Aller au contenu

Le gouver­ne­ment réprime ! Défen­dons les liber­tés démo­cra­tiques

Après Macron lors de ses vœux, c’est Edouard Philippe qui est monté au créneau pour un rappel à l’ordre.

Ques­tion : comment en finir avec les désordres auxquels donne lieu la mobi­li­sa­tion main­te­nue des Gilets jaunes ?
Réponse clas­sique quel que soit le sujet de nos gouver­ne­ments succes­sifs : «  On va faire une nouvelle loi ! ». Cette fois, pour aggra­ver les sanc­tions et empê­cher les violents de se mêler aux mani­fes­ta­tions, comme on écarté des rencontres spor­tives les suppor­ters fauteurs de trou­bles…

Mais d’ores et déjà de lourdes peines sont tombées, et vont conti­nuer à l’être de manière aggra­vée. Donc, les lois actuelles le permettent. Quant au nombre consi­dé­rable de bles­sés, il démontre que les forces de police ne sont pas privées de moyens de répres­sion. Et tout monde comprend qu’une mani­fes­ta­tion de ressemble pas à l’en­ceinte close d’un stade !

En fait, la carte de l’ordre relève du discours poli­tique. Confronté à une mobi­li­sa­tion sociale à laquelle il ne sait ni ne veut répondre, le pouvoir agite la menace de la répres­sion pour apeu­rer l’opi­nion et la dres­ser contre les actuelles mobi­li­sa­tions sociales.

Ce n’est pas ainsi qu’une réponse sera donnée à la crise actuelle. En revanche c’est permettre de nouvelles atteintes aux liber­tés publiques et atti­ser les divi­sions au sein de la société.

Aux forces démo­cra­tiques de dire clai­re­ment au gouver­ne­ment qu’elles ne lais­se­ront pas sans riposte les mises en cause des liber­tés et qu’elles exigent des réponses posi­tives aux reven­di­ca­tions sociales. Article Urgent mar, 08/01/2019 – 13:50 Droits – liber­tés

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.