Aller au contenu

« Refu­sons le projet de loi sani­taire et les régres­sions sociales »

Un commu­niqué signé par ATTAC, la CGT, Soli­daires, Ensemble!, Géné­ra­tions, des dépu­tés LFI et PCF, etc., paru le 23 juillet

Le pass sani­taire marquera la vie de millions de Français·es, puisqu’en très peu de temps, et encore plus dès lors que le test PCR ne sera plus gratuit, toute vie sociale et profes­sion­nelle sera contrainte par le fait d’être vacciné. Pour­tant, cette déci­sion a été prise de façon auto­ri­taire, non démo­cra­tique, dans un cadre de déli­bé­ra­tions obscures, celui d’un seul homme : le président de la Répu­blique qui n’aura réuni que le seul Conseil de défense. Elle passe outre toute discus­sion réelle au Parle­ment qui est, une fois encore, consi­dé­rée comme une chambre d’en­re­gis­tre­ment. La démo­cra­tie ne saurait être sacri­fiée, et elle est pour nous plus que jamais la clé pour sortir de cette crise.

Pour­tant, il y a moins d’un mois, Emma­nuel Macron, le ministre de la santé, les député.es de la majo­rité, à l’image de la prési­dente de la commis­sion des lois qui avait même déposé un amen­de­ment pour en figer l’im­pos­si­bi­lité d’avoir une obli­ga­tion publique dans la loi, tou.te.s se disaient oppo­sées à la géné­ra­li­sa­tion du pass sani­taire au nom des liber­tés et indi­vi­duelles tout comme à une vacci­nale. Alors que tout indique que nous avons pour au moins des mois à vivre avec le virus, on ne peut rentrer dans la société du contrôle géné­ra­lisé que le gouver­ne­ment veut impo­ser ainsi à la popu­la­tion.

Une vacci­na­tion large et massive est néces­saire pour combattre cette pandé­mie, à commen­cer par la couver­ture des plus fragiles. Nous nous démarquons de toutes celles et ceux qui font de leur oppo­si­tion fron­tale au vaccin un déver­soir sectaire et complo­tiste et nous dénonçons ferme­ment toute assi­mi­la­tion de la stra­té­gie vacci­nale à la Shoah ou à l’apar­theid.

Une vacci­na­tion large et massive est néces­saire pour combattre cette pandé­mie, à commen­cer par la couver­ture des plus fragiles. Nous nous démarquons de toutes celles et ceux qui font de leur oppo­si­tion fron­tale au vaccin un déver­soir sectaire et complo­tiste et nous dénonçons ferme­ment toute assi­mi­la­tion de la stra­té­gie vacci­nale à la Shoah ou à l’apar­theid.

Le pass sani­taire est anti­so­cial

Nous dénonçons la méthode employée par le gouver­ne­ment, géné­ra­trice de fortes tensions, ce qui est délé­tère en pleine crise épidé­mique. Les premiers leviers acti­vés devraient être un grand débat démo­cra­tique, une infor­ma­tion d’am­pleur, des droits d’uti­li­sa­tion sur le temps de travail pour se faire vacci­ner, une préven­tion notam­ment par la gratuité des masques, une couver­ture bien plus impor­tante des centres de vacci­na­tion et des moyens asso­ciés plus consé­quentsLa corré­la­tion entre la vacci­na­tion et les reve­nus fait dire qu’en l’état actuel le pass sani­taire est anti­so­cial. Ce sont des milliers de milliers de travailleurs·­se·s qui se trouvent contraint·es et mena­cé·es de sanc­tions graves.

Depuis le début de la pandé­mie, les moyens finan­ciers et humains récla­més par les syndi­cats et asso­cia­tions de soignants, pour remettre debout les hôpi­taux publics et soigner correc­te­ment, n’ont pas été octroyés. Il en est de même pour les Ehpad. Pire, dans certains endroits nous consta­tons même que la casse de l’hô­pi­tal public conti­nue (ferme­ture de lits, suppres­sions de poste…).

Et pendant ce temps, la France s’op­pose toujours, avec l’Union euro­péenne, à la levée des brevets au sein de l’Or­ga­ni­sa­tion mondiale du commerce, alors que c’est la seule façon pour que, dans les pays pauvres et émer­gents, les vaccins puissent être fabriqués et distri­bués massi­ve­ment. C’est à la fois une ques­tion de soli­da­rité inter­na­tio­nale, de santé publique et d’ef­fi­ca­cité. Car tant que la pandé­mie ne sera pas réso­lue à l’échelle mondiale, elle ne le sera nulle part.

Enfin, pendant que ces déci­sions heurtent et divisent la popu­la­tion, de graves attaques contre les droits sociaux sont annon­cées. Auto­ri­ta­risme et casse sociale vont de pair. La réforme régres­sive de l’as­su­rance-chômage serait enté­ri­née dès le 1er octobre, dimi­nuant forte­ment les durées et les montants des allo­ca­tions des chômeurs. Et Emma­nuel Macron a confirmé sa volonté de repor­ter l’âge légal de départ en retraite et la fin de tous les régimes spéciaux. Alors que le patri­moine cumulé des 500 plus grandes fortunes de France a augmenté de 30% en 2020, le gouver­ne­ment ne revient aucu­ne­ment sur toutes les largesses qu’il leur a accor­dées depuis le début du quinquen­nat et veut faire payer la crise aux chômeurs et aux retrai­tés. A l’in­verse, nous deman­dons que soient mis à contri­bu­tion, bien davan­tage qu’aujourd’­hui, les multi­na­tio­nales et les très riches, au profit de la soli­da­rité natio­nale. Nous exigeons une poli­tique sociale ambi­tieuse, passant par des services publics de qualité et des droits sociaux plus impor­tants.

Pour cette raison, au nom de l’ef­fi­ca­cité sur le long terme contre l’épi­dé­mie et pour préser­ver nos liber­tés, nous nous oppo­sons à la nouvelle loi propo­sée à l’as­sem­blée, tout comme aux mesures anti­so­ciales qui visent à faire payer la note de la crise sociale au monde du travail. A cette fin, nous aspi­rons à des mobi­li­sa­tions dans les semaines et mois qui viennent.

Premiers signa­taires

Respon­sables d’or­ga­ni­sa­tions : Auré­lie Trouvé et Raphaël Pradeau (porte-parole d’At­tac), Céline Verze­letti (secré­taire confé­dé­rale de la CGT), Simon Duteil et Murielle Guil­bert (délé­gué·es géné­raux de l’Union syndi­cale Soli­daires), Thomas Portes (porte-parole de Géné­ra­tion·s), Méla­nie Luce (prési­dente de l’UNEF), Khaled Gaiji (président des Amis de la Terre France), Pierre Khalfa et Willy Pelle­tier (Fonda­tion Coper­nic), Emma­nuel Vire (secré­taire géné­ral du SNJ-CGT), Mireille Stivala (secré­taire géné­rale de la fédé­ra­tion CGT Santé et action sociale), Jean Marc Devau­chelle (secré­taire géné­ral de la Fédé­ra­tion SUD Santé Sociaux), Thierry Amou­roux (porte-parole du Syndi­cat Natio­nal des Profes­sion­nels Infir­miers SNPI), Hafsa Askar (Secré­taire Géné­rale de la FSE), Denis Lalys (secré­taire géné­ral de la FNPOS de la CGT), Ana Azaria (prési­dente Femmes égalité), Lenny Gras (porte parole du MNL), Mathieu Devla­minck (UNL), Aneth Hembert (co-secré­taire fédé­rale des Jeunes Ecolo­gistes), Jean-Chris­tophe Sellin et Hélène Le Cacheux (coor­di­na­teurs du Parti de Gauche), Jean-François Pellis­sier et Myriam Martin (porte parole d’ENSEMBLE !), Chris­tine Poupin et Olivier Besan­ce­not (porte-parole du NPA), Chris­tian Pier­rel (porte parole du PCOF), Chris­tian Eyschen (secré­taire géné­ral de la Libre Pensée), Martin Méchin et Louise Tort (Black Robe Brigade), Anthony Caillé CGT-Police, Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole Droit Au Loge­ment, Delphine Glachant, prési­dente de l’Union syndi­cale de la psychia­trie.

Elu·e·s : Éric Coque­rel (député LFI), Elsa Faucillon (dépu­tée PCF), Eric Piolle (maire EELV), Jean-Luc Mélen­chon (député LFI), Sébas­tien Jumel (député PCF), Emilie Carriou (dépu­tée Nouveaux Démo­crates), Clémen­tine Autain (dépu­tée LFI), Auré­lien Taché (député Nouveaux Démo­crates), Mathilde Panot (dépu­tée LFI), Pierre Dhare­ville (député PCF), Caro­line Fiat (dépu­tée LFI), Manon Aubry (dépu­tée LFI), Adrien Quaten­nens (député LFI), François Ruffin (député LFI), Muriel Ressi­guier (dépu­tée LFI)

Person­na­li­tés : Youcef Brakni (mili­tant anti­ra­ciste), Sandrine Rous­seau (EELV), Caro­line Mecary (avocate), Taha Bouhafs (jour­na­liste), Jean-Marie Harri­bey (écono­miste), Arie Alimi (avocat), Kevin Vacher et Debo­rah Ozil (Rencontre des Justices), Stéphane Jouteux (syndi­ca­liste), Nico­las Mayart (jour­na­liste), Domi­nique Plihon (écono­miste), Paul Poulain (spécia­liste des risques indus­triels), Laure Vermeersch (L’ACID), Gilles Perret (réali­sa­teur), Philippe Poutou, Porte-parole du NPA, Rokhaya Diallo, Claire Lejeune, EELV.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.