait 300 construc­tions de nouvelles colo­nies.

Le contexte, c’est 70 ans de poli­tique sioniste, c’est 98 ans, c’est-à-dire depuis le feu vert de Balfour de soutien indé­fec­tible impé­ria­liste occi­den­tal à toutes les entre­prises de spolia­tion des Pales­ti­niens par l’im­mi­gra­tion sioniste du monde entier.

Le gouver­ne­ment d’ul­tra droite de Neta­nya­hou, « le plus à droite de toute l’his­toire d’Is­raël », ne fait que pour­suivre la poli­tique d’im­pu­nité vis-à-vis des crimes qu’ils soient des parti­cu­liers, en bande, de guerre, d’Etat, exer­cés par les citoyens israé­liens contre les Pales­ti­niens.

Seules 7,4% des plaintes dépo­sées par les Pales­ti­niens contre les violences des colons d’aujourd’­hui qui prennent la place des colons d’hier, conduisent à des pour­suites, dont un tiers débouche sur une condam­na­tion, donc à peine plus que 2% (rapport de l’ONG israé­lienne Yesh Din publié en mai dernier).

Il est temps d’ar­rê­ter les décla­ra­tions toni­truantes maintes fois enten­dues.

Il est temps d’ar­rê­ter toute colla­bo­ra­tion, parte­na­riat et échanges avec Israël.

Il est temps de boycot­ter cet Etat crimi­nel qui en paroles dénonce ce crime mais dans la « vraie vie » tue, réprime, empri­sonne les Pales­ti­niens qui mani­festent contre ce crime odieux.

Il est temps que le gouver­ne­ment français cesse tout chant d’amour pour Israël.

Toute notre soli­da­rité et notre admi­ra­tion va au Peuple pales­ti­nien qui livré à lui-même, conti­nue à résis­ter.

Poitiers le 02 août 2015

Sylvette ROUGIER
Comité poite­vin Pales­tine
24 rue d’Elne
86000 Poitiers
+33 5 49 45 01 73 / + 33 6 76 02 20 63
sylvette.rougier@­wa­na­doo.fr
http://www.poitiers-pales­tine.org/
face­book : comi­te­poi­te­vin­pa­les­tine

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.