Aller au contenu

Gauche écoso­cia­liste: « Soutien au peuple ukrai­nien »

Dès le commen­ce­ment de la guerre en Ukraine, un réseau euro­péen de gauche s’est consti­tué en soutien à la résis­tance ukrai­nienne, « armée et non armée ». Il regroupe des mouve­ments, orga­ni­sa­tions, struc­tures syndi­cales mais aussi des indi­vi­dus et person­na­li­tés de l’ouest comme de l’est du conti­nent1. Alors qu’une bonne partie de la gauche inter­na­tio­nale est souvent hési­tante à soute­nir incon­di­tion­nel­le­ment la lutte du peuple ukrai­nien tel qu’il est (et non tel qu’on aime­rait qu’il soit) il est impor­tant qu’une voix progres­siste s’ex­prime. L’enjeu est de taille, que le soutien à l’Ukraine n’ap­pa­raisse pas aux Ukrai­niens comme étant l’apa­nage des gouver­ne­ments libé­raux, de droite, atlan­tistes. Les mouve­ments poli­tiques et syndi­caux de gauche Ukrai­niens, mais aussi Polo­nais, Russes et Biélo­russes ont besoin d’une authen­tique soli­da­rité de gauche qui porte une voix liant défense du droit du peuple ukrai­nien à dispo­ser de lui-même et défense d’une orien­ta­tion progres­siste.

La gauche ukrai­nienne combat sur deux fronts, assu­rant une double besogne de parti­ci­pa­tion à la défense de la nation face à l’in­va­sion, et menant une action réso­lue contre l’orien­ta­tion libé­rale du gouver­ne­ment Zelenski. Combat natio­nal et combat de classe sont portés par la gauche ukrai­nienne : dispo­ser d’armes pour résis­ter, lutter pour les reven­di­ca­tions sociales, porter le projet d’une société démo­cra­tique et d’éga­lité. Le vote d’une réforme du code du travail a – grâce à une campagne inter­na­tio­nale – été repoussé, mais elle peut toujours reve­nir à l’ordre du jour, sans comp­ter les menaces qui pèsent sur les biens et l’exis­tence même des syndi­cats indé­pen­dants.

Le réseau a déjà à son actif une série d’ini­tia­tives : une délé­ga­tion de 26 personnes de 10 pays, s’est rendue début mai en Ukraine, dont plusieurs élu-e-s ; un appel à une jour­née d’ac­tion euro­péenne pour les deux mois de l’agres­sion russe le 25 avril, et la consti­tu­tion de comi­tés ou réseaux à l’échelle natio­nale dans divers pays. En France, le 24 avril une mani­fes­ta­tion d’en­vi­ron 300 personnes – dont une bonne moitié d’Ukrai­niens avec une présence de Russes et de Syriens – a pu aller jusqu’aux abords de l’am­bas­sade à Paris. Il y a eu des rassem­ble­ments à Nice, Lyon, Nantes. Le 11 juin un « quatre heures pour la résis­tance ukrai­nienne » s’est tenu à la bourse du travail à Paris présen­tant le retour de la délé­ga­tion, tandis qu’à Lyon c’est en coali­tion avec des asso­cia­tions ukrai­niennes que le même jour 150 personnes ont parti­cipé à une réunion à la fois poli­tique et cultu­relle.

Du côté syndi­cal, l’ac­tion est notable : délé­ga­tion syndi­cale inter­na­tio­nale, convois syndi­caux (le dernier vient d’ar­ri­ver début juillet en Ukraine) réunion du 4 juin dans les locaux de Soli­daires à Paris. Des appels communs CGT – CFTC – CFDT – Soli­daires – FO – FSU sont des signaux posi­tifs sur ce front. Il faut égale­ment souli­gner la forte impli­ca­tion de mouve­ments syriens qui ont co-orga­nisé des convois, faisant preuve d’un authen­tique inter­na­tio­na­lisme là où d’autres tentent d’op­po­ser les combats des réfu­giés non euro­péens à une sorte de « privi­lège ukrai­nien ».

Il ne faut pas sous-esti­mer les obstacles rencon­trés dans beau­coup de pays. Si l’ac­tion huma­ni­taire (accueil des réfu­giés, envois de médi­ca­ments, de livres, vête­ments) met en action nombre de personnes et d’ins­ti­tu­tions (les mairies, établis­se­ments scolaires, OFII), il n’en va pas de même dès que l’on aborde les ques­tions plus « poli­tiques ». L’Ukraine semble à la fois proche et loin­taine, la guer­re– une fois passé le premier moment d’émo­tion et d’ef­froi – se bana­lise. Sans comp­ter la diffi­culté à consi­dé­rer un phéno­mène colo­nial dans l’his­toire russe et ukrai­nienne, la ques­tion de l’OTAN, etc. Ces réti­cences (pour le moins), on les a beau­coup consta­tées en Europe du sud (Italie, Espagne, Grèce) comme en Amérique latine. L’ap­pel de plusieurs centaines de mili­tant-e-s à l’ini­tia­tive de cama­rades latino-améri­cains à rejoindre le réseau de soli­da­rité atteste que les évolu­tions sont possibles. Des initia­tives récentes comme la consti­tu­tion d’un comité en Italie, ou en Grèce vont dans le même sens.

Dans nos syndi­cats, nos partis, nos asso­cia­tions, dans le mouve­ment social, il y a beau­coup à faire pour infor­mer, débattre, agir. Un certain nombre de mobi­li­sa­tions peuvent être relayées de manière concrète.

Outre la campagne pour les droits des travailleuses et travailleurs déjà mention­née, la commis­sion fémi­niste du réseau a popu­la­risé un appel à la soli­da­rité avec les femmes ukrai­niennes confron­tées aux viols et aux violences, y compris au sein de la société ukrai­nienne, en défense di droit à l’avor­te­ment – c’est impor­tant pour les réfu­giées en Pologne – pour l’éga­lité des droits.

La répres­sion frappe en Russie, en Bielo­rus­sie, dans les terri­toires occu­pés en Ukraine, des combat­tants non Ukrai­niens sont consi­dé­rés comme des terro­ristes, des peines d’em­pri­son­ne­ment lourdes sont encou­rues, et en Biélo­rus­sie la peine de mort contre les syndi­ca­listes et citoyens consi­dé­rés comme des « sabo­teurs ». Une campagne est là aussi en cours pour la libé­ra­tion de prison­niers.

L’ac­tion se mène égale­ment sur le front cultu­rel. A l’ini­tia­tive des éditions Syllepse des « Brigades édito­riales de soli­da­rité » assurent une publi­ca­tion pério­dique télé­char­geable, Soutien à l’Ukraine résis­tante, qui en est à son numéro 10. De même Syllepse publie en France des livres des éditions ukrai­niennes « Medusa » et, sous le label du réseau, publie et expose les dessins d’une artiste révo­lu­tion­naire ukrai­nienne, Katia Grit­seva2.

La guerre va malheu­reu­se­ment durer, la résis­tance et la soli­da­rité aussi doivent dès lors s’am­pli­fier.

Mathieu Dargel– Jean Mali­faud – Robi Morder

1 Le réseau dispose d’un site multi­lingue, avec les textes, les parti­ci­pants, les infor­ma­tions https://ukraine-soli­da­rity.eu/ . Il se réunit en visio­con­fé­rence chaque semaine. Le réseau français se struc­ture, on peut lui écrire à : ukrai­ne­so­li­da­ri­te­fran­ce@g­mail.com

2 Vidéo de présen­ta­tion : https://www.youtube.com/watch?v=X653zRAjjXg

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.