Aller au contenu

Migrants. Une lettre d’un citoyen harcelé à l’ap­pa­reil répres­sif de ce pays. « Nous sommes des millions »

Lettre de Cédric Herrou au Procu­reur de Nice Jean-Michel Prêtre

Suite à l’ar­res­ta­tion de Morgan, Lucille et Cédric, ce dernier écrit au procu­reur qui, après une inter­ven­tion musclée, a libéré tous les préve­nus sans aucune pour­suite judi­ciaire malgré plus de 36h de garde à vue et d’énormes moyens mobi­li­sés : près de 30 poli­ciers casqués et armés, une mobi­li­sa­tion des mili­taires du dispo­si­tif « senti­nelle », des lunettes infra­rouges, des enquê­teurs en civil ainsi qu’un drone. Le bilan de cette opéra­tion se rédui­rait à l’ar­res­ta­tion de ces 3 mineurs que Cédric avait pris en charge depuis plus d’un mois et pour qui il deman­dait aux pouvoirs publics une prise en charge. Ce bilan inclut aussi le trau­ma­tisme de l’in­fir­mière de Méde­cins du Monde sur qui un poli­cier a pointé son arme en hurlant, l’agres­sion du jour­na­liste de Libé­ra­tion plaqué au sol ayant subit par 2 fois une clé au bras et bien sur le choc vécu par ces enfants souda­nais.

Monsieur le procu­reur,
Vous avez fait pleu­rer ma mère, mon père.
Vous avez arrêté mon frère, mon amie.
Vous nous avez mis sous les verrous, trai­tés comme des chiens, des malfrats.
Vous avez ordonné à une tren­taine de gardes mobiles, armes aux poings, d’en­trer sur mes terres, prendre ces trois enfants sans parents, qui attendent chez moi, depuis plus d’un mois d’être pris en charge par l’Aide Sociale à l’En­fance.
Ces enfants ont connu la guerre, la torture, l’es­cla­va­gisme.
Ces enfants que je protège
Ces enfants qui m’ont donné leur confiance.
Vous avez au nom de votre France, violé les droits de l’En­fant!
Ils atten­daient sécu­rité de la part de notre pays!
Vous me savez sensible aux personnes que j’aide, aux personnes que j’aime.
Vous savez que ma liberté ne s’ar­rê­tera pas aux barreaux de vos prisons et vous tapez là où ça fait mal !!!
Sachez Monsieur le Procu­reur que je reste­rai fidèle à mes convic­tions, que ma France, que notre France, conti­nuera à défendre les droits des hommes, des femmes, des enfants présents sur le sol français au nom de nos valeurs qui fondent la Répu­blique Française.
Ne pensez pas que je suis seul, nous sommes des milliers, des millions!
Chacun son métier, le mien c’est agri­cul­teur, le vôtre c’est de faire respec­ter la Loi. Loi qui protège et fait que le vivre ensemble soit la règle primor­diale de notre démo­cra­tie.
Vive notre France
et …..celle que tu repré­sentes

Pour une approche caus­tique et soli­daire , voici le lien vers le billet sur France inter de Guillaume Meurice:

Guillaume Meurice de France-Inter s’en­gage pour la soli­da­rité

Qui sont ces personnes soli­daires de la vallée de la Roya, harce­lées par l’ar­mée et la police de ce gouver­ne­ment « socia­liste »? Les flics et les mili­taires qui agissent sur ordre de Caze­neuve, ce conti­nua­teur de Valls, et de Hollande? Qui cognent alors que les LR l et les FN veulent encore plus d’in­fa­mie étatique. Qui sont-ils, qui sont-elles?

« Le Comité de Soutien aux Citoyens Soli­daires des Alpes-Mari­times s’est consti­tué en réponse à l’in­ter­pel­la­tion et aux pour­suites judi­ciaires de citoyens ayant porté secours de manière désin­té­res­sée à des personnes en diffi­culté.

La condam­na­tion des actes de soli­da­ri­tés citoyens se géné­ra­lise en France et en Europe, parti­cu­liè­re­ment dans le cas de personnes de natio­na­li­tés étran­gères. Cela a été le cas dans la région de Calais et depuis plusieurs mois dans notre dépar­te­ment, parti­cu­liè­re­ment dans la vallée de la Roya.

Les contrôles poli­ciers et mili­taires mis en place dans le cadre de l’état d’ur­gence ont donné lieu à de nombreuses inter­pel­la­tions de personnes diverses, migrantes ou citoyens soli­daires, souvent basées sur un délit de faciès instauré en règle. Ces pratiques menacent la paix de notre société et la liberté de chacun.

De nombreux procès sont en cours et de multiples inter­pel­la­tions ont eu lieu ces derniers mois. Pour cette raison, le site inter­net du comité de soutien aux citoyens soli­daires du 06 a voca­tion à docu­men­ter les cas d’in­ter­pel­la­tions et de pour­suites judi­ciaires passées et en cours dans les Alpes-Mari­times. Le comité entend égale­ment se consti­tuer en réseau de soli­da­rité dans le cadre de ces procé­dures afin de soute­nir les personnes concer­nées par une mise en rela­tion avec des avocats spécia­li­sés, avec les asso­cia­tions exis­tantes déjà mobi­li­sées notam­ment sur les frais de justice.

Nous invi­tons les personnes concer­nées à nous contac­ter.

Au-delà des cas parti­cu­liers des personnes inter­pe­lées et/ou pour­sui­vies, le comité de soutien entend défendre et promou­voir la soli­da­rité, en tant que valeur et prin­cipe indis­pen­sable à la consti­tu­tion et la péren­nité du groupe social dans lequel nous voulons vivre. En effet, ces condam­na­tions mettent en péril les fonde­ments de notre société, les droits humains les plus essen­tiels tout comme les prin­cipes répu­bli­cains de liberté, d’éga­lité et de frater­nité qui consti­tuent le socle de notre « vouloir vivre commun ».

 

A Poitiers, avec DNSI, et d’autres, la soli­da­rité avec les migrant.e.s est une longue patience discrète et achar­née.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.