Aller au contenu

Réponse des élu-es PCF et de la section PCF de Poitiers à la lettre ouverte d’En­semble 86

Suite à  lettre ouverte d’En­sem­ble86, ci-dessous la réponse commune de la Section et des élu-es de Poitiers :

Chers cama­rades,

Vous avez inter­pellé publique­ment les élus commu­nistes à propos de leur vote concer­nant l’ab­sorp­tion de SIPEA (Société anonyme d’Eco­no­mie Mixte) par LOGIPARC (Office Public de l’Ha­bi­tat). Cette inter­pel­la­tion nous inter­roge tant sur la forme que sur le fond : quel est le réel objec­tif d’une telle harangue publique ?

Concer­nant la loi NoTre, le PCF, ses élus dépu­tés séna­teurs, commu­nau­taires, muni­ci­paux sont contre. Nous vous renvoyons à leurs inter­ven­tions lors des débats sur cette loi à l’as­sem­blée, au sénat, aux conseils commu­nau­taires et muni­ci­paux. Par ailleurs, notre pacte d’en­ga­ge­ments communs pour la France propose d’or­ga­ni­ser des assises de l’or­ga­ni­sa­tion terri­to­riale de la Répu­blique en vue d’une refonte de son orga­ni­sa­tion.

Concer­nant, la créa­tion du futur Office Public de l’Ha­bi­tat (EKIDOM), qui n’a rien à voir avec la loi NoTre, les élus commu­nistes ont bien évidem­ment voté favo­ra­ble­ment à cette absorp­tion qui d’une part réuni­fie les deux struc­tures et d’autre part permet le retour dans le giron public d’une délé­ga­tion de service public (SIPEA). Nous consi­dé­rons donc que ce retour dans le public est une victoire et nous nous réjouis­sons que cette reven­di­ca­tion sur les « offices HLM » abou­tisse enfin. Nous nous éton­nons de votre désac­cord sur ce point. Il est vrai que nous avons déjà été en désac­cord sur la ques­tion du loge­ment social lorsque vos élus se sont oppo­sés à plusieurs reprises à la créa­tion de loge­ments sociaux en centre-ville.

Sur la ques­tion des élec­tions légis­la­tives et prési­den­tielles, notre volonté de rassem­ble­ment est depuis long­temps affir­mée et a été récem­ment réaf­fir­mée lors du vote natio­nal du PCF. Vouloir se rassem­bler, c’est vouloir le faire avec des parte­naires avec qui nous ne sommes pas toujours d’ac­cord. Nous ne doutons pas que vous parta­gez ce point de vue.

Nous consi­dé­rons de plus que nos choix diver­gents lors des élec­tions muni­ci­pales en 2014 ne doivent pas nous empê­cher de nous rassem­bler pour une nouvelle poli­tique de progrès, de justice et de soli­da­rité. Nous ne saurions croire que telle n’est pas votre prio­rité. Les frater­nelles rela­tions entre nos orga­ni­sa­tions poli­tiques sont d’au­tant plus une néces­sité que face aux dangers et aux urgences, le rassem­ble­ment est une prio­rité.

Soyez assu­rés de notre dispo­ni­bi­lité à discu­ter serei­ne­ment de la meilleure poli­tique muni­ci­pale possible à mettre en place au service de la popu­la­tion et en parti­cu­lier des plus dému­nis.

Les élus commu­nistes de Poitiers

La section PCF de Poitiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.