Aller au contenu

Le droit à l’avor­te­ment doit être reconnu comme droit fonda­men­tal partout et tout le temps. Mani­fes­ta­tions inter­na­tio­nales le 28 septembre


Aux États-Unis, la Cour Suprême a osé en juin dernier remettre en cause le droit à l’avor­te­ment qui
dépen­dra désor­mais des diffé­rents États. À ce jour déjà 18 États inter­disent l’avor­te­ment ou sont en
passe de le faire, quatre réduisent son accès.
Les femmes venant de l’Ukraine en guerre, réfu­giées en Pologne, se voient refu­ser un droit auquel
elles avaient pour­tant accès dans leur pays.
En Europe même, ce droit est encore dénié aux femmes de Pologne, Malte, Andorre, Monaco.
Il est consi­dé­ra­ble­ment entravé en Espagne et en Italie par le nombre impor­tant de méde­cins qui se
réfu­gient derrière leur clause de conscience pour exer­cer un refus de soin alors que l’avor­te­ment est
un droit.
Les femmes d’Amérique latine, de l’Équa­teur au Pérou en passant par le Salva­dor et le Brésil, luttent
sans relâche pour arra­cher ce droit, dure­ment réprimé. Les Argen­tines et les Colom­biennes l’ont
obtenu de haute lutte.
Les femmes d’Afrique et du Moyen-Orient, en majo­rité, vivent dans des pays où l’avor­te­ment est
tota­le­ment inter­dit ou très restric­tif.


L’AVORTEMENT EST UN DROIT QUI EST TOUJOURS ATTAQUÉ !
En France, l’ac­cès à l’avor­te­ment est empê­ché par les ferme­tures de mater­ni­tés de proxi­mité et donc
de centres d’In­ter­rup­tion Volon­taire de Gros­sesse, les dimi­nu­tions de budgets alloués aux
asso­cia­tions fémi­nistes, la double clause de conscience qui perdure et les délais qui sont plus
restric­tifs que dans d’autres pays euro­péens et obligent encore des femmes à avor­ter à l’étran­ger !
Une loi de février 2022 a enté­riné le fait que les sages-femmes puissent pratiquer des IVG
« instru­men­tales » mais les décrets d’ap­pli­ca­tion ne sont toujours pas publiés !


En France, en Europe et dans le monde, des forces poli­tiques réac­tion­naires de droite, d’ex­trême
droite, inté­gristes reli­gieuses, s’acharnent à empê­cher les femmes d’avor­ter. Elles visent à faire
perdu­rer le contrôle patriar­cal sur le corps des femmes. Il est grand temps de garan­tir le droit à
l’avor­te­ment en l’ins­cri­vant dans la Cons­ti­tu­tion française et dans la Charte euro­péenne des droits
fonda­men­taux !

L’AVORTEMENT EST UN DROIT FONDAMENTAL DONT CHAQUE FEMME DOIT POUVOIR
BÉNÉFICIER !
Exigeons des enga­ge­ments fermes, des ressources humaines et finan­cières dédiées pour que
partout dans le monde les femmes puissent avor­ter libre­ment, sans frais, et en toute
sécu­rité !
Les droits des femmes à dispo­ser de leur corps, le droit à la santé, les droits sexuels et
repro­duc­tifs sont des droits fonda­men­taux. Ils concourent à la réali­sa­tion pleine et entière
de tous les autres droits et à l’éman­ci­pa­tion de toutes et tous !


TOUTES ET TOUS DANS LA RUE LE 28 SEPTEMBRE 2022
JOURNÉE INTERNATIONALE POUR LE DROIT À L’AVORTEMENT


Parmi les premier.e.s signa­taires : Assem­blée des femmes, Attac France, CADAC, CFDT, CGT, Chiennes de garde, CNDF, Collec­tive des mères isolées, EELV, les Effronté.es, Ensemble! (MAGES), Femmes égalité, Femmes soli­daires, FSU, Gauche écoso­cia­liste, LDH, LFI, Maison des femmes de Paris, Marche mondiale des femmes France, Nous Toutes, On Arrête Toutes, NPA, Place publique, Plan­ning Fami­lial, PCF ,Réseau fémi­niste Ruptures, SNPES-PJJ-FSU, Sud PTT, Sud Santé sociaux, Unef, Union Syndi­cale Soli­daires


Des femmes et des filles meurent toujours dans le monde car elles ne peuvent avor­ter en sécu­rité .
D’autres sont empri­son­nées durant de nombreuses années. Ceci consti­tue une viola­tion des droits
humains que nous conti­nue­rons à combattre au niveau inter­na­tio­nal.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.