Aller au contenu

La place de la France est aux côtés du peuple grec !

Un collec­tif de person­na­li­tés de gauche appelle François Hollande à débloquer les négo­cia­tions entre l’Eu­ro­groupe et les auto­ri­tés grecques.

La crise grecque s’exa­cerbe de façon alar­mante. Chaque jour qui passe peut, soit nous rappro­cher d’un accord utile à toute l’Eu­rope, soit d’une rupture dont personne ne peut prévoir les consé­quences. L’in­tran­si­geance des prin­ci­paux diri­geants euro­péens peut nous conduire alors au bord de l’abîme. Il est aussi vital que pres­sant de sortir de ce piège. Le moment est crucial.

La respon­sa­bi­lité de chaque acteur concerné est direc­te­ment enga­gée. Il serait sordide – et, au demeu­rant, parfai­te­ment vain – d’es­comp­ter une capi­tu­la­tion du gouver­ne­ment grec. La fidé­lité de celui-ci au mandat que lui a confié son peuple n’est pas un défaut mais un exemple à suivre. S’il refuse la compro­mis­sion, il s’est, en revanche, montré prêt au compro­mis. Une solu­tion à la fois digne et réaliste est donc à portée de la main. Le moment ultime est venu pour la concré­ti­ser.

C’est dans ce contexte que nous vous lançons, monsieur le président de la Répu­blique, un appel solen­nel : la France ne peut, dans un tel moment, appa­raître inerte sinon suiviste des puis­sants. Son message ne peut se réduire à un rappel docile des « règles » à respec­ter quand la maison brûle. D’au­tant que ces règles sont aujourd’­hui massi­ve­ment récu­sées par les peuples, et recon­nues contre-produc­tives par nombre de leurs anciens prota­go­nistes eux-mêmes.

Aujourd’­hui, alors que la crise de confiance entre les citoyens et les insti­tu­tions euro­péennes est à son comble, c’est en se montrant capable d’en­tendre l’exi­gence de justice, de dignité et de souve­rai­neté d’un peuple debout, qu’un pays comme le nôtre sert la cause euro­péenne bien comprise. A l’in­verse, qui humi­lie la Grèce obère l’ave­nir de la construc­tion euro­péenne. Car le refus de l’aus­té­rité et l’as­pi­ra­tion démo­cra­tique sont en Europe les attentes les plus parta­gées.

C’est pourquoi nous atten­dons de vous, que vous preniez une initia­tive poli­tique de nature à débloquer les négo­cia­tions entre l’Eu­ro­groupe et les auto­ri­tés grecques. Nous n’évoque­rons pas ici les trans­for­ma­tions profondes à promou­voir en Europe qui font débat entre nous. L’acte urgent que nous vous deman­dons d’ac­com­plir est de refu­ser de parti­ci­per à la stra­té­gie d’iso­le­ment de la Grèce, concer­nant en parti­cu­lier le chan­tage finan­cier et la nature des « réformes » exigées du gouver­ne­ment et du Parle­ment de ce pays.

Appor­tez un soutien expli­cite aux mesures saines prises par les auto­ri­tés grecques, telles que celles qui s’at­taquent à la crise huma­ni­taire en Grèce, ou qui permettent enfin de lutter contre l’éva­sion fiscale.

Déso­li­da­ri­sez-vous, en revanche, nette­ment des exigences insou­te­nables de l’Eu­ro­groupe en matière de déré­gu­la­tion du marché du travail, de révi­sion du système des retraites ou de priva­ti­sa­tions.

Accep­tez, enfin, le prin­cipe d’une rené­go­cia­tion de la dette grecque, dont une large part est notoi­re­ment illé­gi­time.

Cette situa­tion est sans précé­dent dans l’Union euro­péenne. La France doit prendre la place qui est la sienne dans l’his­toire, celle-ci est aux côtés du peuple grec et de son gouver­ne­ment.

Parmi les signa­taires :

Pierre Laurent secré­taire natio­nal du PCF, président du PGE, Pouria Amir­shahi député PS, Clémen­tine Autain porte-parole d’En­semble, Marie Noëlle Liene­mann dépu­tée PS, Emma­nuel Maurel, député PS, Guillaume Balas député euro­péen PS, Marie-George Buffet dépu­tée GDR, André Chas­saigne président du groupe GDR, Jean-Pierre Dubois mili­tant asso­cia­tif, Hervé Falciani lanceur d’alerte, Liêm Hoang Ngoc socia­liste affligé, Emma­nuel Maurel député euro­péen PS, Gus Massiah mouve­ment social, Jean-Luc Mélen­chon député euro­péen GUE-NGL, Jean-Luc Laurent président du MRC, maire du Krem­lin-Bicêtre, Isabelle Attard et Pierre Larrou­tu­rou Nouvelle donne, Auré­lie Trouvé mili­tante asso­cia­tive,  Julien Bayou et Sandrine Rous­seau (porte-parole d’EELV), Eva Joly, dépu­tée euro­pénne EELV, Pierre Khalfa (Fonda­tion Coper­nic)…

Tribune parue dans Libé­ra­tion, le 18 juin 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.