Aller au contenu

« Emma­nuel Macron doit, au nom de la France, recon­naître la guerre du Came­roun »

(…)

une guerre colo­niale puis néoco­lo­niale que la France a menée, censu­rée puis niée avec constance depuis soixante ans. Sera-t-il le premier président français à recon­naître offi­ciel­le­ment cette véri­table guerre et à lever un des derniers grands tabous français de l’après-guerre ?

Peu de Français le savent, mais les Came­rou­nais ont été à l’avant-garde du mouve­ment indé­pen­dan­tiste afri­cain. Dès sa créa­tion en 1948, l’Union des popu­la­tions du Came­roun (UPC) réclame l’in­dé­pen­dance du pays, ex-colo­nie alle­mande deve­nue après la première guerre mondiale terri­toire sous mandat de la Société des nations, puis terri­toire sous tutelle des Nations unies.

Les puis­sances char­gées d’ad­mi­nis­trer le pays, la France pour quatre cinquièmes du terri­toire et le Royaume-Uni pour la partie restante, traitent le pays comme l’une de leurs colo­nies. Paris répond aux reven­di­ca­tions paci­fistes et léga­listes de l’UPC par le harcè­le­ment et la violence.

Abusi­ve­ment accusé de « subver­sion », le jeune mouve­ment est inter­dit en juillet 1955 par le gouver­ne­ment d’Ed­gar Faure. Ses mili­tants sont traqués sans pitié et ses leaders assas­si­nés un à un. Ruben Um Nyobè, le charis­ma­tique secré­taire géné­ral de l’UPC, est tué dans le « maquis » par une patrouille française en 1958. Félix Moumié, son président, est empoi­sonné à Genève par les services secrets français en 1960. Osendé Afana, cadre de l’UPC, est assas­siné dans la forêt du sud en 1966. Ernest Ouan­dié, son dernier diri­geant histo­rique, est fusillé en place publique en 1971.

Les mêmes méthodes qu’en Algé­rie
Au cours d’une guerre qui ne dit pas son nom, l’ar­mée française et ses auxi­liaires came­rou­nais appliquent les mêmes méthodes qu’en Algé­rie : regrou­pe­ment des popu­la­tions par la terreur, feu sans somma­tion dans les « zones inter­dites », torture des suspects, exécu­tion des parti­sans adverses, bombar­de­ments incen­diaires de régions entières, enca­dre­ment des popu­la­tions et « guerre psycho­lo­gique » de chaque instant.

Malgré une résis­tance de plusieurs années de l’Ar­mée de libé­ra­tion natio­nale du Kame­run (ALNK), l’ac­tion des forces de l’ordre fait plusieurs dizaines de milliers de morts et d’in­nom­brables victimes indi­rectes, en parti­cu­lier en Sanaga-Mari­time, dans le Moungo et dans la région de l’Ouest (dite « bami­léké »).

Tirant les leçons des défaites en Indo­chine et bien­tôt en Algé­rie, des diri­geants français comme Pierre Mess­mer, Jacques Foccart et le géné­ral de Gaulle décident de coop­ter de nouvelles élites came­rou­naises pro-françaises, de leur confier une indé­pen­dance de façade en 1960 et de leur délé­guer le salis­sant travail de « main­tien de l’ordre », sous le regard atten­tif de puis­sants conseillers tech­niques français. Le système de la França­frique, dont le Came­roun est le premier labo­ra­toire, sera rapi­de­ment dupliqué dans d’autres anciennes colo­nies françaises, comme au Gabon, au Séné­gal ou en Côte d’Ivoire.

Au Came­roun, le pouvoir héri­tier de cette période est toujours en place. Le pays n’a connu que deux prési­dents, « réélus » au terme de scru­tins truqués : Ahma­dou Ahidjo, placé à la tête du pays en 1958, et Paul Biya, qui lui a succédé en 1982. Aujourd’­hui âgé de 89 ans, ce dernier reste, envers et contre tout, un cari­ca­tu­ral « ami de la France », à défaut d’être celui du peuple came­rou­nais : depuis des années, son régime étouffe toute forme d’op­po­si­tion poli­tique et n’hé­site pas à recou­rir aux méthodes « contre-insur­rec­tion­nelles » héri­tées de la guerre des années 1950–1960 pour écra­ser les mouve­ments contes­ta­taires anglo­phones. Autant de violences et de viola­tions des droits humains qui n’em­pê­che­ront pas Paul Biya de fêter le 6 novembre le 40e anni­ver­saire de son acces­sion à la prési­dence du Came­roun.

Sous les radars de l’opi­nion publique
« Il faut faire régner le silence. » Telle était la consigne expli­cite du colo­nel Jean Lamber­ton, maître d’œuvre de la répres­sion féroce des années 1950 et 1960. Ce mot d’ordre aura été respecté scru­pu­leu­se­ment pendant des décen­nies, jusqu’à aujourd’­hui. Nations unies mani­pu­lées, jour­na­listes stipen­diés ou censu­rés, contes­ta­taires réduits au silence, avocats répri­més…

Dans l’ombre de la guerre d’Al­gé­rie, la guerre du Came­roun est passée sous les radars de l’opi­nion publique française et inter­na­tio­nale. En 1972, la France de Pompi­dou ira jusqu’à inter­dire et détruire les exem­plaires de Main basse sur le Came­roun, le brûlot précur­seur dans lequel le grand écri­vain came­rou­nais Mongo Béti, exilé en France, dénonçait le régime néoco­lo­nial imposé à son pays.

Féro­ce­ment censu­rée, cette guerre est remon­tée peu à peu à la surface. Les trau­ma­tismes de la guerre et des tortures n’ont pas empê­ché les victimes et leurs enfants de prendre la parole, de s’or­ga­ni­ser au sein de collec­tifs, d’in­ves­tir la scène poli­tique. Des histo­riens et des jour­na­listes ont peu à peu levé la chape de plomb et docu­menté en détail cette guerre oubliée. Emma­nuel Macron a affi­ché pendant cinq ans sa volonté de faire la lumière sur le rôle de la France pendant la guerre d’Al­gé­rie et le géno­cide des Tutsi au Rwanda. Il est grand temps que l’Etat français assume plei­ne­ment ses respon­sa­bi­li­tés dans la tragé­die came­rou­naise.

Inter­rogé sur le sujet lors d’une visite à Yaoundé en juillet 2015, le président François Hollande avait, dans une formu­la­tion confuse, évoqué du bout des lèvres « des épisodes extrê­me­ment tour­men­tés, tragiques même ». Sept ans plus tard, Emma­nuel Macron doit, au nom de la France, recon­naître la guerre du Came­roun, ses ravages humains et ses consé­quences poli­tiques au long cours.

Cette recon­nais­sance doit s’ac­com­pa­gner d’ex­cuses et de mesures concrètes, à commen­cer par la mise à dispo­si­tion de l’en­semble des archives se rappor­tant à la guerre d’in­dé­pen­dance du Came­roun. Il est primor­dial que ce travail mémo­riel s’en­gage au sein de nos deux pays et débouche sur des répa­ra­tions pour les victimes de ce conflit sanglant si long­temps occulté.

Texte collec­tif publié par Le Monde le 24 juillet 2022.
Source.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.