Aller au contenu

Plus de mille signa­tures en un jour : la divi­sion ne passera pas par moi !

Il faut unir nos forces pour une alter­na­tive à gauche. Après un quinquen­nat cala­mi­teux, le pire semble aujourd’­hui possible. Avec un FN en voie de bana­li­sa­tion. Avec une droite extrê­mi­sée que Hollande et Valls décom­plexent. Avec l’au­to­ri­ta­risme du 49.3.

Le pire semble aujourd’­hui possible. Face à la violence des licen­cie­ments, du chômage, des CDD à perpé­tuité, des vies empê­chées, ruinées, des campe­ments de migrants évacués sans solu­tion, vouloir impo­ser « l’iden­tité française », le burkini, l’is­lam, la natio­na­lité (et sa déchéance) au cœur des débats poli­tiques. Face au terro­risme, pour exas­pé­rer les peurs, la fuite en avant sécu­ri­taire, inef­fi­cace. Et sur l’éco­lo­gie, surtout ne rien faire ou plutôt faire le contraire de ce que l’on proclame !

Cela doit cesser. Sans attendre. Depuis trop long­temps F. Hollande chante du Joe Dassin au Medef : « on ira où tu voudras quand tu voudras ».

Nous appe­lons à l’ef­frac­tion citoyenne, au soulè­ve­ment du peuple de gauche qui refuse cette situa­tion, de ce peuple arc-en-ciel où depuis toujours, pour chaque conquête sociale, toute liberté gagnée, se mêlent les socia­listes qui refusent le libé­ra­lisme, les écolo­gistes, les fémi­nistes, les commu­nistes, les liber­taires, les alter­mon­dia­listes, nous tous, sala­riés, privés d’em­ploi, retrai­tés, jeunes, rassem­blés contre la loi travail, rassem­blés contre le nucléaire, rassem­blés contre la ferme­ture des usines, des mater­ni­tés, des classes, des services publics qui protègent ceux qui n’ont rien, rassem­blés contre le loge­ment cher et les morts dans la rue, rassem­blés contre la crimi­na­li­sa­tion des résis­tances sociales, des sans-papiers, des sans-emplois stig­ma­ti­sés, aban­don­nés, rassem­blés pour l’éga­lité des droits entre homos et hété­ros…

Pour 2017, les urgences, nous les connais­sons. Nous sommes d’ac­cord sur ce qui peut faire pacte commun. D’ac­cord, pour abro­ger la loi El Khomri et construire des droits protec­teurs, pour augmen­ter forte­ment le Smic, les mini­mas sociaux et les retraites, pour que le CDI rede­vienne la norme, pour inter­dire les licen­cie­ments collec­tifs quand sont versés des divi­dendes aux action­naires, etc… D’ac­cord, pour renfor­cer l’ISF, accroître l’im­pôt progres­sif car il redis­tri­bue, refu­ser les dettes publiques illé­gi­times, ne plus admettre des reve­nus supé­rieurs à 20 fois le Smic, etc… D’ac­cord pour boos­ter le ferro­viaire, d’ac­cord pour une plani­fi­ca­tion écolo­gique, la sortie du nucléaire, lutter d’ar­rache-pied contre le réchauf­fe­ment du climat, etc…D’ac­cord pour abolir le traité budgé­taire euro­péen, rené­go­cier les dettes en Europe, en finir avec les para­dis fiscaux, accueillir les migrants, ne pas appliquer la direc­tive euro­péenne sur les travailleurs déta­chés, aban­don­ner l’agri­cul­ture produc­ti­viste au profit d’une agri­cul­ture biolo­gique et paysanne. D’ac­cord pour en finir avec ces guerres perpé­tuelles où l’Etat français sert de vitrine aux multi­na­tio­nales françaises de l’ar­me­ment et sert Areva, Total, etc…D’ac­cord sur des droits nouveaux pour les sala­riés dans l’en­tre­prise, des droits contre le contrôle au faciès et pour le droit de vote des étran­gers, d’ac­cord pour une 6ème Répu­blique, etc… Oui, il y a beau­coup d’etc, énor­mé­ment d’etc…­car il y a tant d’ac­cords.

Et pour­tant, alors que la gauche anti­li­bé­rale et écolo­gique est d’ac­cord sur l’es­sen­tiel, les candi­da­tures se multi­plient avec le risque que l’al­ter­na­tive à gauche devienne inau­dible. Il faut se taire, s’y rési­gner ? Eh bien, non ! Nous ne nous rési­gnons pas. Le peuple de gauche doit se lever, dans toutes ses couleurs, toutes ses histoires, sala­riés et retrai­tés qui savent ce que perdre signi­fiera, fémi­nistes qui savent les reculs à venir, écolo­gistes qui savent qu’il faut chan­ger vite.

Nous allons propo­ser, construire l’union, forcer à l’union. En signant en masse cette tribune-péti­tion, qui dit simple­ment : « pour 2017, il faut une seule candi­da­ture de l’al­ter­na­tive à gauche, nous avons trop de points d’ac­cord ! ». Si nous sommes des centaines de milliers à la récla­mer, elle s’im­po­sera.

Déjà loca­le­ment, des conver­gences, des regrou­pe­ments, se montent pour stop­per la désunion. Le 12 novembre, nous nous retrou­ve­rons, venus de tout le pays, ensemble, dans cette conven­tion qui fabriquera et portera une plate­forme de mesures d’ur­gence pour la prochaine manda­ture. Nous ne gagne­rons 2017 qu’en conju­guant nos couleurs en une seule campagne collec­tive.

Premiers signa­taires : Etienne Bali­bar (philo­sophe), Jacques Bidet (philo­sophe), Alima Boume­diene-Thiery (avocate), Patrick Braoue­zec (député hono­raire), Pierre Cours-Salies (socio­logue), Laurent Eyraud-Chaume (comé­dien), Robert Guédi­guian (cinéaste), Alain Hayot (socio­logue), Anne Jollet (histo­rienne), Pierre Khalfa (co-président de la Fonda­tion Coper­nic), Rémi Lefebvre (poli­tiste), Ben Lefe­tey (mili­tant alter­mon­dia­liste), Noël Mamère (député écolo­giste), Philippe Marlière (poli­tiste), Gérard Mordillat (écri­vain), Jean-Pierre Petit (musi­cien), Domi­nique Noguères (avocate), Willy Pelle­tier (coor­di­na­teur géné­ral de la Fonda­tion Coper­nic), Jean-François Pellis­sier (co-porte-parole d’En­semble), Marie-Chris­tine Vergiat (dépu­tée euro­péenne Front de Gauche), Marie-Pierre Vieu (conseil natio­nal du PCF), Sophie Wahnich (histo­rienne), Pierre Zarka (ancien direc­teur du jour­nal L’Hu­ma­nité), Malika Zediri (asso­cia­tion chômeurs APEIS)

Lieu et horaire du samedi 12 novembre, 10 heures – 18 heures : salle des fêtes de l’Hô­tel de Ville, Montreuil, place Jean Jaurès, 93 100 Montreuil / Ligne 9, station Mairie de Montreuil. Entrée libre. Venez nombreuses et nombreux !

Pour toute infor­ma­tion, voir : http://www.appel­des100.org

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.