Aller au contenu

Le FN, un parti qui défend les inté­rêts des plus riches

Argu­men­taire proposé par un cama­rade de notre Mouve­ment, depuis Paris.

Un parti raciste, sexiste, auto­ri­taire et anti­dé­mo­cra­tique

L’ex­trême-droite défend la « préfé­rence natio­nale ».  Le FN voudrait inter­dire l’ac­cès à l’école à

des enfants ou l’ac­cès aux soins à des malades.

En dési­gnant les étran­gers comme respon­sables de la crise, le FN ment et fait le jeu des riches. Le chômage ou le défi­cit de la Sécu sont le produit de l’aus­té­rité impo­sée alors qu’une mino­rité s’ac­ca­pare les richesses. Les assis­tés ce sont les grandes entre­prises à qui l’État accorde des baisses d’im­pôt et de coti­sa­tions. On fait des cadeaux à Bernard Arnault, PDG du groupe de luxe LVMH alors qu’en 2016 sa fortune s’est accrue de 7,5 milliards c’est-à-dire de plus de 10 000 euros par minute !

L’ex­trême-droite veut durcir encore plus les lois contre l’im­mi­gra­tion qui sont en réalité une machine à fabriquer des sans-papiers, permet­tant à des patrons voyous d’ex­ploi­ter de manière indigne une main d’œuvre vulné­rable. Le FN est parti isla­mo­phobe qui assi­mile les musul­mans à des terro­ristes et voudrait impo­ser une « iden­tité française » fondée sur le chris­tia­nisme et une vision sexiste et homo­phobe de la société.

L’ex­trême-droite s’op­pose à l’éga­lité femmes-hommes : vote contre la loi pour l’éga­lité réelle, et dans les communes diri­gées par le FN suppres­sion des subven­tions aux asso­cia­tions comme le plan­ning fami­lial ou luttant contre les violences mascu­lines..

Depuis toujours, l’ex­trême-droite a pour but de confisquer le pouvoir et d’éli­mi­ner toute contes­ta­tion. Elle repré­sente un danger mortel pour celles et ceux qui luttent pour les droits des sala­riés et des opprimé-e-s face aux puis­sants.

Un parti anti­so­cial

Le FN tente de cacher son soutien passé aux mesures anti­so­ciales : oppo­si­tion aux dernières mobi­li­sa­tions pour défendre les retraites, soutien à l’ex­ten­sion à tous les sala­riés des jours de carence en cas d’ar­rêt mala­die, absten­tion sur la direc­tive euro­péenne sur les travailleurs déta­chés, oppo­si­tion à la direc­tive euro­péenne sur les cancers au travail…

Lors de l’adop­tion de la loi travail en France, les séna­teurs FN ont cher­ché à y inclure discrè­te­ment, avant de les reti­rer, plusieurs amen­de­ments visant à réduire les droits syndi­caux.

L’aug­men­ta­tion pour les bas salaires promise par le FN se ferait par la suppres­sion de coti­sa­tions c’est à dire un nouveau cadeau aux patrons, moins d’argent pour la sécu­rité sociale et des impôts supplé­men­taires pour les sala­riés !

Dans des communes gagnées par le FN, les maires suppriment des subven­tions à des asso­cia­tions comme le secours popu­laire ou la gratuité de la cantine pour les enfants pauvres.

Un parti corrompu

Le FN a voté pour la direc­tive euro­péenne sur le « secret des affaires » qui attaque le droit à l’in­for­ma­tion pour mieux proté­ger les multi­na­tio­nales accu­sées d’éva­sion fiscale.

Logique : deux proches de Marine Le Pen ont été mis en cause dans l’af­faire des « Panama Papers ». Ils avaient mis dans des para­dis fiscaux des fonds prove­nant de leur société, prin­ci­pal pres­ta­taire du FN pour sa commu­ni­ca­tion.

Le FN est accusé d’avoir utilisé l’argent public pour rému­né­rer de « faux » assis­tants au Parle­ment euro­péen. Marine Le Pen, déten­trice avec son père d’un patri­moine de plusieurs millions d’eu­ros, refuse de répondre à une convo­ca­tion devant la justice.

Le FN est l’en­nemi des sala­riés et le défen­seur des puis­sants. Pas une voix pour le FN !