Aller au contenu

Exposé et débat sur les communs

Cet exposé suivi d’un débat s’est déroulé le samedi 29 novembre 2015 à l’Au­berge de jeunesse de Poitiers à l’oc­ca­sion des mani­fes­ta­tions propo­sées par la Coali­tion Climat 21 de la Vienne.

Je ne suis pas du tout un spécia­liste des communs. On m’a demandé d’in­ter­ve­nir aujourd’­hui au prétexte que j’ai relayé loca­le­ment le festi­val Le temps des communs qui s’est déroulé du 5 au 18 octobre dernier. A cette occa­sion, j’ai orga­nisé une table ronde à l’Es­pace Mendès France avec des cher­cheurs et des acteurs locaux (l’en­re­gis­tre­ment est dispo­nible en ligne). J’avais aussi précé­dem­ment animé une session sur ce sujet dans le cadre du campus euro­péen d’été orga­nisé mi-septembre par l’uni­ver­sité de Poitiers sur le thème « Numé­rique : faire ensemble et autre­ment » (l’en­re­gis­tre­ment est aussi en ligne).

Par ailleurs, j’ar­rive à la fin de cette jour­née ou vous avez échangé sur de nombreux sujets et des projets auxquels vous parti­ci­pez. En fait vous connais­sez bien le sujet. Tout le monde ici fait du commun. Sur la place, vous êtes peut être partie prenante de diverses initia­tives : préser­va­tion de la biodi­ver­sité (semences paysannes, croqueurs de pommes, etc.), accès à la terre pour des agri­cul­teurs bios (Terre de liens), recy­cle­rie, réali­sa­tion de logi­ciels ou de carto­gra­phies libres (APP3L), entre­tien de jardins parta­gés, AMAP, mise en place d’une monnaie complé­men­taire locale, partage des connais­sances et de savoirs critiques, anima­tion d’un fablab, publi­ca­tion d’ar­ticles scien­ti­fiques ou de ressources péda­go­giques en accès libre, etc. le fil conduc­teur n’est pas évident tant la diver­sité de ces acti­vi­tés est grande.

je ne vais donc pas m’avan­cer à vous faire la leçon et me canton­ner à amener quelques éléments d’in­for­ma­tion et de débat, des cita­tions et quelques réflexions person­nelles.

Les compor­te­ments altruistes, de partage et de coopé­ra­tion perdurent — et c’est heureux et néces­saire —, courant entre voisins, entre collègues, entre géné­ra­tions, dans les luttes, etc. J’ai grandi à quelques dizaines de kilo­mètres d’ici, dans les années soixante et soixante-dix, dans une famille de paysans où la coopé­ra­tion et la soli­da­rité allaient de soi en dehors de tout calcul écono­mique. Lorsqu’on la grati­fie d’un remer­cie­ment, ma mère réplique souvent d’une gentille injonc­tion : « ça ne se remer­cie pas ! ça ce remet » ; elle n’a pas lu l’Essai sur le don de Marcel Mauss, mais elle sait l’im­por­tance de la gratuité et du retour dans l’échange (à ce sujet je vous invite à lire Éloge de la gratuité sous la direc­tion de Alain Caillé et Philippe Chanial) .

Souve­nons aussi que nous vivons dans un terri­toire qui histo­rique­ment a vu naître et se déve­lop­per nombre de mutuelles et de coopé­ra­tives ; s’ins­ti­tuer ce qu’on nomme l’éco­no­mie sociale et soli­daire.

Il n’en reste pas moins, que ces pratiques de coopé­ra­tion hors marché et  l’idée de service ou de bien publics sont extrê­me­ment déva­lo­ri­sées depuis les années quatre-vingt, époque de l’ex­ten­sion à l’échelle mondiale du néoli­bé­ra­lisme. On tente de nous convaincre que le marché peut résoudre tous les problèmes et besoins, par exemple ceux posés par le chan­ge­ment clima­tique. Pensons au busi­ness du carbone, aux droits à polluer, avec leurs crédits et quotas ; spécu­la­tions, fraudes, pertes pour tous & profits pour quelque uns à la clé.

Le bien commun ou le commun tout court est à la mode !! Ça me fait vrai­ment plai­sir car je me souviens qu’il y a quelques années, un rapide sondage auprès d’usa­gers m’avait dissuadé d’uti­li­ser ce terme pour nommer un site inter­net car pour tous il était pris dans son sens domes­tique… les communs, les lieux communs, etc. enfin très néga­tif. Plus géné­ra­le­ment , les communs étaient, jusqu’à il a peu, consi­dé­rés comme un système de gestion inef­fi­cace (la fameuse légende de la « tragé­die des communs »), une relique archaïque moyen­âgeuse (le glanage, etc) ou une curio­sité exotique qui subsis­te­rait dans quelques coins recu­lés et attar­dés.

On a coutume de dire que le commun concerne ce que nous avons ensemble et ce que nous faisons ensemble. La formule est sympa­thique mais le verbe avoir ne me semble pas appro­prié pour parler notam­ment de notre rela­tion à la Terre, à la biosphère. Élysée Reclus, un anar­chiste et géographe du XIXe, avait mis au fron­tis­pice de son livre L’homme et la Terre, la phrase : « l’homme est la nature prenant conscience d’elle-même ». J’aime cette idée, à la place de que ce que nous avons ensemble, je préfère : ce que nous sommes ensemble en société, dans l’éco­sys­tème terrestre ; à la biodi­ver­sité et aux éléments s’ajoute alors les connais­sances, les savoir-faire, les savoir-être, les cultures, etc. Dans la même idée, j’aime aussi assez l’af­fiche de Pascal Colrat, verte et jaune, qui annonce certaines mani­fes­ta­tions de la ville pour la COP21 : « Quel temps faisons nous ? » Donc ce que nous sommes et ce que nous faisons ensemble et autre­ment ;)

bannieere_site_poitiers

Aujourd’­hui, le neoli­bé­ra­lisme est hégé­mo­nique les pratiques de préda­tions et d’ap­pro­pria­tion privée se géné­ra­lisent, s’étendent toujours plus ; le commun ne peut pas être pas non plus le secteur public qui se réduit avec la compli­cité des États à ce que le secteur marchand ne peut pas (encore) s’ac­ca­pa­rer avec profit. Cepen­dant, l’ex­ten­sion du numé­rique par les capa­ci­tés de commu­ni­ca­tion qu’il offre à tous et les spéci­fi­ci­tés des ressources numé­riques ont contri­bué a chan­ger la donne.

Qu’est ce qu’un commun ?

Pour aller vite et faire court : je pense qu’un commun n’existe que parce qu’une commu­nauté s’or­ga­nise indé­pen­dam­ment, du marché et de l’État, pour gérer de manière pérenne et économe une ressource ou une produc­tion sur la base d’un ensemble de règles évolu­tives.

Quelques exemple dans le champ du numé­rique …

Wiki­pe­dia, ency­clo­pé­die en ligne basé sur le système du wikis où tout un chacun est libre d’édi­ter les pages, par exemple pour corri­ger des fautes d’or­tho­graphe, amener des infor­ma­tions supplé­men­taires ou des préci­sions, voire rédi­ger un article complet. Des règles strictes, de neutra­lité par exemple, régissent cette pratique colla­bo­ra­tive qui a conduit à la mise à dispo­si­tion de tous de conte­nus souvent de qualité (par exemple, les articles scien­ti­fiques ; garder tout de même un œil critique…).

Depuis les années quatre-vingt des infor­ma­ti­ciens ont entre­pris de « hacker » le code de la propriété intel­lec­tuelle pour déve­lop­per les logi­ciels libres, coopé­rer à leur réali­sa­tion et les mettre à la dispo­si­tion de tous. Un logi­ciel est dit libre s’il est diffusé avec son code source et que sa licence, qui lie ses concep­teurs et ses usagers, n’im­pose aucune restric­tion, de quelque nature que ce soit, à son usage, auto­rise sa copie, garan­tit que les usagers puissent l’amé­lio­rer et l’adap­ter à leurs propres besoins, et encou­rage la diffu­sion de ces amélio­ra­tions pour le bien de tous. Un des exemples, le plus connu est GNU/Linux, initié en 1991 par Linus Torvalds, un étudiant finlan­dais, qui concur­rence les systèmes d’ex­ploi­ta­tion de multi­na­tio­nales comme Micro­soft, Apple ou IBM. L’In­ter­net et ses services fonc­tion­ne­ment essen­tiel­le­ment grâce à des logi­ciels libres. On peut consi­dé­rer les fonde­ments de l’In­ter­net comme un commun, élabo­rés et gérés collec­ti­ve­ment par qui veut, pour autant qu’il en est les compé­tences ; en revanche sa réali­sa­tion maté­rielle (fibres optiques, serveurs, etc.) est large­ment contrô­lée par des grands groupes privés et les états.

… et en dehors

Autour de ressources dites « natu­relles ». Glanage dans les champs, les commu­naux où faire paître les bêtes , la cueillette des cham­pi­gnons dans les forêts, les ayrault en Charente qui orga­nise les usagers des rivières, etc.

Un exemple que je connais : les écluses à pois­sons. En Charente-Mari­time. Sur l’île d’Olé­ron et l’île de Ré, cette méthode de pêche tradi­tion­nelle subsiste depuis le Moyen Âge.  Une écluse à pois­sons est un long mur de pierres sèches, bâti à même la roche de la côte, présen­tant la forme d’un fer à cheval ouvert vers la plage. les écluses sont gérées et restau­rées par des équipes de codé­ten­teurs, aujourd’­hui sous le régime de conces­sions attri­buées par les Affaires mari­times. L’usage des écluses est régi par des règles strictes. Il est auto­risé à un nombre limité de codé­ten­teurs qui doivent se coop­ter. Le droit de pêche est fonc­tion de la part d’écluse : le déten­teur béné­fi­cie d’un nombre de marées propor­tion­nel à cette part. Ce droit exclu­sif s’ac­com­pagne d’un devoir d’en­tre­tien et de restau­ra­tion des murs de l’écluse. (source Wiki­pe­dia)

La remu­ni­ci­pa­li­sa­tion de l’eau à Naples : En juin 2011, à l’oc­ca­sion d’un refe­ren­dum issu d’une impor­tante mobi­li­sa­tion popu­laire à l’échelle de l’Ita­lie, les Italiens ont voté massi­ve­ment pour refu­ser la priva­ti­sa­tion (entre autre) de la gestion de l’eau. Naples fut la première mairie en Italie a consi­dé­rer l’eau comme un bien commun et à s’or­ga­ni­ser pour que le service de l’eau soit géré en dehors du marché, du profit et de la concur­rence. Qui plus est, des citoyens sont présents dans la gouver­nance au niveau de la gestion comme au niveau des propo­si­tions et du contrôle. Cette mobi­li­sa­tion a conduit au Mani­feste de Naples du mouve­ment euro­péen pour l’eau comme bien commun. Un réseau ouvert, parti­ci­pa­tif et plura­liste, ayant pour objec­tif de renfor­cer la recon­nais­sance de l’eau comme bien commun et comme droit fonda­men­tal univer­sel.

acqua

Pour Ugo Mattei, juriste impliqué dans ces mobi­li­sa­tions des Italiens pour la défense des biens communs :

« les biens communs ne sont pas des marchan­dises, mais une pratique poli­tique et cultu­relle qui appar­tient au domaine de l’être ensemble. Il avance que les biens communs (contrai­re­ment aux biens privés) ne sont pas garan­tis par le droit face aux appé­tits des sujets écono­miques trans­na­tio­naux et appellent à leur recon­nais­sance juri­dique. »

Deux types de communs ?

Super­fi­ciel­le­ment, les communs numé­riques, « imma­té­riels », et les communs « natu­rels », maté­riels, paraissent très diffé­rents. Pour David Bollier, auteur d’un petit livre1 de réfé­rence sur ce sujet, le prin­cipe des communs n’est pas la ressource elle-même : c’est la péren­nité de la commu­nauté qui gère cette ressource, et ce sont les règles, les valeurs et l’éthique sociales spéci­fiques que cette commu­nauté met en oeuvre à cette fin. Il pour­suit :

tous les communs sont des communs de la connais­sance (même les communs natu­rels), et tout les communs ont un fonde­ment maté­riel (même les communs numé­riques ont besoin d’or­di­na­teurs, d’élec­tri­cité et autres).
tous les communs sont des communs, partagé par des usagers, chaque usager a des droits (accès à une ressour­ce­ma­té­rielle ou imma­té­rielle, co-produc­tion, etc.) comme des devoirs.

Mécon­nus, à la jonc­tion entre le maté­riel et l’im­ma­té­riel, Il existe par exemple toutes sortes de « communs éco-numé­riques », à travers lesquels des citoyens ordi­naires ou des amateurs plus ou moins éclai­rés partagent des infor­ma­tions sur les espèces d’oi­seaux ou de papillons qu’ils ont obser­vées, sur la qualité des eaux d’une rivière, ou sur les espèces inva­sives qu’ils ont repé­rées dans leur région. Ces démarches sont quali­fiées de « obser­va­tion parti­ci­pa­tive » ou de « science citoyenne » et d’une grande aide pour la recherche.

Contrai­re­ment aux biens maté­riels, les biens numé­riques ne sont pas rivaux. C’est à dire que l’usage par l’un ne remet nulle­ment en cause l’usage par l’autre, car sa repro­duc­tion a un coût margi­nal qui tend vers zéro. On pour­rait en déduire que ces communs sont « inépui­sables » or on remarque au contraire que ces nouveaux communs de la connais­sance sont fragiles car à l’ins­tar des champs qui ont été clôturé à partir du Moyen-Ages, les biens imma­té­riels peuvent faire l’objet de tenta­tives d’ap­pro­pria­tions privées notam­ment par un usages toujours plus exten­sif de de la propriété intel­lec­tuelle  (droit d’au­teur, droit des marques, droit à l’image) et de la propriété indus­trielle (brevet sur le  vivant ou les algo­rithmes et donc des idées) ;  voir aussi les enjeux autour de la libre publi­ca­tion des articles scien­ti­fiques .

Pour résu­mer

En 2009, l’at­tri­bu­tion du « prix Nobel » d’éco­no­mie à Oscar William­son et Elinor Ostrom (première femme nobé­li­sée), spécia­listes, respec­ti­ve­ment, des formes de gouver­nance et des biens communs, n’est proba­ble­ment pas un hasard. Comme le remarque l’éco­no­miste Alain Lipietz, les jurés pariaient sur le succès de la confé­rence de Copen­hague pour sauver le climat de la planète. Cette année pour la COP 21 à Paris, il n’y a pas eu de surprises …

Elinor Ostrom2 a iden­ti­fié, à partir de l’étude de nombreux exemples, huit « prin­cipes fonda­men­taux » pour la créa­tion et le main­tien d’un bassin commun de ressources :

  • les droits d’ac­cès doivent être clai­re­ment défi­nis ;
  • les avan­tages doivent être propor­tion­nels aux coûts assu­més ;
  • des procé­dures doivent être mise en place pour faire des choix collec­tifs ;
  • des règles de super­vi­sion et surveillance doivent exis­ter ;
  • des sanc­tions graduelles et diffé­ren­ciées doivent être appliquées ;
  • des méca­nismes de réso­lu­tion des conflits doivent être insti­tués ;
  • l’État doit recon­naître l’or­ga­ni­sa­tion en place ;
  • l’en­semble du système est orga­nisé à plusieurs niveaux.

Quelques remarques très rapides : effet réseau / levier. L’ex­pé­rience de Barce­lone suivie de la campagne de « Barce­lone en commun », coali­tion citoyenne qui vient de rempor­ter les élec­tions muni­ci­pales à Barce­lone. Ce ne sont pas les coopé­ra­tives à elles seules, mais bien la constel­la­tion d’in­fra­struc­tures auto­nomes dans les quar­tiers qui a fait la diffé­rence.
Michel Bauwens3 promeut la consti­tu­tion d’as­sem­blées et de chambres des communs.

La ques­tion de l’hé­gé­mo­nie, de l’Al­ter­na­tive poli­tique
Pour termi­ner en pour­sui­vant la réflexion sur la ques­tion poli­tique, je vais vous citer à nouveau David Bollier, qui exprime bien mieux les choses que moi :

Fonda­men­ta­le­ment, le para­digme des communs affirme que nous sommes capables et que nous devrions pouvoir déter­mi­ner nos propres condi­tions de vie. Nous devrions avoir l’au­to­rité d’iden­ti­fier et de résoudre les problèmes, de négo­cier avec les autres, d’in­ven­ter nos propres solu­tions, et pouvoir comp­ter sur une gouver­nance légi­time et réac­tive.
Ces prin­cipes sont au coeur même des communs – et pour­tant ils ne peuvent exis­ter que dans des espaces sociaux et poli­tiques que ni l’État ni le marché ne veulent recon­naître. De sorte que le commo­neurs doivent lutter pour obte­nir recon­nais­sance et protec­tion de leurs communs.

Pierre Dardot et Chris­tian Laval dans leur bouquin 4 consi­dère le commun comme un prin­cipe poli­tique, voire même Le prin­cipe poli­tique : qui réha­bi­lite la déli­bé­ra­tion par laquelle des hommes et des femmes s’ef­forcent de déter­mi­ner ensemble le juste, ainsi que la déci­sion et l’ac­tion qui procèdent de cette acti­vité collec­tive. Ils formulent neufs propo­si­tions poli­tiques en forme de mani­feste à la fin de l’ou­vrage :

  1. il faut construire une poli­tique des communs ;
  2. il faut oppo­ser le droit d’usage à la propriété ;
  3. le commun est le prin­cipe de l’éman­ci­pa­tion du travail ;
  4. il faut insti­tuer l’en­tre­prise commune ;
  5. l’as­so­cia­tion dans l’éco­no­mie doit prépa­rer la société du commun ;
  6. le commun doit fonder la démo­cra­tie sociale ;
  7. les services publics doivent deve­nir des insti­tu­tions du commun ;
  8. il faut insti­tuer les communs mondiaux ;
  9. il faut insti­tuer une fédé­ra­tion des communs

Enfin, comme l’écrit Coriat, qui a coor­donné la réali­sa­tion d’un ouvrage collec­tif que je vous conseille aussi : Commo­neurs de tous les pays. Unis­sez vous ! Ou plutôt (évitons d’être trop distan­cié;) Commo­neurs de tous les pays. Unis­sons vous !

Débat

Sur l’eau

Ques­tion posée sur la gestion de l’eau et l’ar­bi­trage des conflits d’ac­cès entre les diffé­rents usagers : agri­cul­teurs irri­gants , ostréi­cul­teurs, esti­vants, pécheurs,habi­tants, etc.

À-propos des logi­ciels libres.

Préci­sion sur la défi­ni­tion du libre : ne veux pas dire gratuit.

Discus­sion sur les logi­ciels libres et de leur inté­rêt pour le service public : lorsque l’argent public est dépensé une fois pour payer un logi­ciel ou un déve­lop­pe­ment infor­ma­tique, il ne devrait pas être dépensé une seconde fois par une autre collec­ti­vité pour le même produit.

Les biens communs ( Pan)

Inter­ven­tion de Françoise

Merci Thierry : tu as dit ce que nous atten­dions tous. Nous venions de donner notre part au tour­nant histo­rique concer­nant ce bien commun qu’est le climat et c’était le moment de se réjouir de cette phase : « le faire ensemble ».

Je suis inter­ve­nue pour placer cette phase dans un cycle.

Quel est ce démon qui me pousse à remon­ter vers la source au risque de faire fuir ceux qui ne parti­cipent à la discus­sion que pour être confor­tés dans ce qu’ils ont déjà compris… ??  Toujours est-il que, souvent, pour être comprise, je dois remettre l’idée sur le métier …

Alors j’y reviens : le « faire » est impor­tant, vital même, mais c’est la fin d’un cycle, qu’il faut enchaî­ner avec d’autres.

J-Louis Jolli­vet a raison de dire : « Que faire dans une assem­blée pour conci­lier maïs et eau ? » C’est trop tard ! Si l’ir­ri­guant a fait ses comptes avec les subven­tions et autres profits escomp­tés, on ne le fera pas reve­nir sur sa déci­sion.

D’où l’idée de remon­ter vers la source et de couvrir le bassin de comi­tés afin de défi­nir les besoins revus à la baisse par la volonté de sobriété puis de choi­sir les moyens de satis­faire ces besoins le plus possible dans la proxi­mité.

Tout ça en ayant à l’es­prit complé­men­ta­rité et soli­da­rité avec les voisins.
En amont du « faire » commun, il faut avoir une commu­nauté de désirs. Et on tombe sur la néces­saire distinc­tion :

  1. savoir se restreindre pour que nos désirs maté­riels n’em­piètent pas sur la part des autres (non à Hubris)
  2. savoir se libé­rer en dési­rant surtout ce qui croît dans le partage (oui à Eros).

Les 2 niveaux ne sont pas sépa­rés ex : le savoir a souvent besoin d’un support maté­riel pour se trans­mettre. Le temps aussi, diffi­cile à étirer, est en partie un facteur limi­tant… Rien n’est simple, tout se discute. Ces choix sont « cosa mentale ». La source est dans nos têtes, dans le désir ou non de tenir compte des autres.

Ce que je veux dire – et que tu dis aussi – c’est que le bien commun est un proces­sus : sentir un besoin > dési­rer et imagi­ner > discu­ter > faire. Ce cycle, sans cesse renou­velé, sera d’au­tant plus harmo­nieux que nous aurons une vue claire de ce qui est en jeu.
L’édu­ca­tion doit nous prépa­rer à passer du besoin impé­rieux de téter au désir inépui­sable de sourire, bouger, entendre et émettre des sons, comprendre. Pas pour exer­cer un pouvoir mais pour se relier au « premier mobile », le plus géné­ral étant aussi le plus inti­me…

Avoir conscience des biens communs, c’est les consi­dé­rer comme sacrés. Des reli­gions dogma­tiques ont semé la confu­sion. La réac­tion a été de bannir le sacré, ce qui est une muti­la­tion affreuse de notre huma­nité. Et des fana­tismes naissent de cette drama­tique carence.
Pourquoi ne pas reprendre l’idée d’un esprit traver­sant les êtres et les choses : les Grecs anciens le nommait Pan = tout. Une riche méta­phore avec sa double nature humaine et animale unie par un rire… divin !

Il paraît qu’il est dit dans le Coran que le fou rire vient de Dieu et « Islam » signi­fie « aban­don à Dieu ». Le nom de Dieu n’étant qu’af­faire de conven­tion, pas la peine de s’étri­per pour un nom !

Je propose quand même le nom d’Hu­bris pour dési­gner clai­re­ment la direc­tion vers laquelle nous refu­sons d’al­ler et je fais le voeu que l’Hu­bris de nos diri­geants se dissolve dans le fou rire de Pan ( ou d’Al­lah ou d’Elie ou… de votre Esprit !)

F. Argile

En prime, un clin d’oeil aux amis de la conf qui nous montrent le chemin : PAN, l’es­prit du tout, est d’abord le dieu des bergers et de la musique pasto­rale. Syrinx est tout à la fois le nom du roseau, de la nymphe aimée de Pan trans­for­mée en roseaux et de la flûte de roseau qui permet à Pan d’en­tendre la voix de sa bien-aimée….  Le chris­tia­nisme s’est inspiré de ce paci­fique berger pour donner forme au diable : ces bigots ne respectent rien ! Mais Pan a donné son nom à toute une famille sympa­thique : païen, paga­nisme, pays, paysage, paysan…
On l’a cru mort à l’aube du Chris­tia­nisme mais il n’était que prison­nier des griffes d’Hu­bris : console toi, Bras­sens, nous allons le faire revivre !

TP : Aujourd’­hui, le monde s’est sécu­la­risé et nous n’avons plus cette concep­tion d’une Nature sacrée. Il me semble que l’ap­proche du commun permet de réha­bi­li­ter le sujet agis­sant collec­ti­ve­ment et consciem­ment dans les champs cultu­rels, poli­tiques et écono­miques.

Réfé­rences

  1. David Biller, La renais­sance des communs : Pour une société de coopé­ra­tion et de partage, Éditions Charles Léopold Mayer , 2014, cet ouvrage est dispo­nible en libre télé­char­ge­ment sur le site de l’édi­teur
  2. Elinor Ostrom, La gouver­nance des biens communs : Pour une nouvelle approche des ressources natu­relles, De Boeck, 2010
  3. Voir Réponse de Michel Bauwens à trois ques­tions sur les assem­blées des communs  https://youtu.be/OCgq0m4q7-I 
  4. Pierre Dardot et Chris­tian Laval, Commun Essai sur la révo­lu­tion au XXIe
    siècle, La Décou­verte, 2015

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « Exposé et débat sur les communs »

  1. BAYER dit :

    Grand merci Thierry pour cet excellent article qui nous fait entrer dans un espace dont tu nous fais sentir  toutes les promesses.J’ai particulièrement apprécié le déroulé à partir de la distinction associant les communs à l’être et non pas à l’avoir,et de là impliquant une responsabilisation en actions communes,contre toute appropriation du marché et des Etats reconduisant la déresponsabilisation et la dépolitisation

    Bravo et merci encore

    Philippe B

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.