Aller au contenu

Lettre ouverte au Président de la Répu­blique à propos de la respon­sa­bi­lité des auto­ri­tés françaises dans l’adop­tion d’un règle­ment expo­sant la popu­la­tion à des niveaux de risque inad­mis­sibles

La Commis­sion de Recherche et d’In­for­ma­tion Indé­pen­dantes sur la Radio­ac­ti­vité, la CRIIRAD, se bat contre un projet de règle­ment euro­péen qui va fixer des limites de conta­mi­na­tion alimen­taires exces­si­ve­ment élevées en cas d’ac­ci­dent nucléaire.

La CRIIRAD avait  iden­ti­fié des anoma­lies gravis­simes dans le dossier scien­ti­fique, expliquant la fixa­tion de valeurs de l’ordre de 100 fois ( !) trop élevées. Grâce à l’un de ses contacts à l’étran­ger, Heinz Stockin­ger, la CRIIRAD a appris du minis­tère de la Santé de l’Au­triche que ces dysfonc­tion­ne­ments sont parfai­te­ment connus des respon­sables des 28 Etats membres ! L’Au­triche et l’Al­le­magne ont tenté de les faire corri­ger : en vain car ces deux pays étaient mino­ri­taires. La France ne les a pas soute­nus. S’est-elle battue contre eux ?

Près de 30 ans après Tcher­no­byl, la France est-elle encore en train de défendre les inté­rêts de l’in­dus­trie nucléaire contre la santé de la popu­la­tion ?

C’est ce que nous cherche à savoir la CRIIRAD en inter­pel­lant ce jour le Président de la Répu­blique.

Lire le commu­niqué de presse et surtout la lettre ouverte au président de la Répu­blique de la CRIIRAD.

Down­load the PDF file .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.