Aller au contenu

Notre-Dame-des-Landes : Victoire …. et vigi­lance !

Tract d’En­semble! 44 appe­lant au rassem­ble­ment du 10 février prochain à Notre-Dame-des-Lande.

Un immense soula­ge­ment et une grande satis­fac­tion, c’est ainsi que les mili­tant-e-s qui luttent depuis des années contre le projet de Notre Dame des Landes accueillent l’an­nonce de l’aban­don du projet par le gouver­ne­ment. Mais, ils et elles savent aussi que la vigi­lance est néces­saire alors qu’un déploie­ment de forces poli­cières sans précé­dent se met en place.

Victoire
Notre collec­tif ENSEMBLE 44 a produit une bande­role que nous mettons en avant dans toutes les manifs : « Notre Dame des Landes, culture de résis­tances ».  En effet, cette lutte est un puis­sant symbole de ce que nous refu­sons et de ce que nous dési­rons, avec des dizaines de milliers, si souvent venu-e-s mani­fes­ter de toute la France et d’autres pays à nos côtés.

La résis­tance au projet d’aé­ro­port c’est le refus des déci­sions impo­sées avec un semblant de démo­cra­tie, sous la pres­sion des groupes capi­ta­listes les plus influents. La commis­sion mise en place par Nico­las Hulot a confirmé, avec ses propres termes, le carac­tère incom­plet et menson­ger du proces­sus qui avait amené à la déci­sion de construire NDL. C’est avant tout le refus de la destruc­tion de notre envi­ron­ne­ment par ces projets qui ne prennent en compte ni la préser­va­tion du vivant, ni le risque mortel de la dégra­da­tion clima­tique. L’aban­don de Notre Dame des Landes est une victoire essen­tielle de l’éco­lo­gie et de la préser­va­tion indis­pen­sable des terres nour­ri­cières.
Mais cette lutte est aussi un exemple par son mode d’or­ga­ni­sa­tion, très démo­cra­tique, asso­ciant indi­vidu-e-s, asso­cia­tions, partis poli­tiques, syndi­cats, notam­ment la Confé­dé­ra­tion paysanne. Une lutte orga­ni­sée par des assem­blées géné­rales régu­lières et déci­soires. Ce mouve­ment a aussi provoqué des chan­ge­ments dans le mouve­ment syndi­cal, la CGT de Loire Atlan­tique ayant ayant évolué vers le soutien au réamé­na­ge­ment de l’aé­ro­port de Nantes-Atlan­tique, après un débat très appro­fondi sur le fond. Une partie du PCF s’est rebel­lée contre la posi­tion pro-aéro­port de la direc­tion dépar­te­men­tale de Loire Atlan­tique (certain-e-s ayant quitté le parti), notam­ment les mili­tant-e-s impliqué-e-s dans Front Commun. Les Fédé­ra­tions de Vendée et du Morbi­han étaient, elles, contre NDL.

Quant à la ZAD, qu’une partie de la presse a régu­liè­re­ment cari­ca­tu­rée, elle est le théâtre d’une agri­cul­ture qui respecte l’en­vi­ron­ne­ment, qui se préoc­cupe du vivant. La vie quoti­dienne y est orga­ni­sée selon des prin­cipes auto­ges­tion­naires qui nous sont chers. Pour ces raisons et aussi parce que, sans elle, nous n’au­rions sans doute pas gagné, nous consi­dé­rons que celles et ceux qui y pratiquent ce mode de vie et cette agri­cul­ture – là doivent pouvoir y rester.

Vigi­lance
C’est bien pour cela que la vigi­lance doit accom­pa­gner notre joie. Parce que les défen­seurs de l’ « ordre », qui ne se préoc­cupent pas des désordres écolo­giques qu’ils occa­sionnent, veulent envoyer flics et gendarmes sur la ZAD. Ils sont en train de mettre en place une mobi­li­sa­tion poli­cière sans précé­dent, sans doute pour montrer la puis­sance de l’Etat et faire oublier qu’il vient de recu­ler devant la mobi­li­sa­tion popu­laire. Mais cette force, le gouver­ne­ment peut vouloir la faire agir et déchaî­ner la violence.

Celles et ceux qui se sont battu-e-s contre ce projet inutile et dange­reux vont donc conti­nuer à rester mobi­lisé-e-s dans les semaines et les mois à venir. Pour que les occu­pant-e-s de la ZAD puissent conti­nuer à y vivre. Quitte à déga­ger la route barrée de chicanes, dont les défenses deviennent inutiles puisque l’aé­ro­port ne se fait pas. Le mouve­ment anti-aéro­port vient de décla­rer : « En ce qui concerne la ques­tion de la réou­ver­ture de la route D281, fermée par les pouvoirs publics en 2013, le mouve­ment s’en­gage à y répondre lui-même ».

Cette mobi­li­sa­tion de victoire et de vigi­lance se traduira par le rassem­ble­ment du 10 février prochain sur la ZAD. ENSEMBLE 44 y sera, bien sûr, comme toujours, avec tous et toutes les cama­rades de cette lutte magni­fique.

Une victoire qui en appelle d’au­tres…
Notre Dame des Landes est un symbole de nos luttes pour défendre notre envi­ron­ne­ment et pour préser­ver nos vies de la toute – puis­sance du capi­tal : c’est une énorme victoire. Mais c’est surtout un encou­ra­ge­ment à toutes nos luttes à venir, et elles sont nombreuses. Citons une fois encore le mouve­ment anti-aéro­port : « Nous souhai­tons par ailleurs, en cette jour­née mémo­rable, adres­ser un fort message de soli­da­rité vis-à-vis d’autres luttes contre des grands projets destruc­teurs et pour la défense de terri­toires mena­cés. »

En effet, pour les oppo­sant-e-s aux Grands Projets Inutiles et Impo­sés, comme le projet d’en­fouis­se­ment de déchets nucléaires de Bure, au projet Europa city à Gonesse, à la ligne LGV Lyon-Turin…, pour celles et ceux qui combattent depuis des années contre le nucléaire, contre les dangers morti­fères que repré­sente le dérè­gle­ment clima­tique amené par le produc­ti­visme capi­ta­liste, la victoire de Notre Dame des Landes est un encou­ra­ge­ment à conti­nuer la résis­tance.

Et si cela pouvait rappe­ler que la lutte peut payer ! Cela permet­trait de relan­cer les actions des travailleurs-euses et privé-e-s de travail, des jeunes, des retraité-e-s… contre les projets de régres­sion sociale de ce gouver­ne­ment.

Ensemble 44

Tract à télé­char­ger

Cliquer pour accé­der à NDL-TRACT.pdf

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.