Aller au contenu

Primaire : pour une gauche franche

Le point de vue de Clémen­tine Autain

L’idée d’une « primaire des gauches » a le mérite de cher­cher une dyna­mique pour 2017, mais ne peut réunir ceux qui soutiennent les orien­ta­tions du gouver­ne­ment et ceux qui s’y opposent. Il faut une autre logique démo­cra­tique, et un autre projet.

L’ap­pel paru dans Libé­ra­tion pour une primaire des gauches a le mérite de secouer le coco­tier. Il pose de fait une ques­tion fonda­men­tale : comment susci­ter un désir, une dyna­mique de gauche en 2017 et ne pas lais­ser le chemin libre au FN et à la droite ?

Hollande, première cible

Les premiers signa­taires – parmi lesquels Thomas Piketty, Michel Wieviorka, Marie Desple­chin, Guillaume Duval, Daniel Cohn-Bendit, Julia Cagé, Domi­nique Méda, Ariane Asca­ride, Philippe Torre­ton, Gérard Aschieiri, Arlette Farge, Barbara Roma­gnan ou encore Romain Goupil – partent d’un juste constat : « Les citoyens sont en état de légi­time défiance vis-à-vis de la poli­tique » et « les gouver­ne­ments s’arc-boutent sur des modèles destruc­teurs, plutôt que de lutter contre les inéga­li­tés sociales, les discri­mi­na­tions, la dégra­da­tion de l’en­vi­ron­ne­ment et l’af­fai­blis­se­ment de la démo­cra­tie ».

La première cible de cet appel est évidem­ment François Hollande. Propo­ser une primaire des gauches, c’est dire que le président sortant n’est pas légi­time pour incar­ner, après trois ans et demi au sommet de l’État, la candi­da­ture de gauche en 2017. Ce n’est pas rien. Propo­ser une primaire comme méthode de dési­gna­tion, c’est aussi consi­dé­rer que le choix d’un-e leader doit être l’af­faire du grand nombre.

Cet appel n’en reste pas moins irréa­liste : il n’y aura pas de primaire des gauches en vue de la prochaine prési­den­tielle. Notons déjà que la proba­bi­lité que François Hollande consente à s’y soumettre est faible. Un président accep­tant une telle mise en concur­rence alors qu’il est en fonc­tion serait une confi­gu­ra­tion inédite et pour le moins éloi­gnée des pratiques de notre Ve Répu­blique… et personne n’a vu François Hollande contes­ter la monar­chie prési­den­tielle en vigueur.

Deux orien­ta­tions incom­pa­tibles

Mais le plus impor­tant est ailleurs : il n’y a pas de cadre commun possible entre ceux qui soutiennent l’orien­ta­tion gouver­ne­men­tale et ceux qui la combattent à gauche. Or, la logique d’une primaire suppose que chaque candi­dat accepte, s’il perd, de mener la campagne aux côtés de celui ou celle qui l’aura gagnée. Imagi­nez-vous Manuel Valls soute­nir Jean-Luc Mélen­chon en 2017 ? Croyez-vous sérieu­se­ment que Pierre Laurent ferait tribune commune avec Emma­nuel Macron ? Pensez-vous crédible de voir les mili­tants du Front de gauche coller les affiches de François Hollande au premier tour de la prési­den­tielle ?

La vie poli­tique réserve parfois, souvent, des surprises, mais elle ne peut s’af­fran­chir des mouve­ments de fond. La réalité à gauche, aujourd’­hui, est celle d’une césure crois­sante entre deux grandes logiques : d’un côté, la réduc­tion des défi­cits publics, la crois­sance pour hori­zon, le contrôle social, le déman­tè­le­ment des droits et des services publics ; de l’autre, une rupture avec la « règle d’or » et le règne de la marchan­dise, la remise en cause des normes néoli­bé­rales, une tran­si­tion éner­gé­tique, de nouveaux droits et liber­tés, une nouvelle Répu­blique. Ces deux orien­ta­tions ne sont pas compa­tibles. Tran­cher entre les deux ne peut se faire à l’oc­ca­sion d’une primaire des gauches car les uns ne se range­ront pas derrière les autres – et réci­proque­ment.

Alors, que faire ? Oui, une gauche est à recons­truire. Oui, pour ce faire, nous avons besoin de la confron­ta­tion d’idées, que les portes et les fenêtres des partis poli­tiques s’ouvrent sur la société, que les citoyennes et citoyens de gauche s’en mêlent, jusqu’au choix de leur leader en 2017. Mais peut-on y parve­nir sur la base d’une démarche commune entre les fossoyeurs de la gauche et ceux qui aspirent à recons­truire une pers­pec­tive fran­che­ment de gauche ? Assu­ré­ment non. C’est pourquoi nous devons trou­ver le moyen de rassem­bler toutes celles et ceux qui, à gauche, sont oppo­sés aux choix gouver­ne­men­taux soute­nus par la direc­tion du PS.

Se fédé­rer dans un cadre inédit

Si la gauche franche, celle qui ne veut ni du Pacte de respon­sa­bi­lité, ni de la déchéance de natio­na­lité, ni des lois Macron, ni de l’État d’ex­cep­tion perma­nent, reste écla­tée, alors le pire est devant nous. Nous avons le devoir de nous fédé­rer dans un cadre inédit, capable de jeter les bases d’un projet commun pour une gauche du XXIe siècle, d’en­clen­cher un proces­sus de refon­da­tion. Comment choi­sir la person­na­lité qui en porte­rait les couleurs en 2017 ? La primaire permet de répondre à la demande crois­sante de parti­ci­pa­tion citoyenne à la vie poli­tique, au-delà des partis exis­tants, et de garan­tir que la concur­rence entre les candi­dats poten­tiels de cette gauche franche ne se termine pas par une multi­pli­cité de candi­da­tures à la prési­den­tielle, affai­blis­sant les chances de comp­ter, de gagner.

Nous connais­sons les limites et les travers de la primaire, notam­ment l’ac­cent mis sur la person­na­li­sa­tion et les critiques entre candi­dats qui peuvent lais­ser des traces, mais quelle autre méthode pour dési­gner une candi­da­ture d’un mouve­ment rassem­blant diffé­rentes forces et sensi­bi­li­tés poli­tiques ? Le consen­sus ? S’il peut faire rêver, il n’est pas gagné… Le tirage au sort ? Il n’est pas prêt de faire consen­sus. Le fait accom­pli par rapport de forces ? Il ne peut être satis­fai­sant. Or il faut bien une méthode pour légi­ti­mer une candi­da­ture, lui donner de la force propul­sive.

Si elle est raccor­dée à la construc­tion d’un mouve­ment poli­tique et asso­ciée à un vaste travail sur le projet, la primaire est sans doute la méthode la plus effi­cace pour tout à la fois assu­rer une candi­da­ture commune à l’en­semble de la gauche qui refuse les choix gouver­ne­men­taux et susci­ter une dyna­mique citoyenne. Au moment où nous sommes dans les choux, c’est à médi­ter sérieu­se­ment.

Clémen­tine Autain. Publié sur le site de Regards.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.