Aller au contenu

Non à l’in­va­sion de l’Ukraine par Poutine ! Soutien à la résis­tance ukrai­nienne ! Soli­da­rité avec l’op­po­si­tion russe à la guerre !

https://fourth.inter­na­tio­nal/fr/566/europe/426

Décla­ra­tion du Bureau exécu­tif de la IVe Inter­na­tio­nale

1. Avant l’aube du 24 février 2022, l’ar­mée russe a commencé à enva­hir l’Ukraine, bombar­dant l’in­té­rieur du pays et traver­sant les fron­tières nord, est et sud du pays, en se diri­geant vers Kiev, la capi­tale. Cette agres­sion a déjà fait de nombreux morts, civils et mili­taires. L’ar­mée et la popu­la­tion ukrai­niennes se défendent, plusieurs villes résistent à l’agres­seur. Des centaines de milliers d’Ukrai­niens ont pris la route de l’exil, mais la résis­tance conti­nue. Le peuple ukrai­nien résiste, avec et sans armes.

La recon­nais­sance par le Krem­lin, trois jours plus tôt, de « l’in­dé­pen­dance » des soi-disant « répu­bliques popu­laires » de Donetsk et de Lougansk et l’en­trée offi­cielle de l’ar­mée russe sur leur terri­toire n’étaient que le prélude à l’in­va­sion ayant pour but à la soumis­sion totale du pays voisin.

C’est une inva­sion mili­taire du terri­toire d’une ancienne nation oppri­mée, par un régime capi­ta­liste oligar­chique, auto­cra­tique et impé­ria­liste dont le but est la recons­truc­tion de l’em­pire russe.

2. Poutine n’a jamais caché son natio­na­lisme grand-russe et, depuis 2014, il a pris des mesures concrètes pour attaquer la souve­rai­neté de l’Ukraine. Son récit pseudo-histo­rique chau­vin, repro­chant à la révo­lu­tion d’Oc­tobre 1917 d’avoir consti­tué « trois peuples slaves distincts : Russe, Ukrai­nien et Biélo­russe, au lieu de la grande nation russe », n’est pas une inven­tion récente.

L’in­va­sion de l’Ukraine fait suite à une poli­tique chau­vine et impé­ria­liste de la Grande Russie qui a commencé dans diffé­rents contextes et phases depuis l’écla­te­ment de l’URSS : depuis l’uti­li­sa­tion de la « guerre éner­gé­tique » (jouant sur les prix et les oléo­ducs alter­na­tifs), jusqu’à l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion des conflits de mino­ri­tés natio­nales – comme en Molda­vie (avec la forma­tion de la « Répu­blique de Trans­nis­trie » avec le soutien de l’ar­mée russe en 1990–91) et en Géor­gie (avec la forma­tion de la « Répu­blique d’Ab­kha­zie » en 1992), et plus tard la guerre avec la Géor­gie pour le contrôle de l’Os­sé­tie du Sud (2008) – mais aussi par des guerres d’op­pres­sion directe comme la guerre d’oc­cu­pa­tion de la Tchét­ché­nie (1994–1996 et 1999–2009). À chaque fois, il s’agit de préser­ver les inté­rêts du Krem­lin ou de s’em­pa­rer de terri­toires. Mais globa­le­ment, les décen­nies Poutine (années 2000) corres­pondent à la (re)construc­tion d’un État fort (contrô­lant ses oligarques) moder­ni­sant son appa­reil mili­taire, établis­sant une union écono­mique euro-asia­tique – avec ses dimen­sions mili­taires. Une nouvelle phase a commencé en 2014 avec la crise ukrai­nienne et la chute de Ianou­ko­vitch (décrite comme un « coup d’État fasciste » sous l’égide de l’OTAN) suivie de l’an­nexion de la Crimée et de l’éta­blis­se­ment de « répu­bliques » sépa­ra­tistes dans le Donbass ukrai­nien contrôlé par des merce­naires pro-russes. Le soutien mili­taire apporté à Louka­chenko en Biélo­rus­sie contre le soulè­ve­ment popu­laire de 2020 et l’in­ter­ven­tion mili­taire (par le biais de l’OTSC, Orga­ni­sa­tion du traité de sécu­rité collec­tive sous hégé­mo­nie russe) pour « norma­li­ser » le Kaza­khs­tan en janvier de cette année ont permis à Poutine de se sentir plus fort dans le contexte de la défaite améri­caine en Afgha­nis­tan et des divi­sions ouvertes au sein des membres de l’OTAN sur les ques­tions éner­gé­tiques (gazo­duc).

L’Ukraine est un pays indé­pen­dant qui a préservé un régime de démo­cra­tie formelle. La Russie a un système parle­men­taire auto­ri­taire et répres­sif, avec des dépu­tés d’ex­trême droite à la Douma. En Ukraine, les forces d’ex­trême droite et fascistes étaient très visi­ble­ment présentes lors des mani­fes­ta­tions de Maidan en 2014. L’in­va­sion russe risque de renfor­cer les forces d’ex­trême droite exis­tantes, tant en Russie qu’en Ukraine. Les figures de proue des forces d’ex­trême droite et néofas­cistes au niveau inter­na­tio­nal soutiennent ouver­te­ment Poutine.

L’in­va­sion de l’Ukraine vise clai­re­ment à impo­ser un régime marion­nette, inféodé au Krem­lin et à Vladi­mir Poutine.

3. La propa­gande pouti­nienne a tenté de justi­fier l’agres­sion par l’élar­gis­se­ment de l’OTAN à l’est qui aurait ainsi mis en danger l’exis­tence de la Russie. L’OTAN (à laquelle nous nous sommes oppo­sés dès sa créa­tion) est un outil de l’im­pé­ria­lisme améri­cain et de ses alliés, initia­le­ment construit contre l’Union sovié­tique et la Chine commu­niste. Logique­ment, elle aurait dû être dissoute avec la disso­lu­tion du Pacte de Varso­vie en juillet 1991, mais les gouver­ne­ments état­su­niens succes­sifs l’ont non seule­ment péren­ni­sée, mais ont pour­suivi son exten­sion. Nous reje­tons la logique compé­ti­tive des pouvoirs des États capi­ta­listes, qui conduit à l’ac­cu­mu­la­tion d’armes toujours plus puis­santes. C’est ce qui motive l’op­po­si­tion à l’OTAN d’une grande partie de la popu­la­tion dans le monde – et ce n’est pas la préoc­cu­pa­tion de Poutine ! Cepen­dant, dans certains pays, qui avaient été colo­ni­sés par le tsarisme ou assujet­tis par l’URSS, l’adhé­sion à l’OTAN a été soute­nue par leurs popu­la­tions dans l’es­poir qu’elle proté­ge­rait leur indé­pen­dance. Nous défen­dons au contraire l’éra­di­ca­tion des inéga­li­tés, le néces­saire déve­lop­pe­ment social, envi­ron­ne­men­tal et démo­cra­tique comme moyen de défendre la paix.

La lutte contre l’ex­ten­sion de l’OTAN à l’Est passe aujourd’­hui par la défense intran­si­geante des droits natio­naux et démo­cra­tiques des peuples mena­cés par l’im­pé­ria­lisme russe.

Nous exigeons la disso­lu­tion de l’OTAN, mais ce n’est pas la ques­tion que pose la tenta­tive d’an­nexion de l’Ukraine par l’im­pé­ria­lisme russe, qui nie l’exis­tence même de cette nation – Poutine prétend qu’elle est une pure inven­tion de Lénine et des bolche­viks. L’im­pé­ria­lisme améri­cain ne fait que profi­ter de la fuite en avant du nouveau tsar du Krem­lin.

Nous soute­nons le droit à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion du peuple ukrai­nien et la protec­tion des droits des mino­ri­tés natio­nales du pays. Ni la Russie ni l’OTAN ne défen­dront ces droits. Nous exigeons le déman­tè­le­ment de toutes les bases mili­taires en dehors de leur pays d’ori­gine, la disso­lu­tion de l’OTAN diri­gée par les États-Unis et de l’OTSC diri­gée par la Russie. La menace de l’uti­li­sa­tion d’armes nucléaires doit être ferme­ment reje­tée à tous les niveaux.

À l’heure où l’ur­gence abso­lue au niveau mondial devrait être la lutte contre le chan­ge­ment clima­tique accé­léré, le déve­lop­pe­ment par les impé­ria­listes d’aven­tures mili­taires et de systèmes d’armes toujours plus sophis­tiqués montre la néces­sité pour les peuples de desti­tuer leurs diri­geants irres­pon­sables et de chan­ger le fonc­tion­ne­ment de la société : contre la compé­ti­tion géné­ra­li­sée dont le capi­ta­lisme est porteur, impo­sons la logique de la soli­da­rité !

4. Alors qu’en 1968 lors de l’in­va­sion de la Tché­co­slo­vaquie on a compté sur les doigts d’une main les coura­geux oppo­sants russes, le jour même de l’in­va­sion de l’Ukraine des milliers de personnes sont descen­dues dans les rues d’une cinquan­taine de villes russes, braver les auto­ri­tés pour protes­ter contre l’at­taque de l’Ukraine ordon­née par Vladi­mir Poutine. « Non à la guerre ! », scan­daient les mani­fes­tant∙es, en majo­rité jeunes, qui s’étaient rassem­blés dans l’après-midi et en début de soirée dans les rues et sur les places centrales de Moscou, Saint-Péters­bourg, Novos­si­birsk, Ekate­rin­bourg, Kras­no­dar ou encore Mour­mansk. En 2014, parmi la popu­la­tion russe il y avait un soutien géné­ra­lisé à l’an­nexion de la Crimée, aujourd’­hui il y a une contes­ta­tion même au sein de l’es­ta­blish­ment, cela pour­rait conduire à la chute de Poutine.

170 jour­na­listes russes et experts spécia­listes de la poli­tique étran­gère de la Russie ont rédigé une lettre ouverte condam­nant l’opé­ra­tion mili­taire lancée par la Fédé­ra­tion de Russie en Ukraine. « La guerre n’a jamais été et ne sera jamais une méthode de réso­lu­tion des conflits et rien ne la justi­fie », ont-ils écrit.

Dès le premier jour des mani­fes­ta­tions, le régime a procédé des milliers d’ar­res­ta­tions et la police a bruta­lisé les mani­fes­tant∙es arrê­tés. Il a égale­ment ordonné de limi­ter l’ac­cès aux réseaux sociaux, accu­sés de « viola­tion des droits humains et liber­tés fonda­men­tales ainsi que des droits et liber­tés de citoyens russes » !

Malgré la répres­sion, un mouve­ment anti-guerre conti­nue à se déve­lop­per en Russie ! Il mérite la soli­da­rité du mouve­ment ouvrier mondial.

5. Face à la guerre en Ukraine, il est de la respon­sa­bi­lité de tou∙­te∙s les mili­tants du mouve­ment ouvrier et des mouve­ments sociaux, de celles et ceux qui se sont mobi­li­sés contre la guerre, de soute­nir la résis­tance de la nation ukrai­nienne oppri­mée. Pour arrê­ter cette guerre il faut sanc­tion­ner le régime de Poutine et aider l’Ukraine à faire face à l’agres­sion.

• Retrait immé­diat des forces armées russes de tout le terri­toire ukrai­nien, y compris des zones occu­pées depuis 2014.

Soli­da­rité et soutien à la résis­tance armée et non armée du peuple ukrai­nien. Livrai­son d’armes à la demande du peuple ukrai­nien pour lutter contre l’in­va­sion russe de son terri­toire. Il s’agit d’une soli­da­rité élémen­taire avec les victimes de l’agres­sion d’un adver­saire beau­coup plus puis­sant.

Soutien à toutes les formes d’auto-orga­ni­sa­tion pour l’aide mutuelle et la résis­tance de la popu­la­tion ukrai­nienne.

Soutien aux sanc­tions contre la Russie récla­mée par la résis­tance ukrai­nienne, pour limi­ter la capa­cité de Poutine à pour­suivre l’in­va­sion en cours et sa poli­tique belli­ciste en géné­ral. Rejet de toute sanc­tion qui frappe le peuple russe plus que le gouver­ne­ment et ses oligarques.

Ouver­ture des fron­tières pour accueillir les popu­la­tions qui doivent fuir la guerre en leur appor­tant l’aide concrète néces­saire à court et à plus long terme, en tenant compte notam­ment du fait que la grande majo­rité sont des femmes et des enfants.

Annu­la­tion de la dette ukrai­nienne, aide huma­ni­taire directe aux orga­ni­sa­tions civiles, syndi­cales et popu­laires en Ukraine !

Soli­da­rité inter­na­tio­na­liste

Nous affir­mons notre pleine soli­da­rité avec ceux qui se mobi­lisent contre la guerre en Russie et ceux qui luttent pour défendre l’in­dé­pen­dance de l’Ukraine.

Les inté­rêts des peuples, comme leur droit à la paix et à la sécu­rité, ne sont pas défen­dus par l’im­pé­ria­lisme améri­cain ou l’OTAN, ni par les impé­ria­lismes russe et chinois. Ces événe­ments extrê­me­ment graves nous rappellent plus que jamais la néces­sité de construire une mobi­li­sa­tion inter­na­tio­na­liste pour donner aux peuples une voix diffé­rente de celle des États et en soli­da­rité avec le peuple ukrai­nien contre toutes les poli­tiques qui l’at­taquent et l’op­priment. Les gouver­ne­ments ne lance­ront pas cette marche vers la paix. Nous devons l’or­ga­ni­ser nous-mêmes.

Non à la répres­sion du mouve­ment anti-guerre en Russie. Cons­trui­sons une soli­da­rité active et visible avec ce mouve­ment. Appe­lons les soldats russes à refu­ser de parti­ci­per à l’in­va­sion et orga­ni­sons la soli­da­rité avec eux, y compris l’asile poli­tique s’ils le demandent.

• Soutien aux forces progres­sistes qui luttent pour la démo­cra­tie et la justice sociale en Ukraine. Cons­trui­sons tous les liens possibles pour déve­lop­per un dialogue avec elles sur la voie à suivre pour une paix juste.

Pour une soli­da­rité inter­na­tio­nale avec notre propre camp social ! Cons­trui­sons des liens entre les mouve­ments popu­laires et ouvriers qui luttent pour la démo­cra­tie et la justice sociale en Russie, en Ukraine et dans d’autres pays de la région ainsi qu’au niveau inter­na­tio­nal.

• Seule la classe ouvrière inter­na­tio­nale, luttant ensemble avec tous les oppri­mé·es et exploi­té·es, pour la paix et contre l’im­pé­ria­lisme, contre le capi­ta­lisme et contre la guerre, peut créer un monde meilleur.

Le 1er mars 2022

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.