Aller au contenu

Une réforme éman­ci­pa­trice pour le collège, c’est possible

Grégory Bekh­tari, Aman­dine Cormier, Romain Gent­ner et Natha­lie Grégoire, ensei­gnant-es en collège, mili­tant-es de l’Ecole Eman­ci­pée du Snes-FSU, jugent sévè­re­ment la réforme du collège présen­tée par la ministre de l’édu­ca­tion, Najat Vallaud-Belka­cem, réforme qui « porte des logiques dange­reuses reje­tées dans les établis­se­ments : déré­gu­la­tion, capo­ra­li­sa­tion, renfor­ce­ment des inéga­li­tés… »

« Il aggrave la diffi­culté scolaire », « il cris­tal­lise les défauts de notre système éduca­tif », « il est profon­dé­ment inéga­li­taire », « maillon faible » du système scolai­re… De quoi parle-t-on ? Du collège. Avec la présen­ta­tion d’une nouvelle réforme par Najat Vallaud-Belka­cem, ministre de l’édu­ca­tion natio­nale, le collège est aujourd’­hui au centre des débats.

Nous sommes ensei­gnant-es, nous sommes face aux élèves tous les jours dans nos classes et même si nous pouvons parta­ger le constat d’un collège qui n’est pas en mesure d’as­su­rer des objec­tifs de démo­cra­ti­sa­tion scolaire, nos vues divergent en tous points sur les causes énon­cées et les solu­tions appor­tées pour permettre la réus­site de tout-es et l’ac­qui­si­tion d’une culture commune.

La réforme propose une nouvelle orga­ni­sa­tion du collège, struc­tu­rée sur deux axes : l’in­ter­dis­ci­pli­na­rité et l’au­to­no­mie des établis­se­ments, annon­cées comme la solu­tion à tous les maux. D’abord, c’est faire rapi­de­ment l’im­passe sur les poli­tiques éduca­tives menées ces dernières années, dictées par l’aus­té­rité, qui ont eu pour consé­quences une baisse géné­rale des moyens, en parti­cu­lier dans les collèges, et une dégra­da­tion des condi­tions d’en­sei­gne­ment. Ensuite, même si nous avons la convic­tion que l’éman­ci­pa­tion de nos élèves peut passer par ces deux approches, ce projet de réforme détourne fonda­men­ta­le­ment ces deux leviers pour en faire, en trompe-l’œil péda­go­gique, un outil de régres­sion pour l’en­sei­gne­ment dans les collèges et un accé­lé­ra­teur du creu­se­ment des inéga­li­tés.

Inter­dis­ci­pli­na­rité ou relé­ga­tion des disci­plines ?

La réforme prévoit une orga­ni­sa­tion « modu­laire » de 20% du temps scolaire sous la forme d’ac­com­pa­gne­ment person­na­lisé et d’EPI (ensei­gne­ments pratiques inter­dis­ci­pli­naires). Ainsi, l’ap­pa­ri­tion de ces ensei­gne­ments se fait sans accor­der le moindre finan­ce­ment supplé­men­taire, ce qui empêche un travail en équipe, une mise en place de dédou­ble­ments de classes ou de co-inter­ven­tions dans des condi­tions correctes.

Pour mieux justi­fier de prendre des moyens exclu­si­ve­ment sur les dota­tions des disci­plines déjà ensei­gnées, l’ap­proche disci­pli­naire est dans le même temps trai­tée avec mépris par la ministre et relé­guée au rang de pratique vieillotte et peu opérante : le collège « est mono­li­thique dans son approche disci­pli­naire, susci­tant parfois l’en­nui, voire la perte du goût pour le travail et l’ef­fort », évoque-t-elle dans son discours de présen­ta­tion de la réforme.

Outre le mépris affi­ché, un problème de fond se pose : comment construire de l’in­ter­dis­ci­pli­na­rité, effi­cace et stimu­lante, et non pas factice, quand les acqui­si­tions disci­pli­naires sont négli­gées ? L’in­ter­dis­ci­pli­na­rité ne peut être un levier péda­go­gique perti­nent que si les élèves appré­hendent les apports spéci­fiques de chacune des disci­plines dans le champ des connais­sances.

Une approche inter­dis­ci­pli­naire existe déjà bel et bien dans les collèges. Le nier, c’est igno­rer la réalité des pratiques dans les établis­se­ments où les équipes péda­go­giques construisent quoti­dien­ne­ment des objets de connais­sance communs, où l’on donne du sens au savoir en travaillant ensemble. Une réforme réel­le­ment ambi­tieuse offri­rait les possi­bi­li­tés concrètes de réus­site de ces pratiques : non pas un cadre imposé de huit thèmes à la perti­nence discu­table, relé­guant les disci­plines à une concep­tion passéiste de l’en­sei­gne­ment, mais du temps de concer­ta­tion et une forma­tion ambi­tieuse qui permet­traient de réflé­chir collec­ti­ve­ment aux pratiques inter­dis­ci­pli­naires pour libé­rer les initia­tives et l’ima­gi­na­tion des person­nels.

Auto­no­mie des équipes ensei­gnantes ou contrôle des hiérar­chies inter­mé­diaires ?

Dans l’es­prit de la réforme, « sortir de l’uni­for­mité » signi­fie renfor­cer la gestion locale en donnant la possi­bi­lité aux collèges de modu­ler les horaires disci­pli­naires au sein des cycles d’en­sei­gne­ment, engen­drant ainsi des diffé­rences de parcours entre élèves. Cet affai­blis­se­ment des cadrages natio­naux mettra fin au collège unique et contri­buera un peu plus à l’ac­crois­se­ment des inéga­li­tés scolaires et sociales.

Ensei­gnant-es enfermé-es dans les cadres rigides des programmes, inca­pables d’ima­gi­ner des ressorts péda­go­giques adap­tés aux diffi­cul­tés des élèves, inaptes à conce­voir des projets en lien avec les réali­tés locales, figé-es dans l’im­mo­bi­lis­me… Autant de clichés qui résonnent dans le creux du discours de la ministre. Notre pratique quoti­dienne du métier est pour­tant bien éloi­gnée de ces lieux communs. La souplesse, l’ini­tia­tive, l’ins­pi­ra­tion selon les réali­tés locales, les élèves et leurs spéci­fi­ci­tés sont au cœur de l’éla­bo­ra­tion de nos séances de cours, dans la limite, il faut bien le dire, de condi­tions d’exer­cice de plus en plus dégra­dées.

C’est cette auto­no­mie liée à notre savoir faire profes­sion­nel que nous voulons voir recon­nue et renfor­cée, celle qui nous permet d’exer­cer notre liberté péda­go­gique sans pour autant en rabattre sur nos exigences. Les logiques mana­gé­riales que porte la réforme sont  préci­sé­ment à l’op­posé de cette vision. D’au­tant que les nouvelles mesures insti­tuant la rému­né­ra­tion des diffé­rents coor­don­na­teurs ainsi que la place occu­pée par le conseil péda­go­gique (une instance non élue au sein des établis­se­ments) accroî­tront le pouvoir des chefs d’éta­blis­se­ments relayé par les pres­sions des hiérar­chies inter­mé­diaires.

Cette réforme porte des logiques dange­reuses reje­tées dans les établis­se­ments : déré­gu­la­tion, capo­ra­li­sa­tion, renfor­ce­ment des inéga­li­tés… Faire confiance aux profes­sion­nel-les que nous sommes aurait néces­sité une concer­ta­tion au sein des salles des profes­seurs qui contrai­re­ment aux idées reçues sont ouvertes au chan­ge­ment et d’où des pistes inno­vantes pour une réforme éman­ci­pa­trice du collège auraient pu émaner.

La situa­tion de l’en­sei­gne­ment au collège néces­site une réelle ambi­tion, en termes d’in­ves­tis­se­ment et de pers­pec­tives péda­go­giques, ce que ne propose pas cette réforme. Une ambi­tion qui ne sera possible qu’en rompant avec les logiques de restric­tions budgé­taires qui s’abattent sur le système éduca­tif depuis de nombreuses années.

http://blogs.media­part.fr/edition/les-invites-de-media­part/article/060515/une-reforme-eman­ci­pa­trice-pour-le-college-cest-possible

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.