Aller au contenu

Où l’on conti­nue à prendre les vessies du capi­tal pour des lanternes de l’His­toire

Réponse de l’au­teur de l’ar­ticle Réflexions après la confé­­rence de Vincent Sizaire : sortir de l’im­­pos­­ture sécu­­ri­­taire aux deux premiers commen­taires postés.

Réponse de l’au­teur de l’ar­ticle Réflexions après la confé­­rence de Vincent Sizaire : sortir de l’im­­pos­­ture sécu­­ri­­taire aux deux premiers commen­taires postés.

Cher Pascal

Ton commen­taire me gêne, car tu sembles vouloir me critiquer (merci pour la préci­sion qui, pour être dite, tant à dire que si subjec­ti­ve­ment je ne tente évidem­ment pas de réha­bi­li­ter le point de vue stali­nien, il reste que objec­ti­ve­ment, en ne recon­nais­sant pas l’au­to­no­mie juri­dique… J’y revien­drai), tout en ne compre­nant pas ce que je dis.

Tu commences par défi­nir ce qui te semble le problème : une alter­na­tive entre « la simple réfrac­tion de la soumis­sion » à la bour­geoi­sie et « la possi­bi­lité de critères univer­sels du bien ». Outre que l’al­ter­na­tive semble repo­ser sur une construc­tion volon­ta­riste, je ne sais pas ce que c’est des « critères univer­sels du bien ». Je laisse ce bien, par construc­tion univer­sel dans son oppo­si­tion au mal, au Reagan, Bush et autres fous de Dieu.

1) Je me méfie du discours philo­so­phique fondé sur des univer­saux dont on ne sait rien sur les origines. Je préfère partir des « certi­tudes de soi » (je parle de sens vital ou d’iden­tité vitale spéci­fique) déter­mi­nées, produc­trices du sens de l’agir, avant de se reflé­ter dans la pensée en des « normes évidentes » et par cela procla­mées univer­selles. Ce sont ces évidences norma­tives qu’il faut ques­tion­ner pour ne pas tomber dans leur piège, et cela suppose de les renvoyer à leurs « certi­tudes de soi ». Quand Marx dit que la bour­geoi­sie qui fait la révo­lu­tion se voit univer­selle, ce n’est pas parce qu’elle fait la révo­lu­tion qu’elle se voit ainsi, mais parce que s’im­posent à elle ces normes qui lui paraissent néces­sai­re­ment univer­selles et au nom desquelles elle fait la révo­lu­tion. Cette anté­rio­rité des normes se montre par le fait que ce sont juste­ment les bour­geoi­sies qui n’ont pas eu à faire leur révo­lu­tion, qui en sont les premières porteuses (États-Unis). La critique de ces normes comme pure idéo­lo­gie, pure construc­tion de pensée par des idéo­logues pour justi­fier, après coup, un pouvoir, a notam­ment la faiblesse de lais­ser filtrer des idéo­lo­gies qui nous traversent pour habi­ter notre propre agir, puisque nous agis­sons dans le système, de les loca­li­ser approxi­ma­ti­ve­ment (par exemple le sexisme comme super­struc­ture du mode de produc­tion capi­ta­liste, alors que l’on sait main­te­nant que leur origine est autre…).

J’ai dit que le mouve­ment ouvrier avait pris les vessies du capi­tal pour des lanternes de l’His­toire, en confon­dant l’his­toire propre du capi­tal avec l’His­toire, et ce en tombant dans le piège de la ratio­na­lité du travail, ce sens de l’agir du bour­geois, capi­ta­liste en herbe. C’est ce qu’on appelle le renver­se­ment maté­ria­liste opéré par Marx, qui consiste, jusque dans la première édition alle­mande du Capi­tal (l’édi­tion française étant celle du dernier Marx), à faire du travail hégé­lien, non plus une caté­go­rie de l’Es­prit mais de l’His­toire et, à ce titre, lui donnant sens en une dialec­tique des forces produc­tives et des rapports de produc­tion.

2) C’est ce discours que je critique et que tu repro­duis un peu trop faci­le­ment en disant que « des phrases des Lumières », d’« inspi­ra­tion bour­geoise » au XVIIIe siècle, « peuvent être deve­nues à poten­tiel univer­sa­liste de nos jours ». Pour que de telles phrases d’ins­pi­ra­tion bour­geoise puissent deve­nir…, il faut lire une histoire ou le capi­ta­lisme a un rôle histo­rique à jouer comme moment néces­saire, ouvrant au socia­lisme par ses contra­dic­tions internes.

Et de ce point de vue, ta dernière phrase est assez éclai­rante : « Les réfé­rences aux Lumiè­res… à distance histo­rique de sa produc­tion d’idées ». Les lumières sont donc d’abord « une produc­tion d’idées » d’ins­pi­ra­tion bour­geoise, soit une pure idéo­lo­gie. Mais avec la distance histo­rique, elles peuvent être deve­nues à poten­tiel univer­sa­liste. La simple distance histo­rique en reste aux Lumières qui peuvent être… mais ne sont pas que cela. Le même discours est (peut-être) et n’est pas. C’est la figure de la contra­dic­tion hégé­lienne, qui est celle d’une dialec­tique de la néces­sité histo­rique.

Ton texte alterne des affir­ma­tions et des « peut-être » poin­tant des possi­bi­li­tés. Je crois voir dans ce couple certi­tudes/ possi­bi­li­tés comme certi­tudes atté­nuées,, l’in­fluence de la pensée de Daniel Bensaïd, que tu a lu, je sais. En effet, celui-ci rejette certes le déter­mi­nisme histo­rique et la certi­tude dont il est porteur, on ne peut pas moins, mais tout en conser­vant le sens de l’his­toire porteuse de possi­bi­li­tés dont nous devons être à l’écoute. La simple « distance histo­rique » laisse à l’his­toire un rôle d’ef­fec­tua­tion qui appar­tient à son sens. Mais « l’his­toire ne fait rien, ce sont les hommes qui font l’his­toire » (Marx-Engels repris par Daniel). Elle ne fait que nous donner des possibles que nous devons saisir pour les réali­ser, un peu comme, depuis le Para­dis perdu, Dieu nous laisse la liberté, et donc la possi­bi­lité, de réali­ser son royaume sur terre. La certi­tude est celle que l’his­toire fait son chemin, tracé par la vérité dont elle est porteuse. Car pour être l’his­toire de la lutte des classes, elle ne peut, en dernier ressort, être trom­pée par l’ir­ra­tio­na­lité du capi­ta­lisme. On comprend que cette certi­tude objec­tive, dans laquelle on intro­duit la possi­bi­lité subjec­tive, ait conduit Daniel à s’in­té­res­ser de plus en plus à Lénine.

Mais on ne peut se remettre ainsi à cette histoire, car elle est le lieu de la complexité que décrit la confron­ta­tion de sens opposé s. Sens oppo­sés et non pas contra­dic­toires, car la contra­dic­tion est un concept de la dialec­tique alors que l’his­toire n’est pas soumise à celle-ci. En revanche, la logique du capi­tal est inscrite dans une telle dialec­tique. Il n’est en effet de dialec­tique possible qu’en tant que celle d’un seul sens, ce qui est le cas du capi­tal avec son sens unila­té­ral et anes­thé­siant. C’est dans cette histoire complexe que ce sens unila­té­ral du capi­tal cherche à se réali­ser en une « histoire propre », celle décrite plus ou moins par les stades de la soumis­sion formelle et réelle dans Le Capi­tal. C’est le Marx habité d’une philo­so­phie de l’His­toire qui souhai­tait la trans­for­ma­tion des oppo­si­tions externes en contra­dic­tion interne. Ce fut fait, mais non pas pour l’His­toire mais pour cette histoire propre du capi­tal. Car ces exté­rio­ri­tés porteuses d’autres sens inter­viennent, pour le capi­tal, comme des restes qu’il cherche à soumettre, après avoir dû les utili­ser comme des « béquilles ». J’ai appelé cela l’en­tre­prise d’anes­thé­sie de l’ul­tra­li­bé­ra­lisme. On a un temps cru que celui-ci n’était qu’une nouvelle idéo­lo­gie du capi­tal, une simple « produc­tion d’idées ». On commence à se rendre compte qu’il s’agit bien plus que cela. Au même titre que les Lumières ne sont pas une simple « produc­tion d’idées » il faut renvoyer cette pensée au sens vital qui la fonde.

3) Quant à l’auto­no­mie du juri­dique que tu « affirmes », tu sembles croire que je ne la recon­nais pas. Certes, je ne me contente pas de l’af­fir­mer, je cherche à la défi­nir en sa signi­fi­ca­tion, en tant qu’ex­pres­sion d’autre sens que celui du capi­tal dans le champ de l’his­toire concrète et complexe. En tant qu’en celui-ci, ceux-ci s’ex­prime aussi, il y a de l’au­to­no­mie, plus ou moins, un peu partout. Et heureu­se­ment car sinon il n’y aurait plus qu’à mettre la clé sous la porte. Le refus de l’au­to­no­mie du juri­dique parti­ci­pait d’une confu­sion entre la logique dialec­tique du capi­tal et celle de l’His­toire, confu­sion morti­fère comme on l’a vu. Mais de là à en prendre le contre­coup en l’af­fir­mant, c’est la marque d’une impuis­sance à s’ex­traire d’une logique qui n’est pas la nôtre, pour conser­ver du sens à l’his­toire.

4) Dans son commen­taire, Thierry me semble avoir mieux compris le sens de mes propres réflexions. Une remarque toute­fois : « l’as­pi­ra­tion au bien vivre asso­ciée au prin­cipe de justice sociale et d’éga­lité en droit reste univer­selle, d’ac­tua­lité et à défendre ». Encore une fois l’uni­ver­sel ! On pour­rait dire que c’est l’ aspi­ra­tion qui, en tant que telle,est univer­selle. Mais qu’est-ce qu’une forme sans contenu ? Et alors on peut dire que l’as­pi­ra­tion au bien vivre est aussi celle du consu­mé­riste qui passe ses week-ends à se prome­ner dans les grandes surfa­ces… Les prin­cipes de justice sociale et d’éga­lité en droit, c’est aussi cela que Macron va faire valoir pour tenter d’ali­gner le public sur le privé… Quant au besoin de liberté, les sala­riés des start-up (cet idéal des rapports sociaux à la Macron), se sentent à ce point « libres » que, inter­ro­gés, le code du travail leur appa­raît comme un carcan d’un autre siècle. Bref, voilà aussi le « poten­tiel univer­sa­liste de nos jours ». Et ce sont les « phrases des Lumières » du XVIIIe siècle qui peuvent deve­nir… Voilà ce dont accouche la simple « distance histo­rique », pour être effec­ti­ve­ment une simple distance, c’est-à-dire une histoire lais­sée à elle-même, mais biai­sée à la base pour être hantée par un sens vital domi­nant. Domi­nant à ce point qu’il nous a imposé ses évidences (en premier lieu le travail comme sens de l’his­toire), au point d’être, au final, en train de nous impo­ser ses logiques. On recherche la Vérité, et celle-ci est, tauto­lo­gique­ment parlant, univer­selle. La Vérité de l’His­toire est le socia­lisme en tant que celle-là nous y conduit. Cons­ta­tons humble­ment que l’his­toire n’a pas de sens, qu’elle reste ouverte sur un « socia­lisme ou barba­rie ». Si on entend l’uni­ver­sel comme une passion parta­gée à faire valoir, celle-ci n’ap­pa­raît pas spon­ta­né­ment, et de ce point de vue il faut cesser de vouloir poin­ter un univer­sel comme la Vérité, c’est-à-dire porté par une philo­so­phie de l’his­toire, ou le sens de l’his­toire .Car l’uni­ver­sa­lité n’a, en tant que telle, rien de clivant pour être l’apa­nage de la « Vérité ».Elle « inté­resse » tout autant le néoli­bé­ra­lisme qui la convoque contre nous, aussi bien d’un point de vue quan­ti­ta­tif (au nom de la « vérité » de sa mondia­li­sa­tion contre notre parti­cu­la­rité : voyez ce qui se fait ailleurs…) que quali­ta­ti­ve­ment (c’est la « moder­nité » progres­siste de sa « norme évidente » contre notre « conser­va­tisme »).

Alors « comment » ? D’une manière très géné­rale, en donnant du contenu à l’éman­ci­pa­tion et non à des univer­saux peu maîtri­sés et maîtri­sables en tant que tels. Cela en recon­nais­sant que les « autres sens » ne sont pas tous posi­tifs (soli­da­rité, etc.), mais aussi néga­tifs (racisme, sexisme, homo­pho­bie, etc.), et en nous gardant bien des sirènes trop prenantes de l’uni­di­men­sion­nel. En la matière, je suis d’ac­cord avec toi, Thierry : mon texte à la fois « éclaire et nous laisse sur la faim ».

Mais de quelle faim s’agit-il ? Si c’est celle qui me deman­de­rait de déve­lop­per plus, je ne peux que renvoyer à mes deux livres (tout en remer­ciant Pascal de m’avoir obligé de déve­lop­per « un peu plus », et en espé­rant ne pas avoir été trop « chiant »). Si c’est celle qui me deman­de­rait de déve­lop­per le comment ?, J’ai la faiblesse de croire que j’ai quelques « billes » pour éclai­rer (se garder des sirè­nes…), mais j’ai le réalisme de savoir que je n’ai ni les possi­bi­li­tés ni la préten­tion de répondre au comment ? Il s’agit d’une œuvre collec­tive faisant appel à toutes les expé­riences,bref d’une œuvre poli­tique dont Ensemble ! me semble être, actuel­le­ment, le cadre le plus appro­prié pour la réali­ser.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.