Aller au contenu

Les 6 mois où Alexis Tsipras a montré que le néoli­bé­ra­lisme euro­péen déteste le suffrage univer­sel et le peuple grec.

Retour sur la période d’avant le 13 juillet, jour de la signa­ture d’un accord entre Tsipras et l’UE.

La victoire élec­to­rale de Syriza, le 25 janvier 2015, doit beau­coup à Alexis Tsipras, et, bien sûr, aux mili­tantes et mili­tants de cette orga­ni­sa­tion. Cette réus­site d’un parti de la « gauche radi­cale » tient à une stra­té­gie unitaire de refus des « mémo­ran­dums » impo­sés par la Troïka, refus de l’aus­té­rité dévas­ta­trice impo­sée pendant ces longues années. Explo­sion du chômage, réduc­tions dras­tiques des salaires et des pensions de retraite, désor­ga­ni­sa­tion du système de soins, impo­si­tion d’un régime de tutelle de l’État grec furent les consé­quences des déci­sions des diri­geants de la BCE, de la Commis­sion euro­péenne et du FMI. C’est pour en finir avec cette poli­tique d’aus­té­rité, pour suivre le programme présenté lors du discours de Thes­sa­lo­nique par Tsipras, que Syriza devint le premier parti de Grèce.

Des négo­cia­tions sous menace, sous chan­tage.
Mais « dès le 5 février, la Banque centrale euro­péenne déci­dait de ne plus accep­ter, de manière colla­té­rale, les titres de dette dépo­sés auprès d’elle par les banques grecques en contre­par­tie de leur refi­nan­ce­ment. Une déci­sion poli­tique outre­pas­sant les préro­ga­tives de l’ins­ti­tu­tion de Franc­fort pour asphyxier l’État grec et contraindre Syriza à renon­cer à ses enga­ge­ments. » « Les banques grecques étaient condam­nées au régime sec des liqui­di­tés d’ur­gence déli­vrées au goutte-à-goutte via le méca­nisme ELA. Une façon de placer le couteau sous la gorge aux négo­cia­teurs grecs, avant la conclu­sion de l’ac­cord-pont du 25 février, fina­le­ment arra­ché dans la douleur. » (1) L’ac­cord du 25 février accep­tait les condi­tions des usuriers de la Troïka, ce qui fut critiqué par la gauche de Syriza.

Puis après des mois de négo­cia­tions, Tsipras face à un ulti­ma­tum de trop de ses « parte­naires » a recours à un réfé­ren­dum, le 5 juillet. Il demande au peuple s’ils acceptent ou non les exigences de la Troïka. 61% répondent non, avec des scores écra­sants dans les milieux popu­laires et dans la jeunesse.
Ensuite de nouvelles négo­cia­tions ont lieu. Les fondés de pouvoir des usuriers, notam­ment le ministre alle­mand Schäuble furieux que l’on ose orga­ni­ser un appel au peuple, furieux du résul­tat, affirment leur indif­fé­rence totale à l’ex­pres­sion du peuple grec. Les négo­cia­tions s’in­ten­si­fient : tous contre les grecs. Le 13 juillet, un accord inter­vient.
« Les propo­si­tions de l’Eu­ro­groupe sont de la folie. Cela va au-delà de la sévé­rité, vers l’en­vie de vengeance, la destruc­tion totale de la souve­rai­neté natio­nale et aucun espoir de soula­ge­ment. On peut suppo­ser que c’est conçu pour être une propo­si­tion que la Grèce ne peut pas accep­ter, mais, même ainsi, c’est une trahi­son grotesque de tout ce que le projet euro­péen était censé repré­sen­ter ». C’est ainsi que le prix Nobel d’éco­no­mie Paul Krug­man a résumé sur son blog les propo­si­tions de l’Eu­ro­groupe deve­nues un accord.

Repre­nons la période 25 janvier-13 juillet.
Comme Media­part (2) l’écrit : Tsipras «  a mis à jour par ses six mois de résis­tance et ce déchaî­ne­ment de « vengeance » comme le note ce lundi matin le quoti­dien britan­nique The Guar­dian en une, la nature de la zone euro ». « Désor­mais, l’iden­ti­fi­ca­tion entre l’euro et l’aus­té­rité est totale » , c’est à dire que la zone euro est le lieu de l’aus­té­rité sans limite. « Le compor­te­ment des diri­geants de la zone euro avant et après le réfé­ren­dum pour faire du « non » aux mesures propo­sées un « non » à l’euro le prouvent aisé­ment. La volonté expli­cite de durcir les condi­tions impo­sées à la Grèce pour rester dans la zone euro ce week-end enfonce le clou. »

Ce fut un coup d’État qui s’est mis en place depuis le 25 janvier : les « insti­tu­tions euro­péennes » ont décidé de prendre le pouvoir en Grèce, de trans­for­mer ce pays en protec­to­rat, comme ce fut quelques années aupa­ra­vant en Italie et en Irlande. Cette fois, la démons­tra­tion s’est faite comme en Euro­vi­sion quoti­dien, et ce fut une démons­tra­tion qui a duré 6 mois. 6 mois pendant lesquels Tsipras, Varou­fa­kis et leurs cama­rades rendirent compte publique­ment du dérou­le­ment des négo­cia­tions.
Chacun a alors constaté que pour les idéo­logues du néoli­bé­ra­lisme de l’ Union euro­péenne, le suffrage univer­sel est un risque qui devient incon­si­déré si les machines idéo­lo­giques à effrayer les peuples perdent de leur effi­ca­cité.
Jean-Claude Juncker, actuel président de la Commis­sion euro­péenne l’a dit : « Il ne peut y avoir un vote démo­cra­tique dans un pays qui s’ins­crive contre les trai­tés. » C’est dit : pour la Commis­sion euro­péenne le vote démo­cra­tique doit rester sans consé­quence poli­tique.
Le néoli­bé­ra­lisme a montré (une fois de plus) pendant ces 6 mois comment et à quel point il était l’en­nemi de la démo­cra­tie.

La zone euro , zone anti­dé­mo­cra­tique, les néoli­bé­raux alle­mands aux commandes.
Ce qui a été prouvé aussi pendant ces 6 mois, c’est que la zone euro « est un lieu de domi­na­tion des forts sur les faibles où le poids de ces derniers ne comptent pour rien », que « l’euro est la monnaie de la BCE qui la distri­bue sur des critères qui ne prennent pas en compte le bien-être des popu­la­tions, mais sur des critères finan­ciers dissi­mu­lant mal des objec­tifs poli­tiques » (2).
Et aussi on a vu le rôle des diri­geants de l’ Alle­magne de Merckel qui a mis fin à la fiction du couple franco-alle­mand comme moteur de l’UE, ce pour s’af­fir­mer comme seule puis­sance diri­geante, avec ses soutiens en Europe centrale (Pays baltes, Slovaquie, Pologne) et en Europe du Nord (Pays-Bas, Finlande). Le projet  fédé­ral  est de créer une zone euro plus centra­li­sée, ce qui suppose l’ex­clu­sion de ceux qui le remettent en cause .

Les néoli­bé­raux dirigent tous les PS de l’Union euro­péenne.
Ce qui a encore été vu, ces derniers jours, c’est que les diri­geants du SPD sont en accord avec ce projet, dans le détail. C’est Martin Schulz, président socia­liste du Parle­ment, qui avait été le chef de file des socia­listes euro­péens pour les élec­tions euro­péennes, qui plaide pour la mise en place « d’un gouver­ne­ment d’ex­perts à Athènes » . Le PS français soutient le gouver­ne­ment français qui a montré quelques diver­gences avec Merckel … pour se féli­ci­ter de cet accord austé­ri­taire du 13 juillet.
Au bout de 6 mois, voilà à quoi servent les « socia­listes » euro­péens : à reprendre les exigences des usuriers telles quelles, ou bien …à les approu­ver telles quelles.
Les néoli­bé­raux sont indif­fé­rents à l’ écono­mie.
Ces néoli­bé­raux, ceux de droite comme ceux des PS ont une seule phrase à la bouche : « une dette, ça se rembourse » (avec toutes les consé­quences). Que la dette soit « odieuse »telle que défi­nie par la commis­sion mise en place par la Prési­dente du Parle­ment grec (dont nous repar­le­rons dans un autre texte) ? Que ce soient les inté­rêts usuraires que la Grèce doive inter­mi­na­ble­ment rembour­ser ?. Que ses élites écono­miques préda­trices aient pillé le pays pendant des années avec un manque de discré­tion qui n’a pu échap­per à nos experts écono­miques de la Commis­sion euro­péenne ? Que le pays, ravagé par les priva­ti­sa­tions brutales et le chômage, produise de moins en moins de richesses, et que ces richesses doivent rembour­ser les inté­rêts de la dette ? Tout cela ne les soucie nulle­ment.
Ces néoli­bé­raux qui ressas­saient mettre l’éco­no­mie aux postes de commande sont appa­rus indif­fé­rents à la moindre logique écono­mique. Face à l’éco­no­miste Varou­fa­kis, ils mépri­saient ses argu­ments.
Leur action actuelle contre la Grèce est une action de police qui a une fonc­tion : ruiner un peuple qui leur a dit non.
Cepen­dant, des contra­dic­tions dans le camp des affa­meurs : dans l’UE, UE/US , FMI/UE.
Certes il existe des contra­dic­tions qui se sont faites jour. Petite contra­dic­tion entre Alle­magne-Pays-Bas / France-Italie, nous l’avons vue.
Contra­dic­tion entre les doctri­naires bornés et sadiques et des néoli­bé­raux (Jacques Delors, Pascal Lamy et Anto­nio Vito­ri­nao) qui pensent qu’il faut prendre tout de même en consi­dé­ra­tion la situa­tion géopo­li­tique de la Grèce :
 : « Il s’agit d’ap­pré­hen­der l’évo­lu­tion de la Grèce dans une pers­pec­tive géopo­li­tique, comme un problème euro­péen, et qui le demeu­rera. …. comme un État appar­te­nant à des Balkans dont l’ins­ta­bi­lité n’a guère besoin d’être encou­ra­gée, en ces temps de guerre en Ukraine et en Syrie et de défi terro­riste – sans oublier la crise migra­toire. »(3)
C’est aussi le souci de l’Ad­mi­nis­tra­tion US qui l’a fait savoir haut et fort, ce qui aura néces­sai­re­ment des consé­quences.

Daniel Tusk, le président du Conseil euro­péen, s’inquiète (4) d’une ambiance de contes­ta­tion larvée qui pour­rait annon­cer un nouveau Mai68, tant il perçoit que le mépris et l’ar­ro­gance des fondés de pouvoir des possé­dants est obscène.
Etienne Bali­bar (5) souligne une divi­sion au sein de l’exé­cu­tif   euro­péen, avec le pouvoir passé à l’Eu­ro­groupe, et surtout l’inu­ti­lité du Parle­ment euro­péen en temps de crise:
« La Commis­sion n’étant plus qu’une struc­ture de régle­men­ta­tion (proli­fé­rante) et une cour­roie de trans­mis­sion, le pouvoir de négo­cier est passé à l’Eu­ro­groupe, dont l’exis­tence ne résulte d’au­cun traité et qui donc n’obéit à aucune loi, dont le Président « élu » par ses pairs sert en fait de porte-parole au plus puis­sant et au plus influent des États membres – en l’oc­cur­rence l’Al­le­magne. »
Allons-nous vers une oppo­si­tion ouverte USA/Alle­magne, sur ces points ?

Le FMI contrai­re­ment à la direc­tion euro­péenne exige main­te­nant  un allè­ge­ment de la dette, voire un « effa­ce­ment partiel », dans un rapport publié le 14 juillet. (6)

Reste à savoir comment nous pouvons utili­ser de ces contra­dic­tions dans notre lutte contre les néoli­bé­raux. Sans doute en faisant une nouvelle campagne pour dire combien cette dette odieuse est absurde.
Il y a tant de ménages suren­det­tés qui ont à rembour­ser les inté­rêts de leurs dettes et puis les agios et puis les frais bancaires, que l’on sait que les inté­rêts des banques s’op­posent à ceux des peuples. Il faut être un sacré gogo pour aimer sa banque ; ça commence à se savoir.

6 mois : ce que les peuples ont vu et entendu.
Cette courte séquence se termine vers le 14 juillet 2015. Nous appre­nons alors que Alexis Tsipras assume la respon­sa­bi­lité d’un texte auquel il ne croit pas.  Accord que le jour­nal alle­mand Der Spie­gel nomme « cata­logue des horreurs » ; Media­part titre « reddi­tion sans condi­tion » (7).
Peu après , Yanis Varou­fa­kis déclare que « les « parte­naires » euro­péens et les créan­ciers ont-ils jamais eu l’in­ten­tion de négo­cier un accord honnête, incluant une réso­lu­tion durable du problème de la dette ? Rien n’est moins sûr ». Puis il dira son oppo­si­tion à cet accord. La prési­dente du Parle­ment grec affir­mera vite ne pas accep­ter de soute­nir cet accord. La gauche de Syriza aussi, bien sûr.
Le 14 juillet, se termine une séquence où la vérité anti­dé­mo­cra­tique des insti­tu­tions diri­geantes de l’UE a été éclai­rée crûment pendant 6 mois. Le sacri­fice d’un peuple à la façon dont That­cher sacri­fia tous les mineurs, ou comme Pino­chet assas­sina 3000 mili­tants, a été justi­fié par ceux qui gouvernent l’Union euro­péenne. A nous de le répé­ter, de le faire savoir. Les anti­ca­pi­ta­listes ont aussi à sauver la démo­cra­tie, (sa praxis, pas ce qu’elle est deve­nue), lourde tâche s’il en est.

Quant à ce qu’on peut penser de la poli­tique d’Alexis Tsipras depuis le 13 juillet, c’est une autre histoire.

Pascal Bois­sel, 21 juillet 2015

Réfé­rences :
1. RosaMous­saoui l’Hu­ma­nité, 15 juillet
2. François Bonnet, Media­part, 13 juillet et 14 juillet
3.Jacques Delors Le Monde 4 juillet
4. Le Monde du 18 juillet
5. Etienne Bali­bar, blog de Media­part, 19 juillet
6. Le Monde 15 juillet
7. Ludo­vic Lamant, 13 juillet

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.