Aller au contenu

Le Parti de gauche en quête de direc­tion

À quelques semaines de son congrès, le Parti de gauche est traversé d’in­ter­ro­ga­tions, sinon de divi­sions. Et cherche une synthèse, pour son projet poli­tique, que Jean-Luc Mélen­chon sera proba­ble­ment amené à défi­nir.

Le quatrième congrès du Parti de gauche se tien­dra au mois de juillet, mais, d’ores et déjà, les mili­tants ont voté au sein de leur comité pour l’un des deux textes en présence. Sans présa­ger des travaux du congrès natio­nal, l’ex­pres­sion des adhé­rents est déjà riche d’en­sei­gne­ment sur la situa­tion du parti et les débats qui le traversent.

Des rangs clair­se­més

Le chiffre est inquié­tant et traduit une évidente crise mili­tante : pour ce quatrième congrès, moins de 1 700 mili­tants se sont expri­més. Une telle parti­ci­pa­tion inter­roge sur les effec­tifs du Parti de gauche au prin­temps 2015. Offi­ciel­le­ment, le nombre d’adhé­rents s’éle­vait à 12.118 au congrès de Bordeaux de mars 2013 et à « plus de 10.000 » selon le secré­taire natio­nal Éric Coque­rel au mois de décembre 2014. Un peu gêné aux entour­nures, un cadre régio­nal évoque un taux de parti­ci­pa­tion de 20%, manière de main­te­nir la fiction des 10.000 cartes. Un taux de parti­ci­pa­tion de 40%, compa­rable à celui de l’en­semble des Français à des élec­tions euro­péennes, serait déjà presque éton­nant s’agis­sant de mili­tants poli­tiques [1].La situa­tion est diffi­cile pour les orga­ni­sa­tions de gauche. La violence de la crise n’a pas produit à cette étape de mobi­li­sa­tions popu­laires et c’est, au contraire, l’ato­nie qui demeure. Qu’un jeune parti comme le PG, avec peu de posi­tions insti­tu­tion­nelles, en subisse le contre­coup est inscrit dans la logique de la situa­tion poli­tique et sociale. Pour­tant, cette seule expli­ca­tion externe ne peut suffire à défi­nir l’état de cette orga­ni­sa­tion. La sous-esti­ma­tion récur­rente des diffi­cul­tés de la situa­tion poli­tique a gran­de­ment désarmé le parti. S’il faut éviter de jouer les Cassandre qui, à force de chan­ter « Noir, c’est noir », finissent par rester les deux pieds dans le même sabot, annon­cer tous les matins l’Eden socia­liste finit par se fracas­ser sur la réalité des rapports de force poli­tiques.La confu­sion entre de légi­times espoirs et l’ana­lyse lucide a fini par nour­rir de cruelles désillu­sions. En avril 2013, Jean-Luc Mélen­chon décla­rait encore : « Les élec­tions euro­péennes de 2014 devraient nous permettre de faire la démons­tra­tion que le Front de gauche peut être devant le Parti socia­liste ». Et que dire des analyses du PG mini­mi­sant les progrès du FN aux muni­ci­pales de mars 2014 ? Tout cela a conduit à des démis­sions ou au retrait progres­sif de mili­tants qui, sans néces­sai­re­ment rompre avec fracas, prennent du recul et réor­ga­nisent leurs prio­ri­tés.

Un très mauvais score de la direc­tion

Si, incon­tes­ta­ble­ment, le Parti de gauche est affai­bli, ce n’est pas le seul ensei­gne­ment du vote des comi­tés. Lors du Conseil natio­nal des 4 et 5 avril, plusieurs textes prépa­ra­toires au congrès étaient en discus­sion. Outre une majo­rité du Bureau natio­nal regrou­pée derrière un docu­ment inti­tulé « La vie est à nous », exis­tait aussi « Plus belle la vie » signé notam­ment par Martine Billard ou un texte « Pour le peuple ! » emmené par Guillaume Etié­vant, secré­taire natio­nal à l’éco­no­mie.Au terme d’une nuit blanche de la commis­sion des plates-formes, une synthèse réunis­sait derrière un même docu­ment inti­tulé « Tout est possible » la quasi tota­lité de l’ac­tuelle direc­tion du PG, d’Alexis Corbière à Martine Billard en passant par Éric Coque­rel. De son côté, l’autre plate-forme pour le congrès issue notam­ment de « Ecoso­cia­lisme, Souve­rai­neté et Répu­blique » se regrou­pait derrière l’ap­pel­la­tion « Courage et clarté poli­tique ». Ce dernier texte s’af­firme sur des posi­tions qui sont peu ou prou celles de Jacques Sapir ou Frédé­ric Lordon sur les ques­tions euro­péennes, c’est-à-dire autour d’une sortie de la zone euro voire de l’Union euro­péenne. À cela s’ajoute une approche de la Nation très proche d’un courant comme le M’Pep par exemple et une vision du combat poli­tique qui s’af­fran­chit de toute forme de média­tion poli­tique : on s’adresse au peuple urbi et orbi, en ligne directe.Au terme des votes au sein des comi­tés, l’ins­tance de base du PG, les résul­tats donnent 55% pour l’en­semble de la direc­tion et 45% pour l’autre docu­ment soumis au vote. C’est, de fait, un net désa­veu qui ouvre pour le moins une période de tension au sein de la direc­tion.

Inter­ro­ga­tion au sein de la direc­tion

Une direc­tion poli­tique est rare­ment un tout homo­gène (c’est en géné­ral assez mauvais signe), mais plutôt un bloc de direc­tion uni sur un projet, mais qui garde en son sein des diver­gences non tran­chées. Le Parti de gauche n’échappe pas à cette situa­tion, et la dernière période a montré des hési­ta­tions sur la ligne poli­tique à suivre.À la fin de l’été, avec le lance­ment du M6R (Mouve­ment pour la sixième Répu­blique), l’époque était clai­re­ment à la mise entre paren­thèse du Front de gauche, voire du PG lui-même. Par un mouve­ment popu­laire s’af­fran­chis­sant de la sclé­rose des orga­ni­sa­tions poli­tiques exis­tantes, par des alliances par le bas, des initia­tives citoyennes, il s’agis­sait de créer la mobi­li­sa­tion de masse dont ce pays a besoin. Les mauvaises langues ont alors susurré qu’i­ni­tier un mouve­ment de base par le haut rele­vait peut-être de l’oxy­more poli­tique. Surtout, la réalité poli­tique française est venue rappe­ler qu’il n’était pas si simple de « pous­ser les murs » et qu’il n’y avait pas de raccourci possible.Sans présa­ger d’un éven­tuel rebond, force est de consta­ter que la réalité et l’ac­ti­vité du M6R est bien modeste. Cette situa­tion a redonné plus d’es­pace au sein de la direc­tion à celles et ceux qui n’en­tendent pas inju­rier l’ave­nir : ni sur le Front de gauche, ni sur les Chan­tiers d’es­poir.

Au milieu du gué

À cette étape, bien des ques­tions méritent d’être éclair­cies. Quelle est par exemple la cohé­rence de la plate-forme mino­ri­taire ? Au-delà du fond des thèses poli­tiques avan­cées, n’a-t-elle pas béné­fi­cié d’une certaine réac­tion de la base du PG souhai­tant sanc­tion­ner une direc­tion sortante dont elle estime le bilan plus que mitigé ? C’est en tout cas une des expli­ca­tions avan­cées par des membres du Bureau natio­nal. Si tel est le cas, alors il est diffi­cile de prévoir le compor­te­ment des délé­gués lors du congrès natio­nal, et l’ac­tuelle direc­tion peut parve­nir à élar­gir sa majo­rité.Mais une autre hypo­thèse est possible : celle de l’im­plo­sion du bloc de direc­tion. Forte de ses 45%, la plate-forme « Courage et clarté poli­tique » est en mesure d’ob­te­nir des évolu­tions substan­tielles des posi­tions du Parti de Gauche et de modi­fier le centre de gravité de cette orga­ni­sa­tion. Au point de faire explo­ser les équi­libres au sein de l’ac­tuelle direc­tion ? C’est toute la ques­tion.Dans ces condi­tions, plus que jamais, le posi­tion­ne­ment de Jean-Luc Mélen­chon sera déter­mi­nant. Si le Parti de gauche n’est pas que son parti, rien ne peut se faire sans lui. La légi­ti­mité de son auto­rité au sein du PG ne fait aucun doute. Reste à savoir au service de quelle orien­ta­tion…

Notes

[1] À titre de compa­rai­son, lors de son congrès de janvier 2014, le NPA a annoncé 1.500 votants pour un effec­tif global autour de 2.000 mili­tants. Le taux de parti­ci­pa­tion élevé – 75% – s’ex­pliquant il est vrai par la multi­pli­cité des posi­tions en présence (pas moins de cinq).

Article publié dans la revue Regards http://www.regards.fr/web/article/le-parti-de-gauche-en-quete-de

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.