Aller au contenu

Péti­tion! Grève de la faim à Calais : arrêt de la maltrai­tance des personnes exilées

https://www.change.org/p/emma­nuel­ma­cron-gr%C3%A8ve-de-la-faim-%C3%A0-calais-arr%C3%AAt-de-la-maltrai­tance-des-personnes-exil%C3%A9es-faimaux­fron­tieres?utm_source=share_peti­tion&utm_medium=custom_url&recrui­ted_by_id=fb713370–2bf3–11ec-8066-d9f45f352cf8

Suite au drame de la mort de Yasser, jeune souda­nais, la semaine dernière, face à la constante dégra­da­tion des condi­tions de vie des personnes exilées à Calais, alors que le harcè­le­ment dont elles font l’objet est quoti­dien et que la violence exer­cée par l’Etat est toujours plus forte : Philippe, Anaïs et Ludo­vic ont entamé une grève de la faim depuis le lundi 11 octobre à l’église Saint-Pierre de Calais.

Depuis plusieurs années, des asso­cia­tifs, des mili­tants et des personnes exilées alertent sur la situa­tion inhu­maine qui s’ins­crit dans le Calai­sis. Nous assis­tons quoti­dien­ne­ment à des formes de violences psycho­lo­giques et physiques à l’en­contre des personnes exilées : expul­sions toutes les 48h voire quoti­diennes ; confis­ca­tion et destruc­tion des effets person­nels ; multi­pli­ca­tion des arrê­tés anti-distri­bu­tion de nour­ri­ture et d’eau ; humi­lia­tions ; coups et bles­sures de la part des forces de l’or­dre…

Et l’es­ca­lade de la violence ne s’ar­rête pas. Il y deux semaines, des nouvelles mesures ont été mises en place. A quatre reprises, l’État a posé des rochers sur un lieu de distri­bu­tion de Coquelles empê­chant tout accès aux asso­cia­tions pour distri­buer des denrées de première néces­sité aux personnes exilées. Des inter­dic­tions se sont multi­pliées ensuite sur l’en­semble des lieux de vie des personnes, rendant illé­gales toutes distri­bu­tions.

Depuis les années 1990, cette poli­tique de non-accueil a entraîné plus de 300 décès. La semaine dernière encore, Yasser est mort écrasé par un camion. Il voulait rejoindre son rêve, l’An­gle­terre avec l’es­poir d’une vie meilleure.

Face à ce constat alar­mant, l’État a été inter­pellé mais aucune réponse satis­fai­sante n’a été  appor­tée. Aucun dialogue n’étant possible, 3 calai­siens ont décidé d’en­ta­mer une grève de la faim qui pren­dra effet lundi 11 octobre 2021 à Calais avec pour attentes :

  • Suspen­sion des expul­sions quoti­diennes et des déman­tè­le­ments de campe­ments durant la trêve hiver­nale
  • Durant cette même période, arrêt de la confis­ca­tion des tentes et des effets person­nels des personnes exilées
  • Ouver­ture d’un dialogue citoyen raisonné entre auto­ri­tés publiques et asso­cia­tions non manda­tées par l’État, portant sur l’ou­ver­ture et la loca­li­sa­tion de points de distri­bu­tion de tous les biens néces­saires au main­tien de la santé des personnes exilées.

Les consciences humaines s’ha­bi­tuent à tout, même à l’in­to­lé­rable. Cette grève de la faim vise à réveiller les intel­li­gences, et à faire entendre à nouveau le carac­tère scan­da­leux et propre­ment inima­gi­nable, dans un pays comme la France, en 2021, de la condi­tion à laquelle sont réduits, volon­tai­re­ment, les personnes exilées par la puis­sance publique.

Signez et parta­gez : #FaimAuxF­ron­tieres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.