Aller au contenu

Mani­fes­ta­tion à Poitiers contre l’Eu­rope forte­resse

À l’ap­pel du Collec­tif DNSI suite à la mort de centaines de migrant.es en médi­ter­ra­née

Bien trop peu de monde ce mercredi pour réagir face à la catas­trophe et au scan­dale des immi­gnant.es qui meurent en masse en Médi­ter­ra­née.

Voici le discours de Yvon du Collec­tif DNSI (D’ailleurs Nous Sommes d’Ici) prononcé à cette occa­sion.

DNSI :

La Médi­ter­ra­née devient le cime­tière des migrants et réfu­giés qui tentent de fuir le chaos des guerres civiles, les persé­cu­tions et la misère qui en résulte.

Selon les chiffres du HCR (Haut Commis­sa­riat des Nations unies pour les réfu­giés), en 2014 3 419 migrantEs ont perdu la vie en Médi­ter­ra­née ; ils seraient plus de 2 000 rien que depuis ce 1er janvier 2015. Dimanche 19 avril, envi­ron 800 ont péri en un seul naufrage.

Selon un rapport de ce même HCR, toujours en 2014, ce sont plus de 207 000 migrants, dont une part non négli­geable de mineurs non accom­pa­gnés, qui ont tenté la traver­sée de la Médi­ter­ra­née.

Le record de 2011 (70 000 migrants), qui avait suivi les révo­lu­tions arabes, se voit donc large­ment battu. L’ar­ri­vée de l’été et l’amé­lio­ra­tion des condi­tions clima­tiques ne devraient rien arran­ger.

Cette explo­sion du nombre de candi­datEs à la traver­sée s’ex­plique par la persis­tance et l’ap­pro­fon­dis­se­ment du chaos dans les régions de départ.

Malgré les risques encou­rus, pour fuir leurs pays dévas­tés par les guerres, ces migrantEs, de plus en plus nombreux, sont prêts et prêtes à remettre leur vie à des passeurs mafieux, de plus en plus violents et barbares qui les volent et les assas­sinent.

La situa­tion au Moyen-Orient est la plus visible et couverte par les médias.

Mais les situa­tions des pays d’ Afrique sub-saha­rienne de l’Est ou celles de l’Af­gha­nis­tan, de la Syrie du Yémen, moins média­ti­sées, alimentent elles aussi le flux des migrantEs.

Par leurs poli­tiques impé­ria­listes, et leurs inter­ven­tions mili­taires répé­tées, les États Unis et les pays Euro­péens portent une lourde respon­sa­bi­lité dans la dégra­da­tion de la situa­tion poli­tique, écono­mique, sociale et huma­ni­taire dans ces régions

L’ex­plo­sion du nombre de morts s’ex­plique logique­ment par l’ex­plo­sion du nombre de candi­datEs mais c’est aussi le résul­tat d’une poli­tique des états euro­péens, poli­tique infâme, hypo­crite et cynique. Par leur lais­ser faire meur­trier, les gouver­ne­ments euro­péens portent une respon­sa­bi­lité directe dans ces massacres program­més.

En effet, L’Eu­rope a remplacé « Mare Nostrum », programme de sauve­tage italien, par une patrouille euro­péenne ( 3 fois moins de moyens) qui n’a pas pour mission première de sauver mais de surveiller (l’opé­ra­tion « Triton » est placée sous l’égide de Fron­tex agence euro de contrôle et de surveillance des fron­tières).

Cela réduit encore un peu plus la poli­tique euro­péenne à une simple surveillance passive, donc compli­ce…

Cette limi­ta­tion des moyens est cynique­ment justi­fiée comme néces­saire pour ne pas encou­ra­ger plus de migrants à tenter le voyage ! La peine de mort comme dissua­sion!

Ce sont bien des larmes de croco­diles que versent aujourd’­hui Matteo Renzi ou François Hollande et d’autres diri­geants poli­tiques qui réclament une inter­ven­tion de l’UE face à l’am­pleur du drame.

Pour éviter a pour­suite des naufrages, avec ces morts inac­cep­tables qu’il faut bien quali­fier d’ assas­si­nats, il y a une solu­tion simple : suppri­mer Fron­tex, appliquer le droit d’asile à celles et ceux qui fuient les guerres, leur garan­tir la liberté de circu­la­tion et d’ins­tal­la­tion dans les diffé­rents pays de l’UE.

Nous sommes là pour exiger des gouver­ne­ments euro­péens

  • Un chan­ge­ment radi­cal des poli­tiques d’asile et d’im­mi­gra­tion pour donner prio­rité à la protec­tion, à la sécu­rité et à la santé des migrants.

  • Une mise en œuvre immé­diate des moyens néces­saires pour assu­rer une stricte mission de sauve­tage.

  • Un accueil huma­ni­taire, respec­tueux des Droit humains.

  • Un droit de circu­la­tion des personnes garanti et sécu­risé qui exclut le recours aux passeurs mafieux.

Mercredi 22 avril 2015

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.